AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Diggory [IOAD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 706
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Diggory [IOAD]   Jeu 20 Nov - 16:09

I need your loving, I need it now. You got me begging. I'm on my knees.
I don't wanna be needing your love, I just wanna be deep in your love.

I gotta get one little taste.


Si la première fois que tu t’étais aventuré du côté ouest de Wonderland, c’était pour le plaisir de la chose, cet après-midi, ça n’avait rien d’une exploration banale. Au contraire, tu savais pertinemment ce que tu venais y chercher : Muriel. Évidemment, il aurait été mal avisé d’abandonner le reste de tes frères sans passer un peu de temps en leur compagnie, aussi avais-tu pris ton temps. Mais si tu n’étais pas conscient d’absolument tout dans ce monde cruel et à la fois merveilleux, tu savais très bien que ton temps était compté. Or, si tu voulais pouvoir goûter la chaire pâle et parfaite de ta dame, il fallait te presser. Tu avais donc pris le chemin des terriers, laissant Twins et Tootles avec Pan, même si normalement tu les trainais avec toi. Or, tes deux acolytes de toujours s’ennuieraient fort rapidement, une fois arrivé à destination. Aujourd’hui, tu ne comptais pas chasser l’enfant gras, ni Alice, même si ça, c’était toujours tentant. Aussi, alors que tu avançais lentement à travers le domaine, tu te permettais d’observer les environs, au cas où. En fait, tu ne voulais pas te l’avouer, ça aurait été une honte oui, mais tu aimais bien discuter avec la blondasse. Non pas qu’elle soit spéciale, mais il y avait quelque chose de particulier quand vous vous parliez, même si elle t’agaçait. Cela dit, dès que la maison en pain d’épice fut en vue, que son odeur vint te chatouiller les narines, tentant de t’amadouer, de t’attirer dans son antre, tu perdis tout intérêt pour la blonde. Quand bien même elle aurait été présente, tu avais tes priorités et cette odeur de petits gâteaux fraichement sortie du four, était tout simplement irrésistible pour qui connaissait la seule femme capable d’en faire des aussi odorant.

Quittant rapidement le petit sentier, tu pressas le pas pour rejoindre l’allée marbré de chocolat et de biscuit, évitant davantage les plantes que les sucreries. Les Sylvest t’observaient toujours après tout, les sucreries n’étaient pas une priorité à leurs yeux, donc pas non plus aux tiens. Tu ne pris pas la peine de toquer, ça c’était pour les enfants stupides ou encore, les lèche-bottes qui en avaient après les miches de ta chérie. Non, ici tu étais chez toi et donc, tu entrais sans faire d’histoire, souriant et posant tes armes à côté, soit une lance bien aiguisé et ton arc. Là, te tournant le dos, la sulfureuse rousse terminait de faire bouillir du chocolat, la cuisine empestait le sucre foncé et sans t’inquiéter quant à savoir si elle avait, oui ou non, remarqué ton entrée, tu te faufilais derrière elle. Tes mains glissèrent contre ses hanches, puis contre ses cuisses, alors que tu te moulais à son dos. Quand elle ne portait pas des escarpins douloureusement haut, tu arrivais à avoir relativement la même taille qu’elle, à cela près qu’elle te dépassait d’une demi-tête, ce qui était loin de te porter préjudice. Tu aimais les femmes grandes, tu aimais les femmes toute en courbe et elle, elle l’était. Tes lèvres se refermaient donc contre sa nuque, aspirant la chaire douce et délicatement parfumé. Même si le chocolat embaumait dans la pièce, toi tu ne sentais qu’elle, que cette petite odeur sucré qui la suivait partout tout naturellement, « mmnn, j’ai fait aussi vite que j’ai pu, ma dame. » Souriant contre sa peau, tu te permettais de t’y frotter le bout du nez, tout en la frottant délicatement contre toi, là. Contre ton entre-jambe, contre cette partie délicate de ta personne. Ce n’était plus un secret entre vous dans tous les cas, tu la désirais depuis des mois. À en avoir mal. À en pleurer la nuit.

Tes mains remontèrent doucement contre son ventre, le bout de tes doigts taquinant sa poitrine, pour la relâcher dès qu’elle te gronderait. Un sourire fripon aux lèvres, tu n’attendais que ça : te faire sermonner par la beauté rousse. Femme tout feu tout flamme, elle t’obsédait littéralement, sorcière t’ayant assurément jeté un sort. Or, tu ne voulais pas qu’on t’en libère, tu ne souhaitais pas guérir, tu aurais encore préféré qu’elle te dévore, plutôt que de l’oublier. Alors tes mains se refermaient contre elle, contre ses deux seins parfaits, tes mains ayant presque du mal à les contenir, alors que tu les pressais avec adoration, un grognement mourant contre sa peau alors que tu pressais tes reins à ses fesses. Puis, tu retirais tes mains, prêt à recevoir ta punition, le regard pétillant de malice. Et d’autre chose, de plus sombre, de plus âgé que ton âge, d’absolument impur. Tu étais un vilain garçon, un très vilain garçon. Et elle ne savait pas même encore jusqu’à quel point.
code by bat'phanie


full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 706
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Diggory [IOAD]   Jeu 20 Nov - 16:09

Code:
<center><div style="width:454px; background-color:#3DBDB2; font-family:calibri; font-size:8px; text-transform:uppercase; font-weight:bold; line-height:95%; text-align:center; letter-spacing:2px; padding-top:10px; padding-bottom:2px; color:#02280C; text-shadow: 0px 1px 1px #000;">I need your loving, I need it now. You got me begging. I'm on my knees.
I don't wanna be needing your love, I just wanna be deep in your love.</div> <table style="cellspacing:6px; margin-top:-18px;"><tr><td style="background:#150D14; width:225px; height:120px;"><div style="background:#150D14; width:225px; height:120px; background-image: url(http://i59.tinypic.com/316arkg.jpg); background-position: center;"></div></td><td style="background:#150D14; width:225px; height:120px;"><div style="background:#150D14; width:225px; height:120px; background-image: url(http://i61.tinypic.com/aebbie.jpg); background-position: center;"></div></td></tr>
<tr><td style="background:#150D14; width:225px; height:120px;"><div style="background:#150D14; width:225px; height:120px; background-image: url(http://i62.tinypic.com/x1erdk.jpg); background-position: center;"></div></td><td style="background:#150D14; width:225px; height:120px;"><div style="background:#150D14; width:225px; height:120px; background-image: url(http://i62.tinypic.com/5fpzlf.jpg); background-position: center;"></div></td></tr></table>
<div style="width:454px; background-color:#7A9C45; font-family:calibri; font-size:8px; color:#141131; font-weight:bold; text-transform:uppercase; text-align:center; letter-spacing:5px; padding-top:12px; padding-bottom:12px; text-shadow: 0px 1px 1px #000;"> I gotta get one little taste.</div>[flash(456,25)]https://www.youtube.com/v/yE8pWTzi5fw?version=2&hl=fr_FR&theme=dark[/flash]
<fieldset style="margin-top:-1px; background:#0F0F0F; width:450px; border-bottom: 0px solid; border-top: 0px; border-right: 0px; border-left: 0px; box-shadow: 0px 0px 0px #A09A99; padding:2px;"><link rel="stylesheet" type="text/css" href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Source-Sans-Pro"><div style="text-align:justify; color:#8B8276; font-family:'Source Sans Pro'; font-size:11px;">
Si la première fois que tu t’étais aventuré du côté ouest de Wonderland, c’était pour le plaisir de la chose, cet après-midi, ça n’avait rien d’une exploration banale. Au contraire, tu savais pertinemment ce que tu venais y chercher : Muriel. Évidemment, il aurait été mal avisé d’abandonner le reste de tes frères sans passer un peu de temps en leur compagnie, aussi avais-tu pris ton temps. Mais si tu n’étais pas conscient d’absolument tout dans ce monde cruel et à la fois merveilleux, tu savais très bien que ton temps était compté. Or, si tu voulais pouvoir goûter la chaire pâle et parfaite de ta dame, il fallait te presser. Tu avais donc pris le chemin des terriers, laissant Twins et Tootles avec Pan, même si normalement tu les trainais avec toi. Or, tes deux acolytes de toujours s’ennuieraient fort rapidement, une fois arrivé à destination. Aujourd’hui, tu ne comptais pas chasser l’enfant gras, ni Alice, même si ça, c’était toujours tentant. Aussi, alors que tu avançais lentement à travers le domaine, tu te permettais d’observer les environs, au cas où. En fait, tu ne voulais pas te l’avouer, ça aurait été une honte oui, mais tu aimais bien discuter avec la blondasse. Non pas qu’elle soit spéciale, mais il y avait quelque chose de particulier quand vous vous parliez, même si elle t’agaçait. Cela dit, dès que la maison en pain d’épice fut en vue, que son odeur vint te chatouiller les narines, tentant de t’amadouer, de t’attirer dans son antre, tu perdis tout intérêt pour la blonde. Quand bien même elle aurait été présente, tu avais tes priorités et cette odeur de petits gâteaux fraichement sortie du four, était tout simplement irrésistible pour qui connaissait la seule femme capable d’en faire des aussi odorant.

Quittant rapidement le petit sentier, tu pressas le pas pour rejoindre l’allée marbré de chocolat et de biscuit, évitant davantage les plantes que les sucreries. Les Sylvest t’observaient toujours après tout, les sucreries n’étaient pas une priorité à leurs yeux, donc pas non plus aux tiens. Tu ne pris pas la peine de toquer, ça c’était pour les enfants stupides ou encore, les lèche-bottes qui en avaient après les miches de ta chérie. Non, ici tu étais chez toi et donc, tu entrais sans faire d’histoire, souriant et posant tes armes à côté, soit une lance bien aiguisé et ton arc. Là, te tournant le dos, la sulfureuse rousse terminait de faire bouillir du chocolat, la cuisine empestait le sucre foncé et sans t’inquiéter quant à savoir si elle avait, oui ou non, remarqué ton entrée, tu te faufilais derrière elle. Tes mains glissèrent contre ses hanches, puis contre ses cuisses, alors que tu te moulais à son dos. Quand elle ne portait pas des escarpins douloureusement haut, tu arrivais à avoir relativement la même taille qu’elle, à cela près qu’elle te dépassait d’une demi-tête, ce qui était loin de te porter préjudice. Tu aimais les femmes grandes, tu aimais les femmes toute en courbe et elle, elle l’était. Tes lèvres se refermaient donc contre sa nuque, aspirant la chaire douce et délicatement parfumé. Même si le chocolat embaumait dans la pièce, toi tu ne sentais qu’elle, que cette petite odeur sucré qui la suivait partout tout naturellement, <span style="font-weight:bold; color:#EFBB38">« mmnn, j’ai fait aussi vite que j’ai pu, ma dame. »</span> Souriant contre sa peau, tu te permettais de t’y frotter le bout du nez, tout en la frottant délicatement contre toi, là. Contre ton entre-jambe, contre cette partie délicate de ta personne. Ce n’était plus un secret entre vous dans tous les cas, tu la désirais depuis des mois. À en avoir mal. À en pleurer la nuit.

Tes mains remontèrent doucement contre son ventre, le bout de tes doigts taquinant sa poitrine, pour la relâcher dès qu’elle te gronderait. Un sourire fripon aux lèvres, tu n’attendais que ça : te faire sermonner par la beauté rousse. Femme tout feu tout flamme, elle t’obsédait littéralement, sorcière t’ayant assurément jeté un sort. Or, tu ne voulais pas qu’on t’en libère, tu ne souhaitais pas guérir, tu aurais encore préféré qu’elle te dévore, plutôt que de l’oublier. Alors tes mains se refermaient contre elle, contre ses deux seins parfaits, tes mains ayant presque du mal à les contenir, alors que tu les pressais avec adoration, un grognement mourant contre sa peau alors que tu pressais tes reins à ses fesses. Puis, tu retirais tes mains, prêt à recevoir ta punition, le regard pétillant de malice. Et d’autre chose, de plus sombre, de plus âgé que ton âge, d’absolument impur. Tu étais un vilain garçon, un très vilain garçon. Et elle ne savait pas même encore jusqu’à quel point.</div></fieldset><div style="width:454px; background-color:#1A6375; font-family:calibri; font-size:8px; text-transform:uppercase; text-align:right; letter-spacing:2px; padding-top:1px; padding-bottom:2px; color:#fafafa; margin-top:3px;">code by bat'phanie</div></center>


full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
 

Diggory [IOAD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TASTY PLAYGROUND :: Home Stuff :: Mise en forme des RPs-