AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Astrée [WDWF]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 729
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Astrée [WDWF]   Lun 14 Déc - 19:37

Astrée Borgin
- WHAT OFFENDS YOU MORE, MY
DETERMINATION OR MY BREASTS? -

Nom: Borgin. Chuchoté doucement, comme on parle tout bas de ce qui se tapit dans l'obscurité. Entouré de mystère, nimbé d'une beauté toute particulière. Ton nom n'a rien de rassurant, rien de généreux. Borgin ou une poignée de racines vénéneuses, entrelacées, soudées et mortelles. En abîmer une seule pousse, c'est finir étranglé par les autres, et ce, sans aucune hésitation. Prénom(s): Astrée. Lumineux et délicat, il est fait pour plaire, pour satisfaire. Prémices des plaisirs à venir, délicieuse promesse que la suite ne pourra être que mortellement succulente, il te présente comme ce que tu es, toi mais toutes les autres de la famille : une fleur vénéneuse. Toucher c'est avoir envie de goûter et y poser la langue, c'est en mourir. Nature du Sang: Pur. Aussi rouge que la pomme grenade, fruit des dieux, aussi rouge que la pomme, fruit ayant fait chuter toute l'humanité, ton sang est à la hauteur des malheurs que sa teinte chatoyante inspire. D'un goût riche, d'une douceur acre, il est la promesse d'une nouvelle chute, d'une élévation certaine. Il ne peut être véritablement quantifié, assurément sous-estimé, pas assez choyé ou adoré. Ils ne savent pas comme ils ont tous tort. Date & Lieu de naissance: 1er août 1963, Londres. Tu as poussé ton premier cri par une nuit douce, embaumant la vanille, les clématites ayant fleuris peu avant ta naissance. Petite fille capricieuse, tu ne t'es pas contenté de te frayer un chemin de douleur à travers ta mère, non, tu t'es aussi acharnée à hurler ton mécontentement une heure durant. Enfant fragile, délicate petite chose, tu n'as pas su t'apaiser avant d'avoir remplis ton ventre et d'avoir été logée au creux des bras de ton père. D'ailleurs, tu n'as jamais perdu cette manie, celle de t'enfoncer dans les bras de ton cher petit papa, pour peu que tu sois malade ou agacée. Statut Matrimonial: Fiancée. Toi qui n’as jamais rêvée d’amour, jamais attendu ton prince charmant, voilà que sous un caprice tu réclames la main de ton cousin. Tu ne l’avais pas prévu, pas avant de le savoir aussi anxieux, aussi troublé, par son union prochaine à une Malfoy. Est-ce par générosité ou égoïsme que tu as délogée la jeune femme ? Tu ne saurais dire, mais il te semble bien plus correct, plus logique, que ce soit à toi que Dorian soit fiancé. Le sang Borgin coule en lui, supérieur aux autres et trouve écho dans le tien. Il est ton opposé, ton complément et c’est à tes côtés qu’il s’élèvera enfin. Cependant, tu n’as pas réellement réfléchi, toi qui as toujours dissocié ton cœur de ton corps. Or, Dorian possède déjà une place bien à lui dans le premier et tu ne comptes pas lui refuser le second. Deux semaines déjà, que la bague brille à ton doigts, et tu commences tout juste à t’inquiéter du résultat. Profession: Couturière et styliste. Toi qui ne rêvais que de fleur, que de plante grimpante, si souvent comparé au lierre qui grimpe avec acharnement, tu as abandonné tes rêves en vieillissant. Parce qu’une Borgin est bien trop précieuse pour être enfermée dans un atelier, parce que la terre se faufilant sous tes ongles avait la fâcheuse tendance d’agacer ta mère. Ton père aurait certainement pu te rassurer, te permettre de devenir pharmacienne, herboriste, botaniste même, peut-être même les trois. Tu aurais alors pu seconder ton frère, t’assurer que votre empire ne s’éteindrait pas. Mais tu as abandonnée, tu as baissé les bras, à cause de ton nom, à cause de ton éducation. Plutôt que de cultiver les fleurs, c’est l’élégance et le bon goût que tu cultives, la mode se voulant si changeante. Tu t’es improvisée mère nature pour les jolies roses anglaises, mais aussi auprès de leur jardinier, te déplaçant à domicile pour prendre les mesures de ces dames ou offrir de nouveaux tissus à ces messieurs. Évidemment, ce n’est pas parce que tu dessines désormais des coroles délicates aux demoiselles, plutôt qu’aux fleurs, que tu dessines ailleurs que dans la serre. Mais quel drôle d’idée, que d’installer un atelier de couture dans une verrière. Pas chez toi. Pas pour toi, pas quand on te connait réellement. Ancienne Maison: Serpentard. Tu ne pouvais pas trouver ta place ailleurs qu’à l’intérieur de la plus grande, la plus pure, des maisons. Oh, tu aurais certainement pu terminer chez les serdaigles, à redresser le bout du nez et à jouer la fière, mais tu as préféré retrousser le bout du nez et sourire, tout en démontant que tu valais mieux. Plus que tes simagrées, plus que ton amour des tiens, hérité de ton père, tu es doté d’un esprit fleurissant, avide de plus, vorace même et ça, même les serdaigles n’étaient pas en mesure de te l’offrir. Pas assez ambitieux, d’une curiosité trop banale, trop simplette. Non, toi tu as toujours eu des rêves de grandeurs, tu es l’une des héritières Borgin après tout. Tu n’es pas qu’une jolie plante vénéneuse, non, tu es une plante carnivore. Et pour dévorer, pour saboter les autres, il faut plus que de l’esprit, il faut posséder la passion de la chose. Patronus: Hyène. Animal typiquement matriarcal et rusé, elle te représente très bien, elle et son goût prononcé pour la vie de groupe. Une meute, voilà ce que vous êtes, toi et les tiens. Évidemment, tu n’as pas souvent fait appel à l’animal, mais tu ne l’admires pas moins. Epouvantard: Les tiens, Amphion et sa descendance, ta sublime Ariane et ton précieux Hélios, morts. Mais pire que leur mort, pire que leur souffrance, c’est la tienne que tu crains, petite fille égoïste : être la seule survivante. Seule au monde, seule au centre d’un bain de sang. Baguette Magique: 28cm, chêne blanc, flexible, plume de Phénix. Amie loyale tout autant qu’exigeante, ta baguette est l’un de tes outils favoris. Appréciant ta véritable nature, bien avant que tu ne sois en état de l’assumer, elle est la preuve que tu étais destinée à poursuivre la voie de ton père : le chêne blanc étant normalement attiré par les sorciers ayant des affinités avec la nature. Oh, tu as peut-être choisie une autre voie professionnelle, tu n’en restes pas moins une amoureuses des plantes. De plus, les ornements délicats qui en décorent la base, similaire à du lierre fleurit, t’ont toujours fait chavirer le cœur, ça et la petite vigne qui remonte en tournoyant autour. Animal de Compagnie: Valériane, une femelle corbeau. Oiseau de malheur que disent les autres, mais jamais ta compagne n’a été de mauvais augure. Au contraire, oiseau intelligent et apprivoisé très jeune, Valériane n’est pas qu’un animal à tes yeux, c’est bel et bien une amie. Toujours perchée, ou presque, sur ton épaule, elle a appris à répondre à certains ordres. Ainsi, elle te suit partout à travers les manoirs et maisons, récupérant fil et aiguille pour toi. Oiseau intelligent, elle aime t’aider, écartant les pans de tissus avec son bec, déplaçant les rubans. Et quand elle n’est pas perchée sur ton épaule, elle peut se balader librement à l’extérieur, mais plus souvent qu’autrement, elle rôde dans les jardins et veille sur les pousses, ta deuxième passion. Enfin, elle veille tout autant sur toi, que toi sur elle. Particularité(s): Aucune, sinon un pouce émeraude, le vert c’est d’un commun. Qualités & Défauts: Sournoise – Joueuse – Menteuse – Dominante – Séduisante – Loyale à sa famille – Passionnée – Déterminée – Tricheuse – Capricieuse – Confiante – Narcissique – Coquette – Moqueuse – Haineuse – Tendre – Tordue – Manipulatrice Groupe: Decadent. Toi qui a la prétention des purs, toi qui es née avec la noblesse du sang carmin, rubis niché dans tes veines, tu t'inclines poliment, joliment, devant les souhaits du Lord. Autrefois dédaigneuse de tout ce qui n'était pas aussi pur que toi, tu as appris avec les années que parfois le sang troublé peut pourtant trouver son utilité. Probablement parce qu’à tes yeux, seul ton sang compte, seul les Borgins sont à la hauteur et digne du pouvoir. Qu’importe le sang des autres, tant qu’ils s’inclinent devant vous. C’est ainsi la faute de tes parents, si tu le message du Lord ne trouve pas écho en toi et se limite à une douce mélopée sans grand intérêt. Ton obéissance n’est jamais qu’un choix, qu’une courbette exécuté dans l’espoir de recevoir davantage. Pour le moment, tu veux bien jouer le jeu, mais tu n’hésiteras pas à sacrifier, si cela te permet de gagner.

Prénom / Pseudo: 'Phanie Âge: La 20 aine. Pays / Région: Canada / Québec Présence: Jusqu'à la semaine prochaine, assez peu conséquente, mais dès la mi-décembre, elle devrait être quotidienne. (Ou presque !) Avatar: Taylor Marie Hill Personnage: inventé (x) scénario () Comment as-tu connu le forum ?: Huxley m'a harceler, as usual. :vega: Crédits: nymeria pour l'avatar, les gifs viendront de tumblr, un peu partout. Un dernier mot: Après ma tentative avec Priam, me revoilà avec Astrée, j'espère qu'elle vous plaira davantage ! :héhé: :love:


Dans un monde où les sangs purs dominent, quelle est votre place ? Assise en plein centre du premier rang vous formez, ta famille et toi, le futur. Il est temps d’oublier les 28 sacrés, il est temps d’incorporer du sang neuf et c’est justement ce que vous représentez, vous les Borgin, avec votre sang goûteux et votre empire en plein essor. Sang de rubis, sang chatoyant comme les jolis flacons des potions, sang échauffé qui séduit. Les Borgins sont là pour rester. Pour s’imposer, vos racines se faufilant sous la terre, de plus en plus loin. Avides. Voraces. Coriaces. Et toi, toi tu rêves du trône, tu t’imagines déjà les dominer, les dévorer, petite fille gourmande. L’ambition pulse dans tes veines, tout comme tes caprices, il ne reste plus qu’à saisir l’avenir, qu’à vous approprier le futur et tu as déjà mis la machine en marche, t’imposant auprès des autres, purs ou pas, faisant d’eux tes poupées à habiller. Régner sur la mode anglaise n’est évidemment qu’un début, mais il n’existe pas de petite victoire, pas pour une Borgin de ton rang.

Soutenez-vous Voldemort ? À moins que vous ne luttiez au côté de l'Ordre. D'autres préfèrent se tenir à l'écart des conflits... A qui va votre allégeance ? Tu soutiens, et ne soutiendras jamais, que ton propre sang. Petite poupée aux fils d’or et d’argent, tu n’exécutes jamais que les ordres des Borgin, ce qui exige de toi, pour le moment du moins, de t’incliner et de danser devant le Lord. Le bien et le mal n’ont pas de prises sur toi, il n’y a que les fils, ceux qu’on t’a appris à aimer et en qui avoir confiance. Ainsi, Voldemort n’est jamais qu’un choix, celui de ton père, celui de la richesse et des avantages. Et si tu es prête à faire preuve de dévotion, les autres Borgin sont ton unique limite : ta loyauté à ton sang aura éternellement la priorité sur ton allégeance nécessaire.

La Main Noire a appauvri une large partie de la population magique... En avez-vous fait les frais, vous-même? Fréquentez-vous le marché parallèle pour subsister malgré tout ? Vous n’avez jamais fait seulement partit de la « population », quand même bien votre nom fait moins trembler que celui des Black ou des Lestrange, la folie et la cruauté les possédants, les Borgins représentent le succès. La main noire ne vous a rien dérobé, mais elle aurait pu, car après tout vous n’êtes de base que de riche marchand. Sauf que voilà, vous êtes bien plus que cela, vous avez de l’esprit, vous avez un goût du jeu prononcé et la pauvreté du peuple n’a pas atteint vos coffres, parce que vous avez su vous adapter : haussant les prix, ajustant vos services. Quelque part, parfois tu ne peux pas t’empêcher de comparer ta famille et la Main Noire : aimant tout autant, l’une que l’autre, volé l’argent des pauvres.

Si vous n'aviez qu'un rêve à concrétiser, quel serait ce rêve ? Le jardin d’éden étalé devant tes pieds. Tu aimerais devenir poison ivy, maitresse des plantes, amantes des fleurs et du lierre, laissant les tiges s’emmêlées à tes cheveux. Tu rêves de ce que tu n’as voulu concrétisé, de ce choix de vie que tu as délaissé, pour le moment du moins : l’herboristerie et la botanique. C’est en toi que l’amour de la nature c’est niché, alors qu’il aurait dû atteindre Hélios, ton frère fait dieu soleil, maitre appelant les plants à s’élever et à fleurir avec magnificence. Pourtant, c’est dans tes veines que cours la passion, l’obsession parfois, du vert et du pollen, des feuilles tendue comme des mains. Un jour, quand tu auras établis ton propre empire, quand tu n’auras plus à coudre, seulement à transformer les gentes dames et les charmants messieurs, en fleurs vivantes, en œuvre d’art, tu t’es juré de revenir à tes premiers amours. Cette passion presque inavouable, une douce folie qui vit à jamais dans tes mains. Le bout de tes doigts.


À la rentrée de 1981, la grande purge frappa. Les uns et les autres vaquaient à leurs occupations habituelles. Puis, tout le monde magique sombra dans le chaos. Où étiez-vous? Assise sur une banquette, en pleine discussion avec un groupe d’amie, tu n’as rien d’une victime, rien d’un bourreau. Tu n’es que jeunesse, que sourire et ragot sur vos camarades de classe, connaissances et ennemis. Tu n’es rien de bien sérieux, rien de bien inquiétant, pas avant que le signal soit donné. Mais la faucheuse à rendez-vous dans votre train cette année, elle a déjà fait parvenir ses consignes à la plupart d’entre vous, mais pas à toutes les membres de ton compartiment. Non, parce que lorsque tu te redresses, belle enfant cramponnée à sa baguette, tu n’as pas d’autre choix que de remarquer le visage inquiet de deux de vos camarades. Un geste de la tête, parce que bien que votre mission soit barbare tu n’as aucune intention de perdre ton maintien ou ta grâce, et tu les abandonne, suivis de près par les autres. Celles qui, comme toi, sont fidèles à leur famille, à leur sang. Les sorts se mettent aussitôt à voler en tous sens, te forçant à t’incliner, à t’écarter, faussement innocente avec tes grands yeux verts noyés de larme.

« On attaque, les gens attaquent de partout ! » que tu chuchotes, la gorge obstrué par l’angoisse, lorsque tu rencontres un nouveau visage masculin. Et le garçon qui te fait face, un né-moldu, hésite, avant de froncer les sourcils, désemparé. Sa main trouve doucement ton bras et l’âme d’un héros, il t’attire à sa suite, pour tenter de te dissimuler, pour sauver ta vie. Comme si ton sang pouvait mériter pareille sort ! Il a tout juste le temps de t’écarter du chaos environnant, qu’il découvre le bout de ta baguette contre sa gorge. « Les idiots méritent de mourir. » Son sort est scellé et il gît bien vite à tes pieds, le charmant jeune homme au sang indigne. Il est ta première victime, il est ton premier jouet, celui que tu savoures le plus et dont les traits marquent encore tes rêves, parfois. Seulement, on t’a trop bien élevée, trop bien formée et les regrets ne trouvent pas ton cœur face à son visage à l’expression surprise.

Tu reprends dès lors ta course, retrouvant des amies, nouant ta main à l’une d’entre-elle, un petit sourire jouant au coin de tes lèvres. Tout ça ressemble étrangement aux grands ménages saisonniers ayant lieu au manoir où tu grandis, une nécessité en somme. Tu brandis ta baguette puis dépose des baisers à tes victimes et parfois tu inverses l’ordre, tu joues avec tes victimes, petite fille cruelle. Adorable poupée qu’on a convaincu de faire sa part, parce qu’un nettoyage se fait en groupe. Oh, tu n’es certainement pas parmi ceux et celles ayant fait le plus de victime, tu ne te rappelles d’ailleurs que de six victimes, six cadavres, mais tu n’as que faire des chiffres. Tu étais là, tu as obéis, tu as été une bonne fille et tu mériteras ainsi, un jour, le trône que tu rêves d’investir.

CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 729
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Astrée [WDWF]   Lun 14 Déc - 19:37

never trust a pretty smile
- carve off sheepskin, find a wolf -
when you were young they bathed you in the ocean
so water you became. enigma, temptress,
but fickle in the way you changed your course;
shown fear in equal measures as admiration.

LALALALALALA


you split yourself open and bore flames
swore to take not only what was freely offered, but
nothing less than the glory you deserved;
refused to act in half-measures and found that
all that you approached, you destroyed.

LALALALALALA TOO.
CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.


full of honey and wounds
When a devil falls in love, it’s the most hauntingly beautiful thing ever. And you should be terrified, for he will go to the depths of hell for her. ▬ I am not here to tame your darkness,” she whispered,“ I am here to live in it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
 

Astrée [WDWF]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TASTY PLAYGROUND :: Rp land ~ :: Fiches-