AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Breathless [Masa&Josh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:33

Masami
    Près de l’une des grandes baies vitrées, se tenait un jeune homme aux cheveux sombre. Les yeux dans le vague, une main posé sur la vitre alors qu’un avion passait à travers le ciel, il n’attirait pas particulièrement l’attention. Encore un jeune homme absent qui rêvait de voyage, il n’était plus présent dans cette réalité et on aurait eu beau lui crier dessus, qu’il n’aurait pas compris à qui ses cris là s’adressaient. Les paupières lourdes sur ses yeux, garnis de long cil noir, lui donnant un air plus délicat que voulue, il esquissait un petit sourire alors que l’avion qu’il avait prit jusqu’ici, s’en retournait, chargé de nouveau voyageur. Est-ce qu’il y aurait des gens, comme lui, qui partait s’installer là-bas? Des personnes qui n’avaient plus foi en cet endroit et qui chercherait leur bonheur au Japon? Il ne lui restait plus rien là-bas, absolument rien et il avait été un peu forcé d’avancer, de s’adapter au changement. Un pas en avant et puis l’autre, hop, on recommence. Il n’avait pas tellement peur, c’était plutôt le doute qui l’envahissait alors qu’il soupirait et retirait doucement sa main de la grande baie vitrée, détournant le visage de l’étendue bleu qui se dessinait devant lui. Enfin, le bleu c’était changé doucement au cours des heures passé, passant d’un bleu clair parsemé de blanc, à un bleu plus profond que de légère teinte de violet venait décoré alors que le temps avançait. Oh, il aurait pu rentrer à son hôtel dès son arrivé mais il n’en avait pas eu la force et puis, personne ne l’attendait. Son arrivé dans la grosse pomme était attendue pour le lendemain et il n’avait pas réussit à rejoindre Akira avant son départ. Donc, personne ne l’attendait et il avait eu tout son temps, oui tout son temps pour attendre que son avion reparte.

    Au bout de plusieurs heures, le petit homme quittait enfin son emplacement, son chariot remplis de bagage devant lui alors qu’il marchait calmement. Ne pas regarder en arrière, toujours se concentré sur ce qui se trouvait devant. Un pas devant l’autre, il rejoignit enfin la sortie et enfilant son manteau, qu’il avait acheté peu avant son départ de son pays natal, il inspira un bon coup. On lui avait dit qu’il faisait froid en Amérique mais il n’avait pas cru qu’il y ferait aussi froid hein. Passant un foulard à son cou il regretta, aussitôt qu’une brise agressive vint lui mordre l’oreille droite, de ne pas avoir déballé son bonnet. Mais dans quelles valises se trouvait-il celui-là? À peine ses yeux foncés se posaient sur les fameuses valises, qu’un taxi prenait place en face de lui. Plissant les yeux sous la brise hivernale, il vit le chauffeur sortir, un grand sourire à la bouche, lui faisant un signe de la main. Il avait besoin d’aide? Humm, pourquoi pas.

    Assis, bien au chaud dans le taxi, l’homme rangeant ses bagages dans la valise arrière du véhicule, Masami fixait ses mains blanches. Avait-il fait le bon choix? Il était certain que oui et puis, il n’avait qu’a songé à ce qu’il retrouverait ici pour s’en convaincre. Fouillant son sac à bandoulière, qu’il avait gardé avec lui tout au long du voyage, il en sortir son cellulaire et soupira en voyant que la pile était morte. Il le rechargerait une fois à l’hôtel, en attendant, il se passerait de la voix rassurante de son vieil ami. Inspirant un bon coup, les yeux baissé sur le téléphone, qu’il rangea tranquillement dans son sac, il trouva ses mitaines dans le fond de celui-ci et les sortit. Le chauffeur revint et parlant dans un anglais qui se voulait remarquable, vue le peu de temps que Masami avait mit sur son apprentissage, le jeune homme demanda à être conduit au Shoreham Hotel. Eh oui, rien de moins que l’hôtel le plus luxueux de la ville, petit caprice qu’il pouvait se permettre vue son compte en banque et puis, Akira ne l’aurait pas accepté s’il avait préféré se loger dans un hôtel miteux, plutôt que de demander une chambre dans sa demeure, n’est-ce pas.

    Il ne prit pas la peine d’ouvrir ses nombreux bagages une fois monté à sa chambre. Offrant un pourboire généreux au jeune homme qui l’avait conduit jusqu’à sa chambre, il soupira et se glissa contre la fenêtre présente dans sa chambre. Il n’avait pas demandé une suite, il n’avait pas besoin de beaucoup d’espace. Une simple chambre confortable, c’était largement suffisant. La nuit tombait, non en fait, elle était tombé et si le ciel était encore d’un bleu foncé et non pas noir, c’était à cause des lumières de la ville. Le ciel était différent ici, bien que d’où il venait, les lumières brillaient de milles feux, la nuit venue, il se dégageait une autre ambiance. Appuyant son front contre la fenêtre, sentant le froid la traverser, il soupira et dans le cerne blanchâtre laissé par son souffle, dessina un J. Pourquoi pensait-il à lui maintenant? Fermant les yeux, il préféra ne pas y songer et comme un bon garçon, obéissant aux ordres d’une tante dont il n’entendrait plus jamais les conseils, il se dirigea vers la salle d’eau. Une douche, il devait se laver et ensuite, il y verrait plus claire. Ensuite, ce sentiment de solitude extrême s’en irait. Oui, une douche ne pourrait que l’aider mais avant, un bon repas.

    Chercher pour des vêtements avant de ne se glisser sous le jet délicat de la cabine de douche, ne lui effleura pas l’esprit et une fois de retour dans la chambre, simplement vêtue de la sortie de bain, offert par l’hôtel, il se mit en quête d’une valise de vêtement chaud. Quelque chose de bien, de simple mais de bien. Il ne fouilla pas bien longtemps, optant pour un pantalon ajusté à sa taille, à motif de carreaux, dans des teintes de gris et de noir ainsi que d’une chemise blanche, sur laquelle il passa un simple chandail à manche longue, d’un bleu marin. Simple mais bel et bien lui. Roulant les manches de son chandail, ramenant les manches de sa chemise une fois par-dessus le bleu marin de son pull, il soupira. Ses cheveux avait été séché, il ne lui restait plus qu’a enfilé une paire de chaussette et puis, il serait prêt. Prêt, d’accord mais à quoi? Fixant le reflet que la télé éteinte lui renvoyait, dans son écran noir froid, il sut ce qu’il voulait faire. Baissant les yeux, il approcha presque timidement une main de son sac. Il savait fort bien ou se trouvait le papier qu’il avait reçue cet avant midi même, juste avant qu’il ne décide de partir un jour à l’avance. Fouillant une poche intérieure du sac, il s’empara délicatement du papier plié par le détective privé qu’il avait embauché. Le Bronx hein, c’est là que son sensei se trouvait, un endroit pas très sur, que l’homme qui lui avait donné l’adresse, lui avait demandé de ne pas visiter seul sans raison. Appeler votre ami mais ne vous déplacez pas seul jeune homme, c’est un quartier louche. Oui mais Masami n’allait quand même pas attendre que son ancienne flamme l’appel et il n’avait aucune intention de le faire non plus.

    Pas le temps de se prendre la tête hein, le manteau noir fut enfilé en moins de temps qu’il ne lui en avait fallu pour l’attacher et son sac contre l’épaule, s’étant assuré que son cellulaire avait de quoi survivre encore quelques heures, Masami se trouvait dans un nouveau taxi. Enfilant ses mitaines lentement, contemplant la blancheur de la laine, contrastante avec son manteau, d’un noir profond, il tira doucement sur son foulard, se permettant un peu d’air frais. Il avait beau faire froid dans les rues de New-York, les chauffeurs de taxi, eux, montaient le chauffage bien trop haut dans leur petite automobile jaune hein. Tournant la tête alors qu’il regardait les rues défilées autour d’eux, il soupira alors que la voiture tournait un coin de rue, s’engageant dans un endroit plutôt sombre. Humm, il comprenait ce que le détective avait voulu dire mais il en fallait plus que ça pour effrayer Masami Akina. Fouillant son sac, il réalisa qu’il n’avait pas de portefeuille avec lui et donc, que le peu d’argent qu’il avait sur lui, se limitait à ce qui traînait dans ses poches. Se trouvant déjà loin de son point de départ, il préféra arrêter le taxi immédiatement. Payant l’homme avec le peu qui lui restait, le chauffeur se voulant même plutôt gentil malgré l’argent manquant, Masami continua son chemin à pied. Tenant fermement son papier dans ses moufles, avançant d’un pas encore incertain, il ne cessait de parcourir les adresses des yeux. Il ne devait pas être très loin mais bon, il n’avait jamais été tellement doué pour trouver son chemin en même temps et puis, l’anglais était encore quelque chose de nouveau. Soupirant, il plissa les yeux et se donna un peu de courage alors qu’une silhouette le suivait en silence. Il trouverait Joshua, ça il n’avait pas de doute à avoir!

    Épuisé, légèrement démoralisé, il s’arrêta au bout d’une trentaine de minute, cherchant encore des yeux un quelconque repère. La silhouette qui le suivait avait maintenant quelques compagnons et le jeune homme sentait les yeux lui chatouiller la nuque quand il s’approchait d’endroit plus sombre. Ayant encore envie de vivre, il ne s’y était pas aventuré mais un endroit lui posait problème, l’adresse de Joshua s’y trouvait peut-être mais s’engager dans un endroit sombre c’était un gros risque. Se frottant les oreilles à l’aide de ses mains, ayant rangé le bout de papier, connaissant maintenant l’adresse par cœur, il piétina le sol dans une vaine tentative pour se réchauffer. Puis, son cellulaire se mit à sonner et il sursaute, les trois hommes le suivant aussi fort probablement. Répondant calmement à celui-ci, il laissa un petit sourire glisser sur sa bouche alors qu’un homme le saluait en anglais. Il le reconnaissait, c’était l’homme qui s’occupait de son transfert scolaire à l’université. Apprenant qu’il aurait finalement une chambre dans une résidence, toute près de son école, il le remercia et dans un élan de courage, s’engagea vers la petite rue sombre ou il espérait trouver l’adresse de son cher sensei. Les silhouettes avancèrent plus rapidement alors mais trop tard, déjà Masami avait trouvé l’adresse et remerciant l’homme avec qui il parlait, ses doigts gelés glissèrent sur la sonnette de la porte, son autre main occupé à ranger son téléphone dans son sac. Aller, courage Masami, courage tu es au bon endroit! Mais encore fallait-il que Joshua sois là.

    Tentant d’ignorer le bruit des corps qui se mouvait derrière lui, la tête baissé vers le sol alors qu’il rythmait sa respiration, calmant avec peine les précipitations de son cœur, il eut tout juste le temps de voir l’heure avant qu’une lueur chaude se glisse sur lui. Près de minuit, il était plus tard qu’il ne l’avait cru. Redressant un visage gelé, ses pommettes rosées par le froid environnant, seul deux grands yeux noisette se levèrent au dessus du gros foulard tricoté, à grosse maille, d’un blanc tout aussi immaculé que ses mitaines. Il était là, étonnant ou pas, il se trouvait devant lui. Le souffle coupé, le cœur en chute libre, il ne sut pas immédiatement ce qu’il ressentait, la douleur se mêlant au plaisir dans son torse. Son petit nez rose sortit pourtant doucement de l’amas de laine et bientôt, baissant le foulard, un petit sourire innocent mais à la fois soulagé, se découvrait à l’homme aux yeux encore engourdis par le sommeil.

    « Joshua sensei… »

    Les mots lui avait échappé, en fait il les avait dit sans vraiment y croire. Se pouvait-il qu’il rêve? Avait-il réellement retrouvé le seul homme qui lui avait arraché de véritable larme de regret? Tout semblait l’indiquer, surtout la surprise qui glissa sur ce visage parfait. Le détaillant globalement, Masami ne fut pas déçue un instant de ce qu’il redécouvrait; un corps parfait et oh combien sexy. Il n’avait pas idée de se pointer à une heure pareille, le pauvre homme devait dormir à cette heure et pour raison, les vêtements qu’il portait le laissaient clairement croire. Un simple sous-vêtement moulant et une chemise ouverte? Mais il tenait à tenter les visiteurs ou quoi? Rougissant légèrement, réalisant que ses yeux avaient traîné trop longtemps sur la peau exposé, Masami se racla la gorge alors que ses mains se ramenait sur la ganse de son sac, l’agrippant dans une nervosité bien propre à sa personne. Que faisait-il là hein? Il aurait pu attendre le lendemain matin, l’appeler même, l’ancien professeur lui avait donné son numéro de téléphone, ce n’était pas que pour faire beau tien. Mais le jeune japonais savait que s’il n’était pas venu le voir, il ne l’aurait peut-être jamais fait. Akira l’aurait convaincu de ne pas venir, il aurait préféré le protégé d’un probable refus de la part de l’adulte et ça, bien que le jeune adulte en fût flatté, ce n’était pas une possibilité. Alors voilà qu’il se retrouvait debout devant la porte de son ancien enseignant, celui-là même avec qui il avait échangé des baisers, avait appris mille et une chose, le cœur en vrille, la bouche sèche et plus nerveux qu’une jeune marié le jour même de ses fiançailles.

    « Il est tard, j’aurais du appeler, gomenasai Sensei. »

    Le ton se voulait très respectueux et ses yeux noisette, qui ne cessait de venir caresser le sol du regard, avait quelque chose de très enfantin. Lui qui avait voulu montré un adulte à son sensei, il avait presque envie de se cacher dans un trou. Aller Masami, un peu de courage, sois fort et montre-lui. Redressant un visage radieux, cachant du mieux qu’il le pouvait sa nervosité, n’ayant aucune envie de se retrouver dehors, pas avec ses trois là qui rodait, peut-être même plus que trois personnes tien, il sourit de toute ses dents, avec ce petit air adorablement innocent qu’il aimait bien afficher au travail. Une ombre glissa alors derrière lui et le jeune homme perdit toute expression, virant du rose au blanc. Une main, il avait sentie une main et se tournant rapidement vers sa droite, il remarqua malheureusement la silhouette qui se tapissait dans le noir. Avalant avec un peu plus de difficulté, il ramena un visage faussement heureux vers l’adulte. Il faisait froid, trois hommes lui tournaient autour, sans parler qu’il n’aimait pas particulièrement cette nouvelle ville. Joshua ne le laisserait pas dehors hein? Prenant l’initiative, le jeune homme avança d’un pas, l’air nerveux.

    « Il fait froid ce soir… » ^^’’


Joshua
    « I don't drink coffee I take tea my dear
    I like my toast done on one side
    And you can hear it in my accent when I talk
    I'm an Englishman in New York... »


    Un mauvais réveil. De ceux qui laissaient la tête pleine de songes et de rêves dont on ne voulait se rappeler. La journée lui parut d'un coup bien longue avec une fin incertaine. Comme d'habitude, il passerait le plus clair de son temps au bureau et puis avec un peu de chance, il pourrait s'arrêter au club de boxe. Depuis qu'il travaillait comme secrétaire chez les Alpha, il n'avait plus le temps pour ce genre d'activités. Hélas ! Car lui, il aimait bien suer à force de taper dans un sac de sable. Le britannique avait des manies que ses ''collègues'' comprenaient mal. Déjà ne pouvait-il pas boire du café comme tout le monde ? Enfin, il était compétent ou essayait de l'être au maximum. Une lumière éclaira la chambre. Une petite pièce à la décoration bien sobre. Rien de superflu. Un lit d'une personne avait été calé dans un coin pendant que non loin de la fenêtre, se trouvait un bureau. À côté du lit, se trouvait une table de chevet. Dessus un réveil qui annonçait plus de 8 heures. Il était temps de se lever. À trainasser ainsi, il allait finir par être en retard. Dans sa chambre, aligné avec soin par terre; sur le parquet, des livres. Des piles de livres. Joshua avait abandonné temporairement l'achat d'une bibliothèque. Pourtant il en aurait bien besoin ! Depuis son arrivée, il n'avait cessé de compléter sa collection. La télévision lui paraissait un achat toujours aussi superflu et il n'en possédait donc pas. Doucement, il concédait la possibilité d'avoir un ordinateur. Peut-être même que cela serait plus pratique pour son travail.

    D'ailleurs, s'il continuait, il allait vraiment être en retard. Tout en trainant les pieds, Joshua se glissa dans la cuisine. Ce n'était qu'une petite cuisine. Avec un petit réfrigérateur, une petite table. Parfait pour une seule personne. Une tasse de thé, une tartine grillée, un fruit et cela suffisait pour commencer la journée. Rapidement, le britannique se dirigea vers la salle de bain et passa sous la douche. Une vingtaine de minutes plus tard, il en sortait une serviette nouée autour de la taille. L'eau s'amusait à couler lentement dans son dos. L'homme retira sa serviette et s'essuya vigoureusement les cheveux puis le dos. Nonchalamment, il balança la serviette sur une chaise et alla chercher dans sa chambre de quoi s'habiller. Tout d'abord, un boxer puis une costume gris anthracite avec une chemise blanche. Pas de cravate. Exceptionnellement. Coup d'oeil à sa montre. Allez allez. Prenant ses clés et son manteau, il quitta son appartement pour filer au bureau. Le bureau, c'était le QG des Alpha. Cela ne faisait pas si longtemps que ça, qu'il y travaillait. Peut-être presque un an. Un peu moins sans doute. Pas suffisamment pour se qualifier d'ancien, mais suffisant pour ne pas être considéré comme un débutant. La journée s'était entrecoupé de dossiers, de pause déjeuner, de rendez-vous à faire tenir dans l'agenda, d'appels à passer. De toutes ces joyeusetés administratives qui cassaient les oreilles à certaines personnes.

    Le soir, il avait quitté le travail un peu plus tôt. Il avait promis de passer au club de boxe. Histoire de voir tout le monde mais aussi de se changer les idées. C'était une petite salle qui se trouvait sous un bar. En gros, ne venaient que ceux qui en connaissaient l'existence. Si possible sur invitation. Maintenant c'était comme ça. On se méfiait des fouineurs et de la police qui pouvaient très bien avoir envie de glisser leur nez dans des affaires qui les regardaient pas. De temps en temps, des combats illégaux s'y tenaient. On pariait beaucoup. On buvait beaucoup. On s'amusait aussi beaucoup. La belle vie en quelque sorte. Le britannique arriva sur le coup de 21 heures. La salle était loin d'être pleine. Il n'avait pas l'intention de boxer mais juste de venir causer avec les autres. Inahé s'entrainait dur sous l'oeil attentif d'une femme noire. À son arrivée, beaucoup s'était amusé à dire qu'entre elle et Joshua, quelque chose se tramait mais c'était faux. Il n'avait pas eu de relation depuis son arrivée à New-York 2. Ce n'était pas normal selon certaines personnes mais on avait pas essayé de comprendre le pourquoi du comment. D'ailleurs même lui, ne se l'expliquait pas. Enfin comme explication, il répétait « pas le temps ». Ah c'était pratique de dire ça et pas totalement faux.

    Qui plus, il habitait un appartement minable dans le Bronx. Qui avait envie de cette vie ? Généralement les filles chassaient les mecs fortunés qui pouvaient leur offrir tout le confort qu'elles souhaitaient. L'homme vivait davantage comme un loup solitaire. En gros pour une nuit, il était parfait pas pour une histoire de couple. N'ayant pas mangé, il finit par retourner à l'étage et commanda un plat au comptoir. Une part de pizza et une pomme. S'il vous plait. Le gérant commençait à bien le connaître et il se contenta d'un sourire sous la demande. Ça allait arriver presto. Le mec qui tenait le bar, dire s'il était latino, européen, impossible de le dire. Ici, les nationalités se mélangeaient, tout comme les couleurs de peau. C'était ce qui donnait le petit côté sympa du lieu. Parce que sinon, il ne payait pas de mine. La façade un peu vieille et usée par le temps n'avait rien d'engageant. Au contraire même mais quand on faisait l'effort de pousser la porte, on pénétrait dans un lieu bercé par des musiques du monde d'entier. Son dîner finit par arriver et il se mit à manger l'air pensif. Qu'est-ce qu'il allait faire ce soir ? Il devait bien y avoir un ou deux bouquins, qu'il avait commencés et pas encore finis. Le dîner fini, Josh retourna dans la salle souterraine et y resta jusqu'à 22h30.

    Cette heure arrivée, il quitta les lieux en saluant tout le monde. Ce fut donc à pieds qu'il retourna chez lui. Les rues n'étaient pas très sures durant les heures tardives mais peu importait. On venait rarement lui chercher des embrouilles. L'avantage d'avoir un grand gabarit et d'être un Alpha. Parce que la plupart des gens de son quartier le savait. D'ailleurs, il n'avait jamais été aussi tranquille depuis qu'on lui avait proposé le poste de secrétaire. Certes, ce n'était pas toujours facile mais ce n'était pas grave. Mains dans les poches, il avançait tranquillement. Son immeuble finit par se dessiner sous ses yeux. Grimpant les marches de l'escalier, il s'arrêta devant sa porte, l'ouvrit puis rentra. Comme tous les soirs, rien avait bougé. Tout l'attendait sagement. Lire ? Pas lire ? Envie de lire ? Pas envie ? Pas envie. La porte se referma dans un claquement derrière lui. Son corps se retourna et il la verrouilla avec soin. C'était le principe du ''on sait jamais''. Si quelqu'un était d'un coup inspiré de vous rendre une déplaisante petite visite. Balançant sa veste sur une chaise, il se déshabilla tout en rejoignant sa chambre. L'homme garda juste son boxer et plia soigneusement ses affaires pour les poser sur sa chaise de bureau. Envie de rien à part dormir. Il passa une de ses mains dans sa tignasse ondulée puis s'allongea.

    Son corps se glissa sous le drap froid. Un frisson parcourut sa peau. Ses paupières se baissèrent. Un soupir s'échappa de ses lèvres. Plusieurs minutes s'écoulèrent et Joshua s'endormit tranquillement. Il y eut comme une sonnerie. Une sonnerie qui ne collait absolument pas avec son rêve. Qui sonnait même bien trop réelle. Un grognement se fit entendre. Mollement, il ouvrit les yeux puis se redressa dans son lit. Qui est-ce que ça pouvait être ? Il devait déjà faire bien nuit alors qui pouvait s'amuser à lui rendre visite dans un tel quartier en plus. Le britannique se leva et finit par se diriger vers la porte. Juste en boxer, mais ayant tout de même eu la décence de passer une chemise, histoire d'être un peu couvert, il déverrouilla la porte et fixa celui qui venait de le réveiller. Son regard glissa doucement vers le bas et il l'aperçut. Sur le coup, l'homme resta silencieux. Il avait juste l'impression de rêver. Qui était-ce jeune homme ? Ses yeux se plissèrent et si le physique ne l'aida pas réellement, la voix fut comme un déclic. Il connaissait cette petite voix.

    « … Ma...sa... mi ? »

    Sa voix était teintée de surprise et d'incertitude. Et s'il s'agissait d'une autre personne ? Il aurait l'air malin à l'appeler par le prénom d'un de ses anciens élèves. Inconsciemment, l'homme se frotta les yeux. Non mais qu'on le pince. Il avait fait une croix sur le jeune homme. Sur la possibilité de le revoir un jour, parce qu'il avait tout simplement eu conscience que son départ avait du le blesser. Malgré ses airs bourrus et solitaires, Joshua avait conscience de ses actes et des autres. De ce qu'ils pouvaient ressentir. Il était humain et bien plus centré sur les autres que sur lui-même contrairement à ce que les autres pouvaient penser. Appuyé contre la chambranle de la porte, il essayait de remettre ses idées en ordre. La voix de Masami lui permit de se fixer sur la réalité et de sortir doucement de son état comateux. Oui, il aurait du mais ce n'était pas le genre de Joshua d'en faire toute une histoire surtout que bon..

    « Bah maintenant que tu es là... »

    C'était un peu trop tard pour faire ce genre de remarques. Surtout que le britannique aurait parié qu'il lui avait laissé son numéro de téléphone. Pourquoi n'avait-il pas pris contact avec lui ? Le jeune japonais préférait l'effet de surprise. Réussi pour le coup ! Mais l'homme ne savait quoi trop penser. Il n'avait eu aucun signe de vie pendant presque deux ans et là d'un coup, boum. Devait-il être heureux ? Triste ? Il était surtout dubitatif et essayait de trouver une raison à sa présence. Il doutait que c'était juste pour le voir. De toute façon, il n'avait pas la prétention de hanter l'esprit du jeune homme. Masami était tout aussi craquant qu'avant et il devait avoir un petit ami de son âge. La chaleur du lit lui manquait terriblement et cette arrivée soudaine le perturbait. Ses yeux coururent sur la silhouette du jeune homme. Tiens il avait un sac. Un puissant malaise l'assaillit d'un coup mais il garda ça pour lui. Un trentenaire comme lui angoissé à la vue d'un sac, non mais franchement, pathétique Joshua. Un sourire doux finit par apparaître sur ses lèvres. Oui, il faisait froid. Il ne pouvait dire le contraire. Son corps se dégagea lentement de l'entrée pour laisser le jeune homme entrer. Le britannique n'allait pas le renvoyer en pleine nuit. Surtout que ce quartier était bien trop dangereux pour un jeune homme comme son ancien élève.

    « Entre, je vais te servir une boisson chaud, ça te fera du bien ! »

    Il laissa le jeune homme entrer et ferma la porte avec soin derrière lui. La nuit allait être courte. Où allait-il dormir au fait ? Joshua pouvait lui laisser son lit et lui dormirait dans le salon. Il avait un petit fauteuil plutôt confortable qui pouvait servir. Hors de question de faire dormir Masami dedans hein. Principe du gentleman. On offrait le lit à ses invités même surprise. Le salon n'avait rien de particulier. Il n'était pas très grand, peuplé de livres essentiellement. L'homme n'avait pas enseigné la littérature pour rien. Se grattant la nuque, il s'approcha du jeune homme et lui fit signe de s'asseoir.

    « Qu'est-ce que u veux boire ? J'ai du thé, je peux te faire du café ou un lait chaud, si tu veux.. »

    Le froid le faisait frissonner et les muscles de son torse se contractaient doucement. Pas une fois, Joshua ne songea à aller s'habiller. Bon le lait chaud était plus pour les enfants mais il proposait ce qu'il avait. Quant au café, il avait une petite cafetière au cas où. Ce n'était pas parce que lui ne pouvait que du thé, qu'il ne devait pas penser aux autres. Et puis c'était gênait si quelqu'un arrivait, demandait un café et il n'y en avait pas. Ses mains se posèrent sur ses hanches puis sa main droite vint passer contre son cou. Et maintenant hein ? Qu'est-ce qu'il devait faire ? Il n'avait jamais été pour les retrouvailles et encore moins en face du premier garçon qui l'avait fait penché du côté d'un goût qu'il n'avait jamais éprouvé auparavant. Peut-être qu'il pouvait commencer par une formalité ? Après il verrait comment enchainer. Avec un peu de chance, cela viendrait même tout seul.

    « Tu es arrivé depuis longtemps ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:35

Masami
    L’effet de surprise était réussi mais pour le coup, Masami n’en ressentait aucun plaisir. Il aurait vraiment du appeler avant de ne se pointer le bout du nez, peut-être que l’homme était occupé hein? Timidement, il ne put même pas empêcher son regard de traîner derrière la silhouette humaine, cherchant signe de vie d’une autre personne. Il était seul? Vêtue de la sorte, c’était étonnant si c’était le cas, lui il ne l’aurait pas laissé seul. Et voilà, il devait encore fuir son regard, honteux de songer aussi facilement à son physique avantageux. Au final, Josh avait beaucoup plus qu’un beau corps, que des lèvres à vous faire perdre la tête et ne parlons pas de ses fesses hein! Se maudissant intérieurement d’être aussi faible, il sentit ses joues s’enflammé doucement, terriblement lentement, pas comme il y avait deux ans au moins. Son ancien enseignant ne savait pas comment réagir, ça c’était au moins clair et Masami ne pouvait plus rien y changer, il avait osé tenter le coup, le tout pour le tout en quelque sorte. Des regrets? Aucun chef! Mais il ne savait pas non plus comment réagir devant le comportement de l’adulte, parce que c’était bien ce que Joshua était devant lui. Terriblement plus mature, un véritable homme, aussi bien physiquement que mentalement, il n’avait rien à voir avec l’ébauche d’homme que devenait le petit japonais. Et pourtant, le petit brun aurait payé cher pour avoir droit à une part de son univers, un minimum d’importance dans son existence.

    Il était vraiment tard finalement et bien que ce fait fut remarqué à la dernière minute, le jeune homme ne s’en sentait pas moins coupable de déranger ainsi son ancien sensei. Lui qui agissait rarement sur le coup de l’émotion, de ses envies, il venait d’apprendre une bonne leçon : se laisser aller, ça n’a pas toujours que du bon. Mais une voix à l’intérieur laissait glisser quelques mots malsain : Oui mais on ne sait jamais, la nuit était encore jeune à quelque part. Jeune, pas vraiment et puis, en quoi la nuit pourrait-elle les avancer hein? Ça, son visage timide et le rose qui lui parcourait les joues, en disait long sur le sujet. Mais bon, revenons à ce pauvre Masami, qui se trouvait totalement intimidé devant le grand anglais, encore engourdis de sommeil, appuyé dans le chambranle de sa porte. La réponse qu’il lui offrit suite au fait qu’il était tard pour venir sans téléphoner, ne consola aucunement Masami mais avait-il seulement eu le droit de croire le contraire hein? Pas tellement. Joshua avait toujours été ainsi, terriblement gentil mais aussi très franc. Si un truc n’allait pas, il le disait et puis voilà, ce n’était pas plus mal remarquez et le petit japonais avait toujours apprécié ce trait de caractère. Avec l’homme, on n’était jamais déçu, parce qu’au fond, il ne cherchait jamais à vous plaire et vous donnais ce qu’il pouvait vous donner. C’était simple et aucunement malsain, on ne pouvait pas se faire d’idée en compagnie de Josh. Et puis quand les choses changeaient, on ne pouvait qu’accepter le changement, aussi cruelle la chose puisse sembler. Mais ça, Masa ne l’avait pas compris avant un bon moment.

    Tirant sur son sac, visiblement nerveux, l’invité ne savait plus trop comment se tenir. Et puis il y avait bel et bien eu une main qui lui avait frôlé les fesses hein. Les contacts physiques n’étaient plus sa tasse de thé et depuis longtemps, aussi son visage avait pâlit considérablement. Allait-il le laisser entrer? Il croyait bien mais il ne voulait pas s’imposer non plus. Ce fut finalement ce contact avec un inconnu, qui le fit avancer un pied vers l’appartement chaud, la chaleur venant lui caresser les joues dans une tentative de persuasion. Viens Masami, entre donc, glisse toi dans ma chaleur et peut-être même que je t’offrirais plus que ça. Il ne demandait que ça et ce sont des yeux presque suppliant qui glissèrent dans ceux de l’homme. Je peux? Les mots magiques quittèrent alors la bouche de l’adulte et sincèrement, le japonais su qu’il n’avait jamais été aussi heureux de les entendre ceux la. Entre. Oui, avec plaisir même! Lançant un dernier regard anxieux derrière lui, il s’engouffra dans l’appartement de l’homme, encore légèrement timide alors qu’il s’empressait de retirer ses chaussures. Il ne perdrait jamais cette habitude hein. Non, impossible.

    « Arigato. »

    Murmurer tout bas, son remerciement était bien moindre mais lui, il le pensait vraiment. Une boisson chaude, c’est vrai que ce serait bien et un petit sourire fut envoyé à l’adulte. Josh n’avait rien perdu de son charme, même que maintenant que Masami le regardait de plus près, retirant lentement ses moufles, il ne pouvait que lui en trouver davantage. Est-ce qu’il était seul? Ce serait étonnant mais venant de son ancien sensei, c’était fort possible aussi hein. Le loup solitaire, terriblement séduisant mais terrer dans son antre. Loin d’avoir réalisé que son sac avait suscité autant d’émotion chez son hôte, le japonais y rangea ses mitaines puis passa celui-ci par-dessus sa tête, le posant au sol, tout près de la porte. Il n’aimait pas s’imposer ainsi mais il avait sentit le besoin de venir, de le voir de ses propres yeux. Allait-il bien? Est-ce qu’il avait trouvé une femme pour le combler? Pensait-il à lui parfois? Tant de question qu’il n’oserait probablement pas poser mais dont ses yeux étaient tourmentés. Retirant le foulard enlacé contre sa gorge, il le fit tourner autour de sa tête. Un, deux, trois tours et puis voilà, la masse blanche se retirait, sagement posé sur son sac dans les cinq secondes suivantes. Déboutonnant lentement son manteau, caressant la pièce des yeux, un petit sourire aux coins des lèvres, il ne pu que retrouver l’âme de celui avec qui il n’avait eu droit de partager que bien peu de temps. Une petite pièce plutôt vide, ne comportant que ce qui semblait nécessaire et puis des livres, beaucoup de livre. Une question lui fut alors posée et le jeune homme redressa le visage vers celui de Josh. Que voulait-il à boire? Humm, c’était une question piège là? Ne sachant pas si c’était le cas ou pas, le petit brun se contenta de sourire timidement.

    « Un lait chaud, ce serait gentil… »

    Il passerait pour un gamin, les adultes prenaient du café ou du thé, il n’y avait que les enfants pour demander du lait chaud. Oui mais malgré tout, à une heure pareille, Masami ne se voyait pas prendre quelque chose de plus fort. Un thé aurait probablement pu lui convenir mais bon, le lait chaud lui semblait plus intéressant. Au final, il n’était encore qu’un gamin hein, mais ça, Joshua le savait. Deux ans avaient passé, pas plus et puis, si le mystère rodait dans la pièce, s’entremêlant aux deux hommes, chacun devaient bien savoir que l’autre n’avait pas pu évoluer autant que ça. Posant son manteau sur son sac, faisant en sorte que le tout tienne, Masami avança lentement dans la pièce, presque timidement d’ailleurs, comme s’il craignait de déranger quelque chose.

    Ses yeux effleurèrent les livres, présent dans la pièce, mais furent bientôt appelé par la silhouette impressionnante de son hôte. Son corps ne laissait rien à désirer, en fait, Josh possédait un physique des plus plaisants, aussi bien pour les yeux que pour les mains et ça, le petit homme le savait pertinemment. Non pas qu’il y ait tellement posé les mains mais ses yeux, eux, avaient eu droit à leur lot de plaisir. Depuis quand rêvait-il à ce corps? Trop longtemps, deux ans à être obsédé par ce corps, à rêver de cette voix rauque, à se languir de sentir ses grandes mains glissé sur son propre corps. Laissant traîner ses yeux noisette sur le torse, quelque chose de chaud se mit à bouger au creux de son ventre alors qu’il observait le froid faire son chemin jusqu’à Josh. Son corps se contractait, sa chemise et son sous-vêtement ne suffisant vraisemblablement pas. Suivant des yeux la main qui se posa sur sa hanche, il eut du mal à dissimulé les idées qui lui parcourait la tête et préféra se concentrer sur l’autre main, ses joues s’empourprant doucement. Mais celle-ci trouva le chemin jusqu’à la nuque invitante de l’homme et Masami soupira tout bas, torturé par l’insouciance de son sempai.

    Comment lui en vouloir d’être aussi… aussi quoi tien hein. Il n’y avait pas de mot pour le décrire, Masami n’avait jamais réussis à comprendre complètement ce que pensait l’adulte. Que ce sois à cause de son âge ou encore parce qu’il était lui-même quelqu’un plus complexe, il n’y avait pas tellement songé mais les faits restaient les faits. Joshua était un homme formidable mais emprunt de mystère, l’adolescent ne devait pas être le seul à le penser. Passant les mains dans ses cheveux, les aplatissant un minimum alors qu’il rejoignait doucement l’adulte, à coup de petit pas dans sa direction, leur yeux se rencontrèrent et Masami perdit l’usage de la parole. En fait, il ne savait plus s’il respirait ou pas, pour le moment du moins. Baissant simplement les mains de chaque côté de son corps, ne faisant plus attention aux bouts de ses doigts, complètement gelé, il n’entendit pas immédiatement la question, bien trop concentré sur le timbre de voix. Il avait passé deux ans sans cette voix, il en avait rêvé pendant tout ce temps, il devait donc prendre son temps pour la remettre dans sa mémoire. Pourquoi? Parce que rien ne lui permettait de croire que l’adulte accepterait de lui adresser de nouveau la parole dans un futur proche, peut-être même qu’il n’en avait plus envie du tout.

    Ne répondant rien sur le coup, il se contenta de le regarder, immobile. Ses yeux le dévoraient et il était probablement très clair, d’un point de vue extérieur du moins, que l’adolescent n’avait pas connu de changement de cœur. Sa poitrine se compressait devant la vue de l’adulte et le souffle lui manquait, Joshua avait une aura puissante, quelque chose que Masami n’avait trouvé chez personne d’autre. Mais il n’avait pas cherché non plus, n’est-ce pas. Il s’en fichait, l’envie de chercher ne lui était jamais venue, caresser ses souvenirs lui avait semblé plus facile, plus correcte aussi. Puis, le sens des paroles le percuta et il écarquilla les yeux un instant, comme surpris. Il devait passer pour un idiot maintenant, ne pas répondre à une question aussi simple, franchement. Secouant doucement la tête alors qu’il baissait légèrement la tête pour lisser son pantalon, il parla tout bas, doucement.

    « Non, un peu avant le dîner en fait… J’avais quelques affaires à régler au Japon avant de ne pouvoir venir m’installer ici. »

    Et voilà, il l’avait dit. C’était clair non? Il venait s’installer ici, dans New-York 2. Redressant rapidement les yeux, attentif, il chercha la réaction de l’adulte. Comment le prenait-il hein? Un pas fut encore franchit pour les séparer et Masami esquissa un petit sourire. Il n’avait pas vraiment besoin de dire pourquoi il était là mais sur le coup, devant Joshua, ça lui semblait normal de terminé ce qu’il avait commencé. Détournant les yeux, il continua donc.

    « Ma tante a eu un accident. Je n’avais plus tellement de raison de rester là-bas et puis une personne vraiment importante pour moi, venait ici…»

    Bon, à expliquer les choses comme ça, il risquait d’y avoir un malentendu hein. La personne vraiment importante se voulait être son meilleur ami, presque un frère pour lui et puis, l’adulte l’avait déjà vue quand même. Akira ne pouvait pas être un inconnu aux yeux de Joshua, il devait se rappeler que c’était le seul ami que Masami avait eu, c’était toujours le cas d’ailleurs. Sauf que bon, ça il ne pouvait que le supposer, parce qu’au final, l’adulte avait bien pu ne rien retenir. Lui, il avait vue leur histoire, bien que courte, comme quelque chose d’important mais rien ne voulait dire que l’homme qui se trouvait debout devant lui, pensait la même chose. Comment est-ce que Josh encaissait le coup? Masami ne voulut pas attendre de le savoir et sans vraiment laisser le temps à l’homme de réagir vraiment, s’approcha rapidement de lui. Lui qui avait toujours été d’un calme adorable, n’avait plus envie d’attendre et sans crier gare, se glissa contre l’adulte.

    Sa chaleur était rassurante et ses bras enlacèrent la taille de Joshua, davantage par instinct que par une idée calculé. Se serrant contre lui, son visage se nicha contre son poitrail et il ferma les yeux, retenant son souffle alors qu’il espérait ne pas connaître de rejet de la part de l’adulte. Ses doigts ne palpèrent pas la peau, bien que ce sois tentant, ayant glissé sous la chemise, ses mains gelés se réchauffait sur la peau au teint si alléchant, se cramponnant à lui. C’était enfantin, probablement même idiot mais il n’y pouvait rien. Et là, il soupira, sa joue frottant timidement contre le torse finement découpé, effleurant à peine l’un de ses pectoraux, ayant encore quelques centimètres à gagner pour ça.

    « Et puis c’est ici que vit Sensei… »

    Oui, il n’y avait rien de plus vrai que ça et ouvrant un œil, encore craintif, il se demanda s’il faisait bien. Peut-être est-ce qu’il était en train de faire fuir Joshua hein? Mais il n’avait tout simplement pas eu la force de résister à l’envie de se presser contre lui. Ça faisait tellement longtemps, terriblement longtemps qu’il n’avait pas eu le plaisir de le sentir contre lui. Le sentiment était toujours le même, une vague de plaisir se glissait dans son ventre et puis cette impression de sécurité l’enveloppait. Joshua, il se trouvait contre Joshua. Un petit sourire enfantin glissa sur sa bouche, trop heureux pour le repousser encore longtemps. Ses mains glissèrent alors doucement de leur position, cessant de se cramponner pour plutôt palper enfin la peau, le bout de ses doigts jouant sur la peau chaude, bouillante même vue le froid qui enveloppait encore ses pauvres doigts. Le cœur en vrille, ses pensées s’emmêlant, il se détacha légèrement de lui, sa joue ne quittant toutefois pas son torse, le reste de son corps prenant un peu plus de recul uniquement. Pas question de redresser les yeux et de tenter sa chance, Masami n’avait pas encore assez de courage pour ça et il parla tout bas, la gorge sèche.

    « Am I... still cute as a girl... Josh... shua...? »

    Cette simple question lui ramenait le souvenir de leur première rencontre, leur premier baiser. Est-ce Josh se rappelait lui avoir dit qu'il était aussi mignon qu'une fille? Masami n'avait pas oublier, il avait même fouillé dans un dictionnaire afin de comprendre et ce, dès qu'il était rentré chez lui. Ce simple souvenir le fit rougir et il avala le peu de salive existante dans sa gorge, avec peine. C'était comme s'il se lançait dans le vide en ce moment parce que si la question n'avait rien de terrible, les sentiments qui naîtrais de la réponse, saurait le faire réagir. Il ne restait plus qu'a voir si l'adulte voulait continuer. Mais continuez quoi hein? Ça, Masami espérait qu'il le comprendrait. Et il se trouvait là, pressé contre lui, le coeur lui battant les tempes alors qu'il attendait, les yeux fermé.


Joshua
    Pas la peine de le remercier, après tout, il avait beau être un ours, il avait tout de même du savoir vivre. Joshua avait aussi d'ailleurs le physique de l'ours. En plus intéressant. Enfin voilà Masami était au chaud et il avait fermé la porte profitant de ne plus être en courant d'air. Les chaussures trônaient non loin de la porte et l'homme leur lança un regard perplexe. Décidément, ces japonais... Ils ne perdraient jamais cette habitude. Quoique ça lui arrivait aussi de faire la même chose, histoire de ne pas salir par terre. Joshua rêvassait dans le salon, pendant ce temps, son ancien élève retirait son écharpe. Il ne put se dire qu'une seule chose. Il était toujours aussi cute. Ces petites choses grandissaient bien mais loin, était le temps où il pouvait se permettre de voler des baisers. L'adolescent était devenu un jeune homme. Et deux ans s'étaient écoulées. Jouant le bon hôte, l'homme avait finalement proposé des boissons chaudes au plus jeune. Patiemment, le britannique attendit la réponse. Ses yeux couraient timidement sur la silhouette frêle. Allez, regarder n'allait pas lui brûler les yeux ! Mais ce n'était pas ça, son problème. C'était que l'arrivée du jeune homme faisait remonter tout un tas de souvenirs dont il souhaitait se passer. Non parce qu'on croit qu'on peut facilement tout oublier. Mensonge. Les lèvres du jeune homme l'avaient souvent obsédé. Pourtant, il n'avait cherché personne pour combler ce manque agaçant. Le travail l'avait aidé. Rien de mieux pour ne laisser aucune place à ses sentiments.

    La petite voix du jeune japonais s'éleva et donna la réponse. Un lait chaud. Honnêtement, il l'aurait parié. Ok, pas de problème. De toute façon, vu l'heure c'était ce qu'il y avait de mieux. Sauf s'il avait l'intention de faire une nuit blanche auquel cas, le café aurait été plus judicieux. Mais qui avait envie de passer une nuit active ? Sûrement pas lui, il travaillait demain après tout. Qui plus est, il n'avait pas ce genre de pensées. Joshua hocha la tête en souriant et le laissa prendre ses aises. Son appartement était plutôt petit mais on pouvait tout de même circuler sans gêner ou être gêné. Toujours torse nu, quoi de plus normal étant donné qu'il était chez lui, le britannique marcha tranquillement en direction de l'adolescent. Toutefois, ses pieds s'arrêtèrent, l'incitant à ne pas aller plus loin. Doucement, il posa ses main sur ses hanches, alors qu'une question s'échappa de ses lèvres. Oui, il était un brin curieux mais on ne pouvait pas lui en vouloir, non ? Un jeune homme que vous aviez bien connu débarquait chez vous presque deux ans plus tard, cela suscitait forcément des interrogations, non ? Comme il était arrivé à sa porte, Joshua estimait qu'il avait le droit de savoir. D'ailleurs, est-ce que son seul numéro de téléphone avait permis au jeune homme de localiser ? Ou avait-il embauché quelqu'un ? Non, impossible, cette idée paraissait folle à l'homme. La petite tête brune n'avait aucune raison de faire ça.

    Son corps finit par glisser dans une autre pièce. La cuisine était ouverte sur la pièce servant de salon. Comme une cuisine américaine. Des meubles modernes qui collaient parfaitement avec l'atmosphère de l'appartement. Qui était des plus minimalistes. Pas de décoration en trop. Quelques plantes vertes. Quelques bougies. Des teintes claires et douces. Cherchant Masami du regard, ses yeux croisèrent les siens. En réponse à ce geste, il eut un doux sourire. Quelque chose de rassurant et chaleureux. Une de ses mains se ferma sur la poignée d'un placard. Elle le tira dévoilant le contenu. Des casseroles et des poêles en tout genre. Une casserole. Un petit tour dans le réfrigérateur et il en sortit une brique de lait. Le liquide blanc fut déversé dans le contenant en inox. La casserole atterrit sur l'une des plaques de cuisson. Un mug. Il en fallait un. Le britannique en sortit un bleu qu'il posa sur le plan de travail. L'odeur du lait entrain de chauffer embaumait lentement la pièce. Une odeur de chaud. Ça lui faisait presque envie tiens. Peut-être que ça l'aiderait à se rendormir sans problème. La voix du jeune homme se fit à nouveau entendre et Joshua redressa le visage. Avant le dîner ? Son arrivée était donc des plus récentes. À vrai dire, l'homme pensait que cela faisait déjà au moins plusieurs jours. Mais si cette arrivée était aussi récente pourquoi le jeune homme était passé chez lui ?

    À cette heure qui plus est. Avait-il mangé avant ? Visité un peu la ville ? Il aurait pu choisir de dormir et venir le voir le lendemain. Il ne comprenait pas trop la précipitation dont Masami avait fait preuve. La suite ne l'aida pas davantage. Passant une main dans sa tignasse, il souffla ses condoléances tout en réfléchissant. Une personne importante était venue ici ? Hm si la dernière personne de sa famille était décédée, cette personne qui comptait ne pouvait avoir qu'un rôle. N'empêche, ne plus avoir de famille à un si jeune âge, cela lui faisait un petit quelque chose. Une sorte de pincement au coeur. Pour ça que lui se confinait dans une solitude relative. Il ne laisserait personne derrière lui. Il n'aurait pas de regret. Une façon de se rassurer et d'avancer paisiblement dans la vie. Le plus naturellement du monde, le britannique lança.

    « Ton petit ami est arrivé à New-York 2 alors ? »

    Cela pouvait paraître ridicule mais toutes les informations et les faits mis bout à bout donnaient cette seule possibilité. Récapitulons : Joshua était parti en laissant son numéro de téléphone au jeune asiatique. Bien sur ce dernier avait mal pris son départ et le britannique le comprenait très bien. Le jeune homme arrivait donc en ville suivant une personne chère. Masami était bien plus jeune que lui, il était donc normal qu'il rencontre quelqu'un durant ses deux ans et décide de vivre avec lui. Son raisonnement le satisfaisait mais il y avait une chose qui ne comprenait pas. Pourquoi était-il là ? Il n'avait aucune raison de venir le voir, après tout, non ? Revenant au présent, Joshua retira la casserole du feu et versa le lait dans la tasse. C'était chaud et les volutes blanches qui dansaient au-dessus de la tasse le rappelaient. Il avait temporairement oublié la présence du jeune homme préférant éviter de faire des bêtises avec le lait. La tasse en main, l'homme se retourna mais bien vite, un petit corps vint se coller à lui. Joshua resta interdit. Une étrange sensation le parcourut. Quelque chose se réveillait. Quelque chose qu'il avait enfoui dans un coin de son coeur. Il revoyait les soirs où Masami restait blotti contre lui. Ses mimiques à croquer. Tout lui plaisait et lui donnait envie de prendre soin du petit homme. Est-ce que le jeune homme se rendait compte à quel point, il était cruel ? Il se blottissait contre lui comme si, comme s'ils n'avaient jamais été séparés. Ses yeux glissèrent sur la petite tête fourrée contre son torse. Rapidement le britannique finit par détourner le regard. C'était un peu trop pour lui. Il devait se rappeler qu'il n'avait plus le droit. Que c'était fini leur époque bénie de complicité. Heureusement le jeune homme prit la parole et les pensées de Joshua changèrent de cap. Enfin quelques secondes.

    « Maintenant oui ! C'est différent du Japon mais on s'y habitue ! »

    Son ton se voulait enjoué mais il était presque choqué par les paroles. S'il n'avait pas trouvé la force de parler, il serait resté la bouche ouverte. Et encore, il avait sorti un truc terriblement bateau. Masami l'avait pris de court. En quoi cela importait qu'il vive ici ? C'était très mignon mais il ne comprenait pas. Était-ce la puissance d'un lien qui les unissait entre élève et professeur ? Même si Joshua ne l'était plus depuis un bon moment. N'osant éloigner le jeune homme de lui, le britannique se contenta d'attendre. Mais au fond, s'il était honnête, il fallait qu'il avoue qu'il aimait cet instant. C'était la première fois depuis son arrivée, qu'une telle étreinte avait lieu. Ou plutôt qu'il la laissait avoir lieu. Certaines femmes auraient sans aucun doute accepté de l'occuper, l'aider à passer à autre chose. Ce sens de la dévotion était absolument adorable mais très peu pour lui. Il ne consommait pas d'encas. Même si ceux-là n'avaient rien de mauvais pour la ligne. Le contact des mains du jeune homme le touchait. Il n'avait jamais été attiré par les hommes mais Masami avait encore ce côté qui réussissait à lui plaire, le charmer. Quand il était avec lui, son côté adorable le piégeait et manifestement même deux après, le charme opérait toujours. De plus, le jeune asiatique était plein de ressources et personne d'autre ne pouvait déstabiliser à ce point le grand gaillard anglais. Il en fit d'ailleurs une nouvelle démonstration.

    « You're but I don't have the right to say this anymore... »

    N'empêche comment Masa pouvait-il se rappeler de cela ? Cela remontait à leur première rencontre. Leur première soirée. Josh n'aurait jamais songé que ses propos puissent rester ancrés dans son esprit aussi longtemps. Doucement, le britannique leva son bras et sa main libre vint caresser la petite tête du jeune homme. Non maintenant, il se contenterait d'être un spectateur discret. Là quand Masami aura besoin de lui. S'il en avait besoin évidemment. Quoique Joshua ne devait pas perdre de vue, son objectif tout de même. Un soupir effleura ses lèvres. Il allait devoir se remettre activement en chasse. Depuis le temps qu'il le traquait, il finirait bien par lui mettre la main dessus. D'ailleurs pas de chance, parce que le britannique était très tenace. Il aurait pu laisser cette histoire couler. Faire le deuil de ses amis et coéquipiers, mais impossible. Il avait soif de vengeance mais aussi de comprendre. Pourquoi tout s'était passé ? Pourquoi David et Reuben avaient été sacrifiés ? Tant que ces questions continuaient à subsister dans son coeur, l'homme était incapable de se tourner sincèrement vers quelqu'un. D'aimer. De donner de soi juste pour le plaisir de la relation. Quittant ses douloureuses constatations, l'adulte murmura.

    « Ton lait va être froid, hein... »

    Il devait l'être déjà. Le mug pendait au bout de son bras comme oublié. Joshua approcha la tasse pour qu'elle soit à hauteur d'yeux. Comme si le mug disait, bois, allez bois. Enfin heureusement, il ne faisait rien de tel. Doucement, le britannique fit reculer le jeune homme et lui donna sa tasse. Le lait réchauffé, ce n'était pas très bon. Et puis bon, Masami viderait toute sa bouteille dans ce cas. Pensivement, l'homme s'étira et ses muscles se dessinèrent honteusement. Cherchant à se faire voir. On pouvait même constater que son boxer moulait particulièrement bien ses attributs. Peut-être aurait-il du privilégier le pantalon à la chemise ? Au final, avait-il réellement moins froid ? Josh n'était pas frileux par nature. S'il l'avait été, il aurait filé fissa passer un pull ou quelque chose de bien chaud. La précédente tentative du jeune homme était donc passée à côté de sa cible. Pas parce qu'il ne voulait rien à voir affaire avec l'asiatique. Parce qu'il n'avait juste strictement rien compris. Josh ne comprenait pas les détours et les sous-entendus dès que les sentiments étaient en jeu. Par contre sur un plan professionnel, il les comprenait parfaitement. Comme quoi, il était très mal configuré. Pensivement, son regard se posa sur une horloge accrochée à côté de la porte de sa chambre. L'était très tard hein.

    « Je te laisse mon lit pour cette nuit, tu vas pas rentrer à une heure pareille. D'ailleurs, tu loges avec ton petit ami ? Il ne va pas être inquiet ? »

    Josh ou comment être aux petits soins. Il n'avait même pas conscience qu'il s'avançait à dire des choses sans savoir si elles étaient vraies ou non. Au moins cela lui permettait de faire une croix en quelque sorte sur ce qu'il jugeait impossible. Car oui, il avait adoré les quelques mois passés avec Masami. En sa compagnie. Même s'il avait gardé cela pour lui, il s'était surpris à espérer que leur relation dure un peu plus. De toute façon, il avait décidé qu'il accepterait très bien le fait que le jeune homme choisisse de se tourner vers un jeune de son âge. Aimer, prendre soin de l'autre se retrouvait aussi dans l'écoute de son coeur, dans l'importance du bien-être. Celui de Masami passait donc avant tout. Tout de même quel genre d'homme était son copain ? Est-ce que ce dernier apprécierait que le jeune homme passe la nuit ailleurs ? Ce n'était pas comme si Josh avait l'intention d'en faire son quatre heure mais tout de même. De toute façon, il était incapable de dormir dans le même lit que le jeune homme. Le britannique craignait de retrouver ses souvenirs, ses anciennes sensations. Disons que Josh n'était pas encore pour ça. Même si l'envie d'étreindre le jeune ne lui manquait pas. Chassant cette idée de la tête, ses yeux se posèrent sur le sac de l'asiatique. Le nécessaire d'une nuit ? Ou juste un sac comme ça ? Lâche ce sac, Josh, pense à autre chose. Il y avait bien quelque chose qui pourrait le sauver. Il ne mit pas longtemps à trouver le sujet qui lui fallait.

    « Tu continues tes études ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:37

Masami
    Une question fut lancée dans les airs. Y avait-il une réelle réponse possible à cette question? Probablement mais elle n’en reçut aucune. Le jeune japonais n’entendant pas clairement celle-ci, préférant peut-être l’ignorer aussi. Il avait bien entendue quelques mots lancé tout bas, de cette voix si douce mais en fait, il avait préféré ce concentré sur le timbre de celle-ci. Pourquoi s’accaparer des mots quand il pouvait enfin entendre la voix du bel homme. Ils avaient passé tant de temps loin l’un de l’autre, tenter de comprendre son sens, aurait été une perte de temps. Peut-être que son sens lui reviendrait plus tard, peut-être pas non plus. Connaissant le jeune Masami, il y avait toutes les chances pour que le sens le frappe de plein fouet un peu plus tard. Il serait alors complètement déboussolé, désarmer, son âme offerte toute nue devant le grand homme. Il n’aurait pas peur cependant, non il en avait assez de craindre le futur en silence, il était temps qu’il se décide et avance sans plus de chichi.

    Observant la pièce, sa conscience flottant quelque part dans la pièce alors que l’odeur alléchante du lait venait lui caresser les narines, il se mit à sourire doucement. L’appartement de Joshua, il était dans l’appartement de Joshua. C’était difficile d’y croire sans le répéter plusieurs fois dans sa tête, il avait même encore du mal à croire qu’il était bel et bien arrivé dans ce nouveau pays. Oh, les différences le frapperaient rapidement et de plein fouet hein, il n’avait aucun doute à ce sujet mais quand même, c’était incroyable. Tiré un trait sur une vie en partie déjà tracée, laisser de côté tout ce qu’il connaissait pour se lancer dans une nouvelle aventure, dans un nouvel environnement, c’était épatant. Il ne s’en serait jamais cru capable en fait. L’ancien Masami, celui qui avait été prit en charge par sa tante inconnue, n’était pas capable de grand-chose mais finalement, il avait apprit à se débrouiller au fil du temps. Il y avait eu Joshua et puis, Akira. Il n’était plus le même au final et cette nouvelle personne ne lui déplaisait pas. Il y avait toujours ses craintes enfantines, il se sentait souvent seul mais il tenait bon. Le courage avait trouvé un peu de place dans son petit corps et il y puisait de nouveau quelques forces.

    Il n’était pas venu ici sans raison quand même. Voir l’adulte était terriblement important pour lui. On pouvait voir son acte irréfléchi comme un manque de maturité, il aurait pu appeler en effet mais lui, il le voyait plutôt comme un geste impulsif important. L’envie d’appeler l’homme avait été omni présente pendant les deux années passées mais il n’en avait pas trouvé le courage et puis, il n’avait rien à raconter non? Non, il ne voyait pas ce qu’il aurait pu raconter à son ancien enseignant, à son ancienne flamme. Est-ce qu’il avait réellement le droit de lui donner un autre titre? Il ne savait pas, il n’avait jamais su. Si le britannique savait se montrer claire et précis quand il s’agissait de donner son avis, dans les messages subtils, il n’avait pas tellement de talent. Masami était encore jeune à cet époque, influençable peut-être et le grand blond avait probablement vue leur histoire, de bien courte durée d’ailleurs, comme quelque chose de banale. Un élève qui tombe amoureux de son professeur, ce n’était pas nouveau après tout. Il avait été impressionné, l’adulte était charmant, le petit cherchait quelqu’un pour le protégé, un peu d’attention et puis voilà. Mais résumé leur histoire à ça, c’était cruel et Masami aurait immédiatement protesté.

    Tout aurait pu être différent, enfin c’est ce que pensais le jeune homme, s’il lui avait avoué ses sentiments. Oui, parce que finalement, l’anglais était partit sans connaître les vrai sentiments de son jeune élève. Sa tante avait tenté de le consoler, les mots ne changent pas tout et puis, Masami n’en avait pas vraiment besoin pour affirmer ce genre de chose, n’est-ce pas? Non, probablement pas mais Joshua n’était pas n’importe qui. Il se détachait de tout si facilement, rien ne semblait l’atteindre et quelque part, le petit homme avouait que ce trait de caractère, l’avait toujours blessé. C’est peut-être dans cet état d’esprit que le japonais avait décidé que ses sentiments ne seraient jamais retournés. À quoi bon dire je t’aime, si l’autre ne peu pas répondre? Autrefois il n’en avait pas vue l’intérêt mais maintenant qu’il se retrouvait en face de lui, l’observant alors qu’il transvidait le liquide chaud dans un mug bleu, il regrettait. Y avait-il encore de la place pour les regrets? L’homme bougeait lentement, sur de lui, comme toujours et Masami se posait la question encore et encore. Il n’avait plus envie de regretter, c’était intenable comme situation, détestable comme sentiment et maintenant qu’il avait fait son bout de chemin jusque dans cette cuisine-salon, il ne reculerait pas aussi rapidement, pas aussi facilement.

    Quelques pas franchis. Un corps chaud. Il se trouvait enfin contre Josh, sa joue pressée contre lui, écoutant attentivement la musique que son cœur jouait contre sa poitrine. Boum boum, boum boum, boum boum. Le rythme accélérait légèrement mais pas suffisamment pour rejoindre celui entamé par le jeune homme. Dommage. Conscient de son propre émoi, ne tentant pas de le dissimuler, il c’était lancé contre l’homme, dès qu’il c’était tourné face à lui. Ce n’était pas dans les habitudes de l’étudiant de se lancer comme ça sur les gens mais face à Josh, il croyait posséder quelques droits d’agir de la sorte. L’avait-il oublié? Avait-il trouvé quelqu’un pour le remplacer? Au final, il se pouvait bien que tout ça n’ait jamais eu un quelconque intérêt pour l’adulte aussi hein. Remplacer rien par rien, ce n’est pas difficile, il faut bien le dire. Masami n’avait pourtant aucunement l’intention de penser ainsi et il s’accrochait, ne sachant tout simplement pas ce qu’il devrait faire d’autre. Il avait donc laissé des paroles tomber sans plus y songer. Parler, cacher son trouble, chasser l’anxiété. Oui, c’était facile, c’était la meilleure façon. Mais lorsqu’on l’on parle sous le coup de l’émotion, on ne peut pas toujours être très clair, n’est-ce pas. Complètement. Et dieu sait que le petit japonais n’avait rien de bien précis dans son récit.

    Sensei vit ici. Oui et? Ça ne changeait strictement rien à la situation. Clair et précis, c’était des qualités qu’il se devait de posséder pour que l’adulte le comprenne. En ce moment, Masami parlait une autre langue. Subtilité et sensibilité ne rejoindrait pas le terriblement séduisant britannique, contre lequel il se pressait. Il le savait mais il n’avait pas encore la force d’être plus précis dans ses paroles, seuls ses gestes semblaient se montrer véritablement honnête. Arrivait-il seulement à les contrôler? Vite comme ça, il aurait dit que non, son corps c’était propulsé contre celui de son aîné sans plus de réflexion, il était redevenu un automate. L’adolescent qui c’était pressé contre son enseignant, il y avait deux ans de ça, n’était pas encore mort en lui. Il respirait toujours, il avait seulement feint la mort, tombant dans un coma, dans une profonde hibernation. Maintenant éveillé, il reprenait sa place, ses droits et tant pis pour ce que le nouveau propriétaire en pensait. Ça lui allait pourtant parfaitement, parce que sa bouche elle, se trouvait toujours indépendante et pas tellement douée pour le moment.

    Le réconfort trouvait sa place dans son cœur, dans sa tête aussi et Masami sentit son corps se détendre un minimum. Son cœur battait toujours la chamade, ses tympans vibrant au son de celui-ci, comme pour qu’il ne l’oubli pas. Tu te trouve contre Joshua, dans ses bras, le réalise-tu seulement? Oui, il ne faisait que ça et un sourire naquit sur sa bouche alors que l’adulte répondait à ce qui n’était pas vraiment une question. Le ton était trop joyeux, trop enjoué pour sonner correctement dans cette bouche. Pas que le petit homme voit son hôte comme un homme froid et dur mais Joshua n’avait rien d’un joyeux luron non plus. Il attendait maintenant la suite, s’accrochant à lui, parce que c’est bien ce que leur étreinte était, ni plus ni moins. Masa s’accrochait à Josh et celui-ci attendait qu’il le relâche. Pas la peine de le réaliser, pas besoin de s’en inquiéter, ce ne serait que plus douloureux. Et la douleur, il en avait eu sa dose. Pourtant, il existe un fossé entre vouloir et devoir, aussi le jeune asiatique fut bien forcé de réalisé que pour le moment, il était le seul à apprécié ce contact. Enfin, c’était ce que la situation laissait croire.

    Blessé, parce que c’est bien ce qu’il ressentait, malgré la proximité entre lui et l’adulte, il avait finalement laissé tombé une question. Un souvenir de leur première rencontre, des premiers mots gentils, magiques, que Joshua lui avait offerts. Mignon comme une fille hein? Il se rappelait que la première fois qu’il les avait compris, après avoir fouillé son dictionnaire, il n’avait pas vraiment su comment les accepté. Pas encore certain qu’il avait réellement compris le sens de ses paroles innocentes, il avait demandé conseil auprès de son nouvel ami, qui était maintenant un frère pour lui et il avait alors du accepter les faits. Joshua aimait les femmes, les filles, aussi être mignon ne pouvait que regarder le sexe féminin. Pourtant, il l’avait complimenté, il l’avait serré contre lui, lui avait permis de lui voler quelques baisers. Ça avait été troublant mais à la fois terriblement rassurant. Si seules les femmes avaient droit à ce genre de traitements en temps normal, alors Masami était spécial hein. Oui, il avait décidé qu’il en était ainsi, même si ça pouvait sembler légèrement suffisant de sa part. Mais en ce moment, l’adulte ne lui offrait rien n’est-ce pas. Il ne le touchait pas, il subissait tout simplement. Et le cœur du visiteur n’en était que plus lourd, le poids se faisant de plus en plus présent alors que l’organe continuait de battre follement.

    La réponse lui tomba dessus comme une gifle et il n’osa pas bouger durant un instant. Plus la peine de se cramponner. Ses mains ne bougèrent cependant pas, comme incapable de reprendre vie, posé mollement sur la peau qui l’avait fasciné par sa chaleur, il y avait à peine quelques secondes. Josh n’en avait plus le droit? Le début de sa phrase, bien que favorable, tomba dans l’oubli pour le petit homme. Loin de penser à sa propre situation, Masami comprit sans plus de mal que l’adulte avait du rencontré quelque un. Bien entendue, il ne voyait pas l’homme séduisant comme un être infidèle et il se montrerait compréhensif. Il n’avait pas le droit de lui imposer son retour, encore moins d’espérer quoi que ce sois hein. Non, aucun droit et sans le vouloir, son regard devint légèrement flou. Contient tes larmes Masa, ne flanche pas, Josh n’a pas à enduré ça! Oui oui, il savait mais ce ne serait pas facile. Ça non. La main tomba sur sa tête mais ce qui aurait du lui faire plaisir, qui lui aurait fait plaisir quelques secondes avant la réponse, ne lui arracha qu’une larme. Dieu merci, il fixait le sol, la joue pressé contre le torse puissant, dissimulant ce fait. Ton lait va être froid Masami. Oui.

    « Hmm, hmm. Gomen… »

    Que dire d’autre hein. Le bleu se dessinait devant ses yeux, masse informe mais bien présente et le petit homme prit sur soi. Aller, inspire et expire, tout ira bien. Fixant le mug, il sentit son corps être repoussé doucement de celui de l’adulte et levant les mains, il accepta de le prendre. Pas une seconde, il osa redresser la tête, fixant le liquide offert dans la tasse. Bleu, comme les yeux de Josh. Bon aller, pas la peine de devenir fleur bleu, ce n’était pas son genre quand même. Approchant la tasse de ses lèvres, il en but une petite gorgée. Tiède mais pas mauvais. Les deux mains enroulé autour du contenant bleu, il plissa doucement les yeux, tentant de repousser les larmes qui naissaient au coin de ses yeux sombre. Ne pas penser, se contenter de boire. Bien plus facile à dire qu’à faire, sans aucun doute. Et puis son cœur ne c’était pas calmer, il battait maintenant douloureusement dans sa poitrine, cherchant à sortir de cette poitrine comprimé par la tristesse. Masami ne le laisserait pas faire.

    Les yeux sombres se redressèrent, glissant sur le torse de l’homme, en plein étirement. Impossible de regarder plus haut, il ne pouvait pas affronter son regard. Un petit soupir s’échappa du jeune asiatique. Ses paupières se fermèrent, devenant terriblement silencieux pour le coup. Il se mit en tête de terminé son lait et puis… Et puis quoi? Il aurait aimé savoir mais il n’en avait aucune idée. Il ne restait plus de lait, triste constatation, parce que maintenant, il devait prendre une nouvelle initiative, un nouveau pas en avant. Que faire? L’envie de remercier son ancien enseignant et de fuir, était présente mais il n’aurait alors pas avancé. Hors, il avait pris la décision de ne plus avoir de regret, et ce choix précis de fuite ne pourrait que se changer en un immense. Pas question, il n’allait pas fuir. L’adulte n’avait aucun don télépathique mais ses paroles étonnèrent tout de même son jeune invité, lorsqu’elles tombèrent dans la pièce. Il pouvait prendre le lit? Il n’allait pas rentrer à une heure pareille? Aussi idiot que cela puisse sembler, les battements de son cœur devinrent moins douloureux suite à ses quelques mots.

    « Je peux?… »

    Il ne savait pas si l’adulte parlait sérieusement ou pas. En fait, oui, il savait bien. Joshua Illingworth, sans qu’il ne le connaisse vraiment en profondeur, n’était pas homme à blaguer sur ce genre de chose. S’il le disait, il le pensait et pis voilà. Alors il resterait, bien que ce ne sois qu’un mensonge, il se complairait dans cette illusion d’affection. Tant pis pour les grandes résolutions, il verrait plus clair lorsque le soleil ce serait lever et lui caresserait le visage. Masami ne pouvait qu’espérer, il ne restait plus rien de toute façon. Mais la suite, parce que ses paroles furent entrecouper par la suite des propos du britannique, le fit taire sans mal. Logeait-il avec son petit ami? Est-ce qu’il serait inquiet? De quoi diable parlait-il? Est-ce que Masami avait vraiment laissé tomber qu’il avait un petit ami? Il ne se rappelait pas d’avoir fait ce genre de remarque. Mais il avait parlé d’Akira, n’est-ce pas. Oui mais pas dans ce sens… Comment l’adulte devait le deviner hein. D’un coup, ses yeux noisette reprirent leur forme bien arrondis et levant un visage étonné, voir choqué, vers l’adulte, le japonais ne sut quoi répondre.

    L’envie de lui crier qu’il avait tout faux, qu’il ne possédait rien de tel, qu’il ne voyait en fait personne de mieux placé que Joshua pour tenir ce rôle d’ailleurs, était bien là mais il n’avait tout simplement pas le cran de le dire. Il lui avouait son amour et puis quoi? Joshua serait terriblement mal à l’aise s’il le faisait, non. Et puis, l’adulte avait probablement quelqu’un maintenant. L’invité ne savait plus quoi penser et s’il en avait eu le loisir, il ce serait probablement caché les oreilles de ses deux mains pour pleurer en cherchant un moyen de se sortir de cette impasse. Pas question de céder et lorsque la nouvelle question fusa, ce fut deux grands yeux larmoyant, qui fixèrent l’adulte.

    Il lui parlait d’un probable petit ami et il ne ressentait rien? Pas de questionnement, pas de reproche pour son comportement, Josh s’en fichait, c’était aussi simple que ça pour Masami. Il avait fait tout ce chemin, il était venu le voir en premier et c’était tout ce qu’il récoltait. Sombre idiot de Joshua! Idiot, idiot, idiot! Le mug tomba au sol, les mains du jeune homme ne trouvant plus la force de le tenir, bien que l’objet soit léger. Troublé, choqué mais surtout terriblement blessé par le comportement de son vis-à-vis, il ne savait pas s’il devait crier de rage, pleurer de chagrin ou lui écraser un pied pour se sauver. Il n’arriva pas à choisir et finalement, le choix s’imposa de lui-même, avec une deuxième larme, roulant le long de sa joue droite. Fixant le blond, il plissa doucement les yeux, une autre larme glissant sur sa joue gauche cette fois. Ses poings se serrèrent de chaque côté de son corps et sa bouche prit un pli douloureux, malheureux.

    « …Baka! Baka, baka, baka!!! »

    Les mots fusaient tout seuls, d’abord doucement puis très rapidement et Masami avança d’un pas, ses poings venant marteler le torse de Joshua. Ça n’avait rien de bien mature comme comportement, rien de masculin ou de viril mais qu’est-ce qu’il pouvait s’en foutre hein. La douleur, la rage et la tristesse s’évaporait alors qu’il le rouait de coup. Mais il ne possédait aucune force et il savait pertinemment que les coups qu’il envoyait contre le torse puissant, ne le blesserait pas. C’est probablement pourquoi il ce permis d’agir ainsi. Puis, au bout d’une dizaine de coup, il cessa tout, son front venant se presser contre la poitrine de l’adulte, un long sanglot lui échappant, dans une voix éraillé et terriblement pénible à entendre, tout comme elle l’était à créer pour le jeune homme.

    « C’est comme ça que tu me vois?! Je ne suis jamais qu’un enfant?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:38

Joshua
    Le coup du lait froid était surtout le meilleur moyen pour Josh de retrouver une situation où les souvenirs ne seraient plus présents. Il n'était pas doué dans les relations mais il ne faisait point d'efforts non plus. Il avait tendance à tout accepter ou presque. Si le coeur d'une personne changeait pour soit. Si cette dernière décidait d'aller voir ailleurs, même chose. Cependant le britannique ne retenait pas. Si vous mettiez un pas de l'autre côté de la ligne, même si cette dernière était invisible, il ne revenait pas vers vous. Tranquillement, il reprenait son chemin comme si de rien était. Comme si vous n'aviez jamais existé pour lui. Joshua pouvait être considéré comme cruel dans sa façon de faire pourtant il ne se voyait pas ainsi. Pourquoi s'attacher alors que la page était tournée ? De toute façon, seule, une chose l'obsédait. Doucement, son corps s'était éloigné de celui du jeune homme. Entre eux, il instaurait une distance de sécurité. Pour sa propre sécurité. Même s'il était heureux de voir Masami en bonne santé, il ne fallait pas croire que cela ne le touchait pas. Quand le petit homme se trouvait à côté de lui, des pensées, dont il avait honte, ressurgissaient. Lorsque Masa est là, l'ancien professeur n'est plus lui-même.

    En attendant, même si quelque chose l'inquiétait, ce n'était pas le moment d'être discourtois. Ce fut donc spontanément qu'il avait proposé au jeune asiatique de rester. En plus de la politesse, c'était aussi par mesure de sécurité. Il ne supporterait pas de savoir que le jeune homme ait fait une très mauvaise rencontre. Un étranger, jeune et à la stature quelque peu frêle, cela ferait le bonheur des voyous rôdant dans les parages. Si Masa dormait ici, il n'avait pas de souci à se faire. Un sourire bienveillant se dessina sur les lèvres de Joshua alors qu'il observait le plus jeune. Il lui parut surpris par sa suggestion. Est-ce qu'il faisait si ours que ça ? C'était vrai qu'il n'aimait pas forcément avoir du monde chez lui mais pour le petit brun comment ne pas faire une exception. En réalité, il trouvait que Masami était toujours à croquer et il mourrait d'envie de glisser son nez contre son cou. Simplement voilà, deux ans avaient passé. Il s'était reclus, évitant soigneusement toute relation possible. Quant à l'asiatique, s'il était venu retrouver quelqu'un comptant pour lui, il y avait fort à parier que ce soit un petit ami. Le raisonnement du britannique pouvait paraître simpliste mais c'était aussi une façon de ne pas se faire de fausses joies. De se dire que le jeune homme était venu exprès le voir.

    Bien sur, cela lui aurait fait extrêmement plaisir. Mais qu'était-il pour le jeune homme ? Un ancien professeur qui avait flirté avec lui avant de quitter le Japon presque comme un voleur. Rien de bien brillant dans un sens. Dans tous les sens. Des sentiments, en avait-il eu ? Bien sur. Il ne fallait pas croire. Cela lui avait fait quelque chose de partir mais il ne pouvait pas se permettre de se complaire dans les regrets, ni dans les souvenirs. Une petite voix lui soufflait d'abandonner. Qu'il allait devoir retrouver Lynton. Qu'il allait devoir régler des vieilles histoires. Leur vieille histoire. Peut-être était-ce triste d'être incapable de changer ? De ne pas surmonter les morts de David et Reuben ? De rester immanquablement accrocher à cette équipe qui n'était plus là ? Folie ? Bêtise ? Entêtement vain ? Rancune tenace ? Cette page de son histoire, il était incapable de la tourner. Il n'avançait pas, il faisait du sur place. Mais personne ne le savait. Personne ne savait ce qu'il cherchait. Ce qui le forçait encore à vivre. S'ouvrir ? Oui, il aurait pu. Mais ce n'était pas si simple. Il ne voulait pas des potentiels conséquences blessent quelqu'un. Alors il avançait seul en détruisant lui-même ce qui lui faisait du bien. Ce qui aurait pu lui donner un peu de bonheur. Ce fut pour cette raison qu'il questionna Masami sur son petit ami, savoir s'ils vivaient ensemble.

    La réaction que lui offrit le jeune homme le laissa perplexe dans un sens. En guise de réponse, le silence s'était installé et l'expression affichée par son interlocuteur ne pouvait être plus explicite. De l'étonnement. Alors il avait faux dans son raisonnement. Mais alors qui diable le jeune asiatique avait-il suivi ? Et est-ce que cela signifiait qu'il était célibataire ? Ou bien, était-il étonné de le voir mettre le doigt sur quelque chose de correct ? Passant une main dans sa tignasse blonde, il ferma un instant les yeux. La petite voix, tais-toi. Je n'espère rien. Ce sera mieux s'il a quelqu'un. Mais au fond, il préférait savoir l'inverse. Cela l'agaçait prodigieusement d'être aussi indécis. Pour couper court à tout, il avait changé de sujet. Les études, c'était bateau mais toujours mieux que rien. Du coin de l'oeil, il observa le jeune homme. En fait, Masami était toujours aussi adorable. Ses grands yeux noisette. Ses cheveux. Ses lèvres. Où il reposerait bien à nouveau les siennes. Regardant ailleurs, il se maudit d'être à nouveau, si faible. Mais il fallait qu'il se fasse une raison. Le jeune asiatique était la gourmandise à laquelle, il ne voulait pas résister.

    Évidemment, n'importe qui d'autre aurait posé des questions. Cependant avait-il le droit ? C'était comme demander des comptes et vu comment il était parti dans le passé, il ne se sentait pas en position de vouloir quoique ce soit. Masa était libre. Il ne lui devait aucune explication. Toutefois, il remarqua bien la réaction suite à la nouvelle question. Il avait le sentiment de l'avoir blessé sans le vouloir. Mais plus il y pensait, plus il se perdait. La situation lui parut d'un coup bien compliquée et surtout déplaisante. Il y était pour quelque chose mais il n'en avait pas conscience. Le bruit du mug se fracassant contre le sol lui fit cligner les yeux. Son regard repartit immédiatement sur la silhouette du jeune homme. C'était la première fois qu'il le voyait ainsi. Josh, tu as fait une bêtise. C'est obligatoire. Oui mais laquelle ? Il n'était pas très doué pour comprendre les double sens, les sous-entendus quand cela faisait appel aux sentiments. Il aurait bien aimé, cela aurait pu être pratique, mais seulement, il était passé à côté de cette capacité le jour de sa distribution. Sous ses yeux où l'embarras se lisait clairement, le jeune homme pleurait.

    Ce genre de situation n'était vraiment pas pour lui. Joshua était incapable de bouger comme tétanisé. Non, Masami ne pleure pas, s'il te plait. S'il te plait, dis-moi ce qui se passe. Qu'est-ce que je peux faire ? J'ai dit une bêtise, pardonne-moi. Incapable de parler, il resta les lèvres entrouvertes à essayer de sortir un son. Non mais s'il en rajoutait et qu'il faisait pleurer davantage le jeune asiatique. En fait, une femme qui pleurait, c'était facile à gérer. Mais là, il ne savait pas ce qu'il devait faire. Malgré la tristesse qui se lisait sur son visage, le britannique fut heureux de l'entendre parler. Bon ce n'était pas pour lui dire des gentillesses mais au moins, il parlait. Totalement perdu, l'homme lança un regard à la pièce semblant y chercher une réponse. Filez moi un mode d'emploi. Un guide. N'importe quoi. Il n'était pas fier de l'avoir fait pleurer même si la cause lui échappait.

    « Masami ? »

    Tout ce qu'il réussit à prononcer et encore faiblement, en voyant le jeune homme s'approcher de lui. La suite l'étonna et le laissa sans voix. Contre sa peau, les poings du petit homme. Cela n'avait rien de douloureux. Son torse résistait même bien à l'assaut. Toutefois, cela ne changeait rien. Que devait-il faire ? Ses yeux bleu fixaient tristement Masami. Il avait envie de le serrer contre lui, de s'expliquer, de lui demander pardon. Joshua n'était pas du genre à agir comme ça mais pour Masa, il était prêt à changer son comportement. Lorsque les coups cessèrent, il hésita un moment avant de faire quoique ce soit. Une grande inspiration et il se baissa lentement. Ses mains vinrent se poser sur les épaules du jeune asiatique. Le forçant à se redresser à peu, il le regarda un moment puis se releva et l'entraina vers le canapé. S'asseyant, il le fit prendre place à ses côtés avant de l'enlacer. Ne pas le prendre dans ses bras. Trop tard. Il retrouvait petit à petit le plaisir de l'avoir contre lui. Ses yeux se fermèrent et doucement, il glissa son visage à hauteur du sien. Ses lèvres déposèrent des baisers sur ses joues, sur ses paupières. Elles s'approchèrent des siennes. Immobile, il murmura contre.

    « Pardonne-moi, ce n'est pas ça et tu n'es plus un enfant. Au contraire, tu as bien grandi... »

    Nul mais Joshua était sincère. Peut-être étaient-ces mots qu'il aurait du prononcer en premier. Au lieu d'attendre. Masami n'était plus adolescent, il devenait un jeune adulte et il admirait le courage dont il avait fait preuve. Quitter son pays si jeune, se lancer dans l'inconnu, ce n'était pas une mince affaire. Timidement, ses lèvres vinrent se presser contre celles du jeune homme. Ce n'était pas le moment de penser à ça. Mais il ne pensait, hélas, qu'à ça. Doucement, il quémanda l'accès à sa bouche pour l'embrasser avec tendresse. Celle dont il avait toujours fait preuve avec son ancien élève. Les paupières baissés, il l'embrassa comme il l'avait déjà fait auparavant. Avec une extrême douceur. Un de ses bras passa autour de la taille du jeune comme pour mieux le garder contre lui. Le baiser dura un court instant et le britannique se redressa l'air gêné. Quel idiot. Franchement qu'est-ce qu'il lui avait pris, hein ?! Mais en même temps, il avait le plaisir de retrouver un goût qui lui avait manqué. Ses lèvres avaient encore ce goût savoureux qui lui donnait envie d'en abuser encore et encore. Embarrassé par ses pensées, il détourna un peu la tête. Ce serait mieux, s'il parlait, non ? Il devait s'expliquer. Allez, un peu de courage. Un toussotement et il décida de se lancer.

    « Je.. Comment dire... Je suis très heureux que tu sois venu. Sincèrement mais tu sais comme tu avais dit que tu avais suivi une personne importante pour toi et que je n'avais pas eu de tes nouvelles, ses dernières années, j'ai pensé que tu.. Enfin tu étais venu ici avec ton petit ami. Ce serait normal, tu... Tu as l'âge d'être avec un garçon de ton... âge. Attention, je ne dis pas que tu as un copain, hein mais si tu as un et bien je me dois de te féliciter et de soutenir même si... Même si... »

    Même s'il n'en avait aucune envie. S'il était honnête, il devrait même clairement avouer que cela l'énerverait. Cependant, c'était gênant et puis il venait déjà de dire son lot de paroles embarrassantes. Il n'allait peut-être pas continuer dans sa lancée. D'ailleurs en réfléchissant à son petit discours, il espéra avoir été suffisamment clair. Ce genre de discours n'était pas son truc mais il avait finalement parlé plus que ce qu'il avait pensé. Ses yeux ciel se plantèrent dans ceux noisette. Est-ce que tu me pardonnes ? Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ? Il le suppliait espérant voir un signe affirmatif. Lentement, l'homme alla nicher son visage contre le cou de Masami. C'était si chaud. Si agréable d'être là, fourré contre sa peau. Contre lui. Il voudrait faire durer l'instant. Encore un peu. Son visage finit par se détacher. Son corps se plia et il vint se presser contre le ventre de Masa. Ses mèches blond vénitien venaient chatouiller le haut du jeune homme. Profitant de la proximité avec le corps du jeune homme, il souffla

    « Mais ce serait mieux, si tu étais encore célibataire... »

    Avec un peu de chance, Masami ne comprendrait pas grand chose. Ses propos étaient étouffés par le tissu.


Masami
    Masami avait du mal à faire la part des choses et il continuait de pleurer. Ses larmes étaient amère, lourde de douleur et lui semblait intarissable. Cesserait-il un jour de pleurer? Espérons que oui. Aussi, lorsque son prénom fut prononcé par l’adulte, il ne put que se laisser aller dans la douleur, s’y glissant entièrement. Laisse ton corps trempé dedans, de toute façon le courant est trop puissant Masa, tu ne pourras pas y échapper. Non, en effet et il se laissait porter par le flot de tristesse qui lui tombait dessus. La voix n’avait plus rien de rassurant ou de plaisant, elle ne faisait que le poignarder en ce moment. C’était idiot, il savait qu’il n’avait rien à attendre de Joshua et pourtant. Il se trouvait quand même debout, devant lui, les poings fermés contre son torse, son front se pressant contre la peau chaude alors qu’il pleurait sans savoir comment arrêter. Si l’adulte cherchait en ce moment un moyen de le rassurer, le petit japonais lui, cherchait un moyen de se calmer. Il faisait un fou de lui. Oui, sans aucun doute et le britannique n’avait pas besoin de ce genre de petite scène dramatique. Surtout pas à une heure aussi tardive.

    Tais-toi donc Masami! Plus facile à dire qu’à faire et la voix dans sa tête, qui lui intimait l’ordre de se calmer, de respirer un bon coup, n’avait plus aucun pouvoir sur lui. Dommage. Finalement, ce fut en entendant Joshua respirer un bon coup, que l’adolescent réussis à se calmer un minimum, laissant uniquement sa respiration saccadé déranger son petit corps. Les larges paluches se posèrent sur ses épaules et le petit brun sursauta légèrement sous le contact. Chaudes et rassurantes. Ses mains là ne pourrait jamais lui faire de mal, ça il en était encore aujourd’hui certain et il se calma encore un peu plus. Mais il y avait quelque chose de plus dans ce contact cette fois, l’adulte c’était légèrement baissé, cherchant probablement un contact visuel et Masami hésita un moment à l’imiter. Il y avait quelque chose dans la pression qu’effectuaient ses mains là, qui lui demandait de se redresser un peu plus. Il se montra donc obéissant et redressa la tête, ses yeux noisette encore parsemé de larme, rencontrant ceux bleu de l’adulte.

    Il en avait assez? Il pourrait le comprendre, de quel droit se permettait-il de se pointer à son appartement à une heure pareille, de pleurnicher et de lui crier dessus. S’il le voulait, Joshua avait tous les droits de le ficher à la porte, Masa ne lui en voudrait pas. Non, il comprendrait. Ils étaient pourtant loin de cette possibilité et bientôt, le jeune homme était entraîner vers le canapé, l’adulte le forçant à y prendre place. Son corps était toujours pris de hoquet et ses larmes continuaient de tomber, venant décoré son pantalon de petite tache sombre. Il n’eut pourtant pas le temps de les admirer longtemps, non seulement parce que le blond attirait ses yeux mais tout simplement parce que celui-ci l’enlaça.

    Choqué, le petit homme ne sut quoi faire, encore moins quoi dire. Que ce passait-il? C’était la seule chose qu’il arrivait encore à penser alors que le corps chaud de l’adulte se pressait au sien, le retenant contre lui. Les yeux écarquillé, il fixait le vide avec un air franchement impressionné. Une pluie de baiser lui retira cet air de petit animal effrayé, tombant avec plaisir sur son visage. Ses joues gagnèrent doucement une teinte plus attrayante et ses yeux se refermèrent aussi, dans une vaine tentative de garder prisonnière ses larmes, qui s’enfuyait calmement sur ses joues, mourant sur les lèvres de Joshua. Tout son corps brûlait et le message que renvoyait son expression ce voulait un ne peu plus clair. Ne t’arrête pas, ne t’arrête surtout pas, s’il-te-plait. Et c’est bien ce que faisait le beau blond, couvrant son jeune visage de baiser rassurant. Puis, tout cessa et il se mit à anticiper davantage, qui ne l’aurait pas fait d’ailleurs, mais rien ne vint. Non, parce que les lèvres qu’il voulait tant toucher avec les siennes, c’étaient arrêter juste avant de ne combler son plus grand souhait du moment. Quelques paroles s’échappèrent alors de la bouche si alléchante.

    Il demandait pardon, il lui affirma aussi qu’il avait bel et bien grandi, bien grandi en fait. Ce n’était probablement pas une ligne romanesque, digne d’être cité d’un roman à l’eau de rose mais ça suffisait amplement à Masami. Non pas qu’il soit un jeune homme se contentant de peu mais ce genre d’aveu, était une denrée bien rare dans la bouche du britannique. Il garderait donc ce souvenir précieusement dans sa tête. Est-ce qu’il se sentait soulagé? Pas vraiment, il était bien content que l’adulte lui accorde un minimum d’intérêt, qu’il avoue que les deux années passé en avait fait un jeune homme plus qu’acceptable mais ça ne suffisait pas. Ça ne suffirait probablement jamais. Le jeune japonais tentait toutefois de ne pas y songer, de repousser cette frustration qui enflait dans son ventre, se propageait dans ses bras dans une sensation d’engourdissement légèrement douloureux mais rien n’y fit. Pas la peine de te mentir, tu sais ce que tu veux, pourquoi ne le prend-tu pas simplement? Parce que Joshua le voyait comme un presque adulte mais qu’il n’avait pas tenté le plus important. Le manque de courage était chronique chez lui au final et même quitter son pays natal, se lancer dans un monde inconnu et rejoindre son ancienne flamme, ne suffirait visiblement pas à faire du petit brun, un homme fort et courageux. Les regrets viendraient plus tard… ça il le savait.

    Les larmes avaient au moins cessé de couler et le jeune homme avait retrouvé un minimum de contrôle sur les petites perles salé qui roulaient encore sur une joue, puis sur l’autre, parfois sur les deux. Ne pas penser à la douleur, se concentré sur les paroles, voilà ce qu’il devait faire pour tenir encore un peu. Puis, il les sentit glisser sur lui. Les lèvres chaudes et bien trop invitantes de l’adulte. Fruit défendue, précieux trésor que peu de gens avaient la chance de se vanter d’avoir pu goûter, enfin sans frimer hein. Parce que le beau blond n’embrassait pas n’importe qui, pour n’importe quoi. Ça, suffisait de le regarder pour le deviner. Hors, en ce moment l’adolescent était le receveur et un soupir lui échappa alors que ses yeux se refermaient doucement, le laissant s’immerger dans le plaisir qui l’enveloppait. Masami ne pouvait qu’accepter sa requête et bientôt, ses lèvres s’entrouvraient, lui rendant son baiser avec tout autant d’attention, que l’adulte en faisait preuve. Joshua et ses tendres baisers, d’une délicatesse sans pareille. Toujours très attentif, son ancien enseignant ne l’avait jamais brusqué dans leur moment intime, un peu à regret pour le petit, qui n’aurait probablement pas détesté de voir le bel homme s’emballer et perdre un peu le contrôle.

    Un bras passa autour de sa taille et Masami lâcha un petit gémissement coulé dans la bouche de Josh, ses petites mains s’agrippant aux pans de sa chemise, se serrant un peu plus contre lui. Son esprit était complètement vide, plus rien n’existait, il aurait été cliniquement mort, que ça n’aurait pas fait de différence. Il n’y avait que sa bouche qui vivait, le japonais lui avait donné toute la vie dont il était animé, afin qu’il n’y ait alors qu’elle qui sois capable de réagir. Ça fonctionnait plutôt bien d’ailleurs et lorsque le contact fut brisé, l’adulte se reculant au bout de quelques secondes, parce que le baiser, aussi magique soit-il, n’avait pas duré longtemps en réalité, Masami en fut tout étonné. Prit de court, les yeux encore fermé, la bouche entrouverte, il réalisa un peu plus tard, que Josh avait terminé. Hébété, il entrouvrit les yeux lentement, comme s’il émergeait d’un rêve et c’est bien ainsi qu’il se sentait. C’était déjà fini hein? Pourtant, il aurait bien aimé que ça dure lui… mais ce devait être un simple prix de consolation. Oui, ce ne pouvait être que ça… Et pourtant, il espérait toujours. Josh se détournait déjà un peu, commençant à s’expliquer et le petit brun, le regarda calmement, ne sachant pas comment réagir autrement. Tant pis, il réagirait plus tard, il écouterait pour le moment.

    Encore une fois, le jeune homme eut une envie irrésistible de se concentrer uniquement sur la voix, d’en oublier les paroles mais il n’en fit rien, encore merci d’ailleurs, sinon il aurait raté tout un discours. Au début les paroles, bien qu’écouter avec soin, ne semblait pas prendre de forme dans son esprit puis, alors que Joshua s’évertuait de s’expliquer, Masami fini par comprendre. Enfin, du mieux qu’il le pouvait hein. Il se disait heureux qu’il soit venue, sincèrement et ça, le petit brun voulait bien le croire. Après tout, même s’ils s’étaient quitté sur une note moins gaie, ils n’avaient pas de haine entres eux. Il n’y avait eu que le japonais pour en vouloir à l’autre et puis, il n’en avait rien fait. À quoi bon de toute façon, pleurer les premières semaines lui avait largement suffit. Et c’est vrai que l’adolescent avait parlé de suivre une personne importante à ses yeux, c’était de ce fait, un peu sa faute aussi. Légèrement honteux d’avoir contribué à ce malentendu, il baissa doucement la tête, ne trouvant plus la force de le regarder, alors qu’il continuait de parler, comme incapable de laisser le silence leur tomber dessus. Continue Josh, ne t’arrête pas en si bon chemin. Oui et même si Masami ne le fixait plus, ses yeux revenaient de temps à autre sur le profil que l’homme le laissait voir.

    Il était tout naturel que l’adulte croit que l’étudiant ait pu suivre un potable petit ami ici, en fait, pour toute personne, ça aurait fait beaucoup de sens. Combien de personne disait avoir suivit leur meilleur ami dans un autre pays? Peu de gens tien. On suivait un amoureux, une amoureuse, des parents mais les amis, ont leur écrivaient, ont les visitaient et pis voilà. Masami était peut-être étrange? Ou encore, c’était simplement parce qu’il n’avait plus de famille et seulement un ami. En fait, si on pensait à la chose ainsi, c’était presque pitoyable hein. Se secouant toutefois, n’ayant pas vraiment le temps de se complaire dans la tristesse de son existence, n’en ayant aucune envie non plus tiens, il se remit rapidement à écouter la suite du petit discours improvisé du blond. Il avait l’âge d’être avec un garçon de son âge? Là le petit brun ne savait plus trop quoi penser. Est-ce qu’il s’agissait d’un message subtil pour lui faire comprendre qu’ils n’avaient pas le bon âge pour être ensemble tous les deux? Non, la suite le confirmait. Enfin, peut-être? Le message avait pourtant passé et Masami avait cessé de pleurer sans le réaliser.

    Il le soutiendrait s’il avait un petit ami, il le féliciterait aussi? Non mais pas la peine, vraiment hein. Il s’en passerait bien. Mais un truc clochait, il avait terminé sur un ‘même si’. Ouais mais même si quoi? Leurs yeux se retrouvèrent mais aucune réponse ne lui fut renvoyé à ce sujet. Ce regard là avait tout pour le faire fondre hein, encore une fois, encore un peu plus et Masami chercha encore un peu cette fameuse réponse dans celui-ci. Il ne réalisa pourtant pas qu’un signe affirmatif lui était demandé et si ses joues encore toute rose de larme, avaient finalement sécher, c’est avec attention qu’il regarda le britannique l’approcher pour enfouir le visage dans son cou. C’est à ce moment que toute tension le quitta, le laissant soupiré alors que ses mains, d’abord hésitante, glissèrent enfin dans les cheveux clair. Chaud, il avait encore chaud et la chaleur se dégageait de l’intérieur. Un petit sourire tenta de naître sur sa bouche mais n’y arriva pas, son cœur étant encore bien trop lourd. Puis, le visage de son sempai glissa plus bas, se posant plutôt près de son ventre et Masa soupira, inclinant le visage vers les mèches blondes. Fermant les yeux, il attendit la suite, se complaisant dans cette proximité qu’ils partageaient. Il devait en profiter, il suffisait d’essayer.

    Si ça n’avait pas été de sa tête penché vers la sienne, Masami n’aurait probablement rien compris aux quelques paroles qu’avaient lancé l’hôte des lieux, étouffé par le chandail qu’il portait. Pourtant, dans une position pareille, il fut presque certain d’avoir décelé le message codé. Parce que c’est bien à ça que sa ressemblait pour le moment. Ce serait mieux s’il était seul? Il écarquilla les yeux surpris puis, laissa un petit sourire glisser sur sa bouche. Maintenant ce simple geste n’avait plus rien de difficile et il glissa ses doigts plus loin sur le cuir chevelu, son corps se pliant aussi pour que son menton glisse dans les cheveux de Josh. Le serrant un peu contre lui, il murmura tout bas. Ouais, sale habitude qu’ils prenaient tous les deux, je sais bien.

    « Baka… »

    Que dire d’autre hein. Ses mains glissèrent alors doucement sur sa mâchoire et le grand gaillard fut bien forcé de redresser la tête, leur visage se retrouvant de nouveau tout près, leurs yeux se cherchant alors que Masa souriait faiblement. Tout ça n’avait finalement pas de sens hein. Tout était de sa faute? Humm, peut-être et il s’empressa de rectifier tout ça, ses mains glissant de chaque côté du visage de l’adulte, le laissant plutôt embarrassé d’agir de la sorte.

    « C’est Akira que j’ai suivis ici, tu sais. Mon ami. C’est un peu comme si c’était mon frère tu vois… je… Je n’ai pas de petit ami. Baka… »

    C’était la pure vérité en plus et il esquissa un petit sourire plus rassurant. Il avait bien envie d’en dire plus mais ses joues prirent une teinte plus rose et il détourna les yeux, ses mains se retirant immédiatement de sur son visage. Aller, du courage Masami! Tu peux le faire! Ramenant ses mains ensemble, il fixa ses genoux et lança encore plus bas, timidement tien.

    « Alors c’est encore mieux?... Vraiment?... Tu ne dis pas ça pour me faire plaisir? »

    Ouais, parce qu’on ne sait jamais hein. Pas que Joshua soit un menteur, en fait c’était plutôt le contraire mais Masami n’était pas quelqu’un de très confiant en même temps. Il valait donc mieux demander et puis, après une crise de larme, c’était une obligation quelque part. L’adulte aurait pu vouloir se débarrasser rapidement du problème. Même si au final, ça ne faisait aucun sens d’agir de la sorte pour une raison aussi nulle que ça.
    Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:40

Joshua
    Vider son sac, cela pouvait faire un bien fou. Bien que le britannique n'en eut jamais douté une seconde, il n'était pas ce genre d'homme. Il avait toujours préféré la retenue à l'étalage des sentiments, à leur exposition. Peur ? Pudeur ? Désintérêt ? Allez savoir mais une chose était sure, il était un de ses hommes discrets et peu encombrants dans une relation. Joshua n'exigeait jamais, n'imposait jamais cependant si on avait besoin de lui, il était là. Alors dire tout ce qu'il venait d'avouer relevait d'une sorte d'exploit. Une nouvelle étape avait été franchie. Momentanément. Il aurait du se sentir bien, soulagé. Mais sa gorge était asséchée et une sorte d'angoisse l'étranglait. Avait-il prononcé les bons mots ? Est-ce que Masami le comprendrait ? Avait-il été clair malgré la précipitation avec laquelle il avait aligné les mots ? De la précipitation et de l'incertitude. Au lycée, l'homme n'avait jamais été doué pour les confessions. Tellement qu'il en avait jamais fait. Le contact de leur corps fut son dernier recours pour se sentir à l'aise. Pour être libéré. Il avait laissé échapper la fin de sa phrase précédemment inachevée contre le haut du jeune homme. Les yeux fermés, espérant secrètement que les paroles ne soient capables de voler aux oreilles de l'asiatique. Il n'avait jamais aimé les hommes néanmoins, pour son élève, son coeur avait fait une exception. Etait-ce la fragilité qu'il dégageait ? Son étrange douceur ? Ne prends pas le temps de songer à cela. Plus tard. Jamais.

    La sensation de ses mains dans ses cheveux. Un plaisir simple dont il craignait le caractère éphémère. Etait-ce vraiment Masa ? Lorsqu'il se redresserait, le petit brun serait-il réellement là ? La situation était-elle due à une hallucination de sa part ? Heureusement, le tissu, le contact, ces petits détails lui rappelaient à quel point, il ne pouvait se tromper. Avait-il rêvé de ce moment ? Combien de fois ? Non, Josh ne rêvait pas. Pas à ce genre de choses. Chaque nuit, son sommeil était dévoré par le son des armes. Des voix d'hommes le hantaient. Dans l'intime obscurité, ses souvenirs le possédaient. Ils le trainaient vers un monde que personne ne pouvait atteindre. C'était comme s'il était enfermé avec lui. Enfermé dans un labyrinthe à lui courir après. Un jour, il le rattraperait. Un jour, tout volerait en éclat. Peut-être que lui aussi. À ce moment-là. Il succomberait. L'homme avait l'impression que la position du jeune homme changeait. Qu'il se penchait davantage sur lui. Ses paupières se relevèrent un peu au contact des doigts se mouvant. Le visage blotti contre le petit corps, il avait chaud. Mais ce n'était pas une sensation désagréable, bien au contraire. Retenant un faible soupir, il ferma les yeux à nouveau. Laisse-moi rester ainsi contre toi. Il aurait pu rester dans cette bulle confortable si un mot ne l'avait pas perturbé. Baka ? Ses yeux s'ouvrirent et son coeur se mit à battre contre sa poitrine. Comment ça baka ? Est-ce que... Non, Masami n'avait pas pu l'entendre. Tout à l'heure. Si ? Non ? Si ? Non ?

    Silencieux, laissant les mains oeuvrer, il redressa son visage. Pas comme s'il avait eu le choix de toute façon. Plonger ses yeux dans les siens était bien difficile. Mais il y arrivait. Tant bien que mal. Ils brillaient sous l'inquiétude. La lueur allait d'un oeil à l'autre, disparaissait, se faisait plus vive. Cependant voir le sourire même faible du jeune homme le rassura. Il avait réparé ses bêtises. En quelque sorte. Baisser son regard, le détourner, il ne demandait que cela, toutefois il restait figé à observer les prunelles sombres. L'asiatique ne lui pardonnerait sûrement pas un acte de pure faiblesse. Avait-il seulement envie de se montrer ainsi devant lui ? Non, évidemment, il voulait ressembler à un homme fort. Celui sur lequel on souhaitait se reposer. Son regard finit tout de même par glisser sur les lèvres de Masami mais remonta immédiatement. Une once de culpabilité naissant. Non mais à quoi pensait-il franchement ? Faisant un effort pour rester concentré sur les propos du jeune homme, il plissa les yeux, intrigué. Akira ? Son meilleur ami ? Fronçant les sourcils, il essaya de faire le tri dans ses pensées, mettre un nom sur un visage. Akira, hein ? Il souffla.

    « - Ah... le brun qui me cherchait tout le temps des poux... »

    Comment l'oublier ? Joshua savait qu'il le détestait et ne s'en était jamais caché d'ailleurs. C'était le seul élève avec qu'il avait eu des difficultés sans réelles raisons apparentes. Au départ, il avait mis ça sur un potentiel sale caractère mais le jeune homme était bien trop calme et loin de l'image du bagarreur insupportable pour que cette hypothèse soit la plus exacte. Alors si ce n'était pas ça, c'était autre chose. Mais quoi ? Pas que cela lui ait fait quelque chose mais il aurait bien aimé une raison valable au sentiment que son autre ancien élève lui portait. Joshua n'avait pas été le professeur tyrannique ou flic. Il était plus à l'écoute des élèves qu'autre chose. Quoiqu'il avait déjà son idée, sa petite hypothèse sur la raison de son attitude. Le britannique avait beau ne pas être doué dans les relations, il était capable de comprendre et percevoir certaines choses. Protéger un ami est une chose. Être excessif en était une autre. Ne souhaitant pas aborder sa perception, il se garda bien de dire quoique ce soit. Josh n'était pas fou au point de laisser davantage de chance à quelqu'un d'autre. L'attitude de Masami le fit fondre. Son petit air timide. Ses joues rosées. Combien de fois avait-il rêvé qu'il le croquait ? Plus d'une fois. Mais ce n'était resté que des fantasmes dont il avait honte. Quand ses rêves avaient commencé, le japonais était encore mineur et le britannique ne savait comment prendre les fruits de son imagination. Etait-il frustré ? Il avait essayé de voir avec une très belle femme si le contentement se faisait mais un goût de trop peu restait.

    « - Pourquoi mentirais-je hein ? »

    Son visage s'approcha lentement du sien. Ses lèvres frôlèrent les siennes laissant juste les souffles se mêler. Il avait envie de le croquer. Mais pas dès le premier soir tout de même. Pour qui passerait-il franchement ? Joshua n'avait pas envie de s'éterniser sur ce qu'il avait dit auparavant, c'était déjà suffisamment embarrassant comme ça, pas la peine d'en rajouter. Sa langue vint taquiner ses lèvres alors qu'il demandait l'accès à sa bouche. Cependant, il n'attendit pas trop et força rapidement le passage pour accéder à ce dont il avait envie. Un de ses bras passa autour de la taille du jeune homme. Son autre bras passa sous ses jambes et il le souleva avec douceur tout en profitant du baiser. Pas question de délaisser son adorable sucrerie. Est-ce que Masami savait à quel point, il avait eu envie de le voir ? Qu'en pleine nuit, il venait visiter ses songes ? Relâchant les lèvres, il plongea ses yeux dans les siens. Une énorme tendresse pouvait s'y lire. Tu m'as manqué. Tellement manqué. Du coude, l'homme repoussa la porte de sa chambre et la pièce se dévoila sous leur regard. C'était une chambre de base. Pas de décoration inutile. Tout était particulièrement bien rangé, surtout son arme de service. Car on avait beau être secrétaire, on avait tout de même une précaution. De toute façon, Josh ne voyait son travail que comme une passade. De la stabilité, il en avait fait preuve au MI-6. C'était une époque. Un temps révolu. Mais peu importe le travail dans lequel il se lançait, il savait que cela ne pouvait pas durer. Car il agissait dans un seul et unique but. Le retrouver. Le pourchasser. En finir. Un triste sourire apparut sur ses lèvres. Il n'avait même pas conscience d'où sa stupide vengeance pourrait l'amener. Et sans le vouloir, il avait fait que Masami s'attache à lui. Du moins, c'était l'impression qu'il avait. Il lui ferait du mal. Forcément. En plus dans sa situation. Mais ce n'était pas ce qu'il désirait. Loin de là.

    « - Tu dois te reposer, Masami. Ce fut un long voyage... »

    Il déposa sur le lit avant de l'observer silencieusement. Il avait de dormir avec lui. De le serrer dans ses bras mais il devait se retenir. Le britannique aurait aimé s'épancher, vider son sac auprès de quelqu'un. Soit les gens n'étaient pas de confiance, soit il ne souhaitait pas les soucier. En ce qui concernait le jeune asiatique, c'était la dernière option. Il avait bien mieux à faire que de penser à des vieilles histoires. De détraqués. Parce que Joshua devait être quand même être légèrement barré pour poursuivre un homme partout dans le monde. Il l'aura fait bouger, cet enfoiré. C'était fatiguant, surtout mentalement mais il faisait avec. L'homme se pencha sur le plus jeune et déposa un baiser sur son front. Il ne dormirait pas avec lui. Sinon, il serait incapable de se contrôler. Il souhaitait le faire sien. Au moins, une fois. Le sentir se consumer. Un faible soupir s'échappa de ses lèvres. Il fallait qu'il pense à autre chose sinon le sommeil serait bien difficile. Le britannique se redressa en glissant un léger sourire.

    « - Je serais dans le salon, si tu as besoin de quoique ce soit... »

    Je serais là. Et sans attendre, il s'en alla. La salle de vie lui parut d'un coup bien différente. Il revoyait Masami installé sur le canapé. Son adorable minois. C'était pas vrai. Il avait fait de son mieux pour cesser de penser à tout ça et voilà que cela le reprenait. Essayant de faire le vide, il alla se laisser tomber dans un fauteuil en grognant. Non mais il arrivait bien à penser à autre chose. Basculant la tête en arrière, Joshua fixa un long moment le plafond. Comment étaient les jambes de l'asiatique ? Fines ? Douces ? Sa main droite vint se poser devant ses yeux. Abruti. Arrête. Son ancien élève semblait avoir une bonne image de lui, il fallait qu'il évite de tout gâcher. Son regard se perdit sur les lieux et il aperçut le sac du jeune homme. Perplexe, il se gratta le menton ne sachant s'il devait lui ramener ou pas. Après tout, s'il était entrain de se changer.. Tiens, il avait oublié de lui dire, qu'il pouvait prendre un de ses tee-shirts pour dormir. Allez, allez, un peu de courage. Joshua se releva, attrapa d'un geste vif le sac et retourna dans la chambre, oubliant de toquer à la porte au passage. Après tout, il était chez lui alors c'était facile d'omettre ce genre de civilités. Le sac en main, il s'arrêta d'un coup et baissa les yeux. Embarrassé.

    « - Je... Hum tu avais oublié ton sac dans le salon... et je voulais te dire, tu peux prendre un de mes tee-shirts comme chemise de nuit... »

    Se grattant la nuque, il essayait de faire bonne figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:40

Masami
    Leurs yeux rétablir le contact, timidement au début probablement, puis avec une certaine assurance. Aucun des deux hommes n’aurait voulu regarder les yeux d’un autre, n’est-ce pas? Le jeune japonais tentait d’y croire et à voir l’adulte incapable de détourner les yeux, lui aussi, il y arrivait. Ses yeux bleus, il en avait rêvé, il se serait noyé dedans, dans leur clarté. Est-ce que Joshua se rappelait d’Akira? Il ne pouvait pas avoir oublié, n’est-ce pas. S’il tenait un minimum au jeune Masami, il se devait de se rappeler un minimum du petit chinois qui lui faisait office d’ami à cette époque. Ce n’est pas qu’il était essentiel que le britannique connaisse tous les amis de l’étudiant mais en réalité, l’asiatique n’en avait jamais possédé qu’un. Ce qui était toujours le cas d’ailleurs. Alors, il était clair que si l’adulte lui avait affirmé ne pas savoir, il aurait été blessé. Tu tien a moi Josh, hein? Tu te rappel de mon ami quand même. Pas besoin de savoir son âge, se rappeler son visage, juste qu’une personne avait bel et bien été près de Masami, suffisait. Et Joshua passait le test haut la main. Le brun qui lui cherchait toujours des poux. Oui, c’était lui. Mais cherchait-il vraiment des poux à l’enseignant? Ça le brun n’y avait jamais porté attention, bien trop hypnotiser par son enseignant lorsque tous les trois étaient réunis. Combien de fois avait-il demandé pardon à Aki, pour le laisser de côté à ce point hein? Bien trop souvent mais son ami lui pardonnait toujours. Encore aujourd’hui, les choses demeuraient inchangé entres les deux amis.

    Le jeune homme se contenta donc de cligné des yeux sous la question. Est-ce qu’Aki faisait vraiment ce genre de chose? Il n’avait pas envie de se poser la question, ça n’avait pas d’importance de toute façon, non? Non, pas vraiment. Il aimait Josh, il adorait Aki, le reste lui semblait futile. En ce moment du moins. Parce que là, tout de suite, seulement Joshua comptait. Il se devait de trouver un chemin jusqu’à son cœur, au cas où il l’aurait déjà quitté et s’il n’y avait jamais eu sa place, s’y faufiler. Bien décidé, l’adolescent fini toutefois par perdre toute la confiance qu’il avait réussis à puiser au fond de son être. Son regard fut donc le premier à se détourner, sa tête se baissant légèrement alors qu’il parlait tout bas. Est-ce que Josh le pensait vraiment? Il serait content qu’il soit encore seul? C’était difficile à croire mais il voulait vraiment pouvoir le faire. Il n’attendait que la confirmation, même si l’adulte n’avait rien d’un beau parleur. Les lignes faciles, les grandes déclarations enflammées, ce n’était pas sa tasse de thé et puis ça allait très bien à Masami finalement. Pourtant, il devait être certain. Assumé qu’il voulait qu’il soit libre pour lui reprendre son cœur, non en fait, il le possédait déjà, sans le savoir probablement, ne suffisait pas. Il ne pouvait que se faire davantage de mal en assumant des choses, il le savait pertinemment. Plus de regret hein? D’accord mais il devrait alors travailler encore plus fort.

    La réponse tomba alors, franche et directe. Pourquoi mentirait-il. Alors il avouait qu’il le voulait libre comme l’air? Le cœur du jeune homme se remit à battre dans un rythme fou, lui donnant presque le vertige. C'était une réponse positive, n'est-ce pas. Il le voulait, il voulait vraiment qu'il soit seul. Mais il ne l'était pas vraiment, pas dans sa tête. Non, parce qu'il appartenait au bel homme. Joshua ne le croirait peut-être pas mais depuis leur histoire, bien que trop courte selon le petit homme, il n'avait connue aucune autre relation. Il avait eu des amis, enfin un minimum de connaissance plutôt mais laisser de la place dans son coeur pour que quelqu'un, autre que l'enseignant, puisse s'y faufiler, non. De toute façon, il n'arrivait pas à se départir de la silhouette de l'homme, qui hantait ses rêves. Fantasmes? Oui, pour la plupart. Aussi, lorsque la bouche invitante frôla la sienne, il ne peut que papillonné des yeux. Incapable de croire en sa chance, il restait là, comme tétanisé par la scène qui se jouait et dans laquelle il devait participer. Il ne connaissait pas le script cela dit et l'angoisse de rater sa grande entrée en scène, lui crispait l'estomac. Mais il y avait aussi cette envie folle, inexcusable, de se jeter dans la gueule du loup. Dévore moi Josh, croque moi et puis ne me laisse pas m'enfuir. Il n'oserait cependant pas le crier tout haut, il n'avait pas un rôle de ce genre. Il se devait d'être discret, tentateur mais pas provocant. Le rôle qu'il c'était lui-même imposé avec son enseignant, ne lui déplaisait pourtant pas, il voulait être pure pour lui, un être délicat intouché par la brutalité de ce monde enlaidis par le sang qui y coulait injustement. Si seulement il pouvait garder ce masque, peut-être est-ce que Joshua resterait avec lui mais il savait au plus profond de lui même, qu'il ne se trouverait pas d'ailes blanches dans son dos, peu importe ce qu'il ferait.

    Un bout de langue caressa le seuil de sa bouche, ses lèvres frémissant de plaisir sous l'invitation que l'adulte lui envoyait. Allait-il lui faire le plaisir de l'accepter? Comment le lui refuser. Joshua n'attendit toutefois pas que le jeune homme daigne lui offrir son accord et s'empara de sa bouche, ce qui eu pour résultat de réveiller de délicieux frissons tout le long de la colonne vertébrale du petit brun. Sa bouche se montra tout aussi affamé que celle de l'adulte, est-ce que ça étonnait son sensei? Peut-être. Peut-être pas. Après tout, il avait été sur le point de le supplier de lui offrir une autre chance, il y avait de ça quelques minutes. Une main se faufila contre son dos, s'enroulant finalement autour de sa taille alors que son autre bras passait sous ses genoux. Bien entendue, le jeune étudiant ne bougea pas d'un centimètre, bien décidé à laisser Joshua mener la danse. Il pouvait bien faire de lui ce qu'il voulait, ce n'est pas lui qui le repousserait, ça aucun danger. Son corps fut donc soulever tout simplement, était-il aussi léger que ça? Ou n'était-ce pas plutôt l'adulte qui était très fort? Masami n'en avait rien à faire, la tête dans les nuages, il tentait tant bien que mal de deviner s'il rêvait pour une énième fois ce qui se déroulait autour de lui. Il lui était arrivé à plusieurs occasion de rêver que le grand blond le soulevait pour aller le poser sur son lit, la suite était pleine de promesse et dans son jeune esprit la réalité et la fiction s'entre-mêlait, le laissant brûlant d'envie. S'il rêvait, eh bien tant pis mais il voulait se rendre le plus loin possible avant de ne se faire réveiller par la réalité désagréable. Et s'il était bel et bien éveillé, ce qu'il souhaitait chaque fois que son esprit lui faisait apparaitre la silhouette aux cheveux blond vénétitien, eh bien qu'il ne s'endorme plus jamais.

    Le baiser durait, impatient mais plutôt bien contrôler, il était en lui même une contradiction. Est-ce Masami ressentait toute la force des sentiments de l'homme qui le serrait aussi chèrement contre lui? Il aurait aimer dire que oui mais Joshua était si secret, les yeux fermé, il ne pouvait qu'espérer qu'ils soient bel et bien fort, comme il le souhaitait tant. Combattant son démon intérieur, l'adulte se contrôlerait avec peine lorsqu'il arriverait enfin à briser leur baiser, laissant un Masami pantois lever de grand yeux demandeur vers lui. Oui, ça arrivait souvent dans ses rêves, restait à voir si la réalité était aussi intéressante. Le baiser fut rompus, leurs souffles se mêlant alors que le plus jeune passait les bras autour du cou de l'homme, se serrant un peu plus contre lui. Son cœur battait fort, le sien aussi, aucun soucis à se faire, ils étaient au même niveau. Qu'allait-il advenir de leur corps? Parce que leurs esprits devaient communiquer en ce moment, non? Le japonais le souhaitait de tout son cœur et puis son corps, enveloppe délicate qui ne lui avait jamais posé que des problèmes, qui ne savait que se montrer invitant dans un lit et encore, la lumière éteinte, il lui souhaitait d'être utilisé par le britannique. Une fois, deux fois, toute la nuit s'il le fallait. Il n'avait pas peur de se dépenser, d'encaisser non plus, marcher comme un canard pendant un jour ou deux, ce n'était rien à ses yeux. La raison en valait largement la peine. Et c'est là que leurs yeux se recroisèrent, comme ils le faisaient sans arrêt depuis quelques minutes. L'un se voulant tendre, terriblement adorable avec cet air affectueux mal dissimulé sur son visage aux traits virils, l'autre se voulant demandeur, un air suppliant flottant sur son jeune visage. Dit moi que tu me veux.

    Le coude de Joshua leur ouvrit alors la porte, laissant le jeune homme découvrir la pièce mais sincèrement, si ses yeux avaient su se montré intéressé par l'appartement, quelques minutes plus tôt lors de son arrivé, là tout de suite, la chambre n'avait aucun intérêt à ses yeux. Il ne voyait que Josh. Les yeux bleu de celui-ci, ses cheveux blond qui retombait légèrement devant un œil de temps à autre, bien que court hein et puis sa bouche. Ses lèvres délicieuses, qui détenaient le pouvoir de le rendre heureux, de le réchauffer tout entier. Son être frémissait entièrement à la simple pensée de l'embrasser à nouveau. La tendresse était quelque chose d'accessible auprès du bel anglais mais Masami cherchait autre chose ce soir. Aime moi, mais pas aussi délicatement. Il n'allait pas se briser, il était résistant mais ça, l'adulte ne le savait pas n'est-ce pas? Ça ou il ne voulait pas le savoir. Le jeune homme ne devait pas oublier que son aîné, aussi attentif et attaché à lui soit-il, n'avait jamais touché un homme auparavant. Il était le premier, il le savait mais était-ce une assez bonne raison pour ne jamais connaître plus que des baisers. L'asiatique espérait bien que non, que Joshua lui donnerait sa chance, qu'il aurait envie de glisser sa bouche sous la ligne qu'il semblait avoir délimité, juste à la base de sa gorge. Il devait essayer, Masa ne le dérangerait pas, il y ferait bien attention. Sauf qu'un triste petit sourire apparut sur la bouche de son ancien enseignant. Il s'apprêtait à briser tous ses rêves, les piétinant pour son propre bien. Encore une fois, il fuirait comme un voleur, ne lui donnant pas plus d'explication, qu'il ne l'avait fait avant de ne quitter le Japon. Et Masami plissait légèrement les yeux, légèrement touché par cet air mélancolique. Pas la peine de rêver, ce n'était pas cette nuit que le bel homme se glisserait au lit avec lui, qu'il lui montrerait son sublime corps et profiterait du sien. Soupirant tout bas, comme s'il acceptait son sort, car c'est bien ce que le petit homme faisait avec son sensei, il subissait et acceptait tout simplement ce que l'autre choisissait, aussi frustrante sois sa décision, il baissa les yeux aussi.

    Les paroles n'avaient rien de consolant et son corps fut bientôt abandonné sur le matelas, triste sort pour le jeune homme, qui avait espérer plus, tellement plus. Il devait se reposer. Oui, probablement mais il ne se sentait pas particulièrement mal. Enfin, pas vis à vis du voyage, c'était plutôt à cause de ce qui c'était passé plus tôt, qu'il avait ce petit air fatigué mais ça passerait dès qu'il aurait de quoi se réjouir, une bonne raison de se remettre vite fait, bien fait. Hors là, ce n'était pas le cas. Josh l'examinait, attendait et le japonais se mit à faire de même, scrutant le blond en silence. Il y avait quelque chose de résigné sur ce beau visage là, il se refermait, comme toujours, ne lui laissant aucune chance de percer son armure. Et quelle armure hein! Du titane ça, rien de moins et encore, il devait être waterproof. Pas la peine de chercher la faille, il n'y avait que du métal lisse, enveloppant parfaitement son coeur. Mais Masa continuait de cogner contre le fer, demandant la permission. Ses yeux noisette tremblèrent un instant alors que ses mains effleurait les joues du britannique, reste avec moi. Demande muette, que l'adulte ne comprit probablement pas ou sinon, qu'il préféra oublier, annonçant d'un coup qu'il serait dans le salon. Un baiser fut posé sur son front, bien pauvre consolation à ses yeux. Ses mains tentèrent de retenir l'homme mais lorsque ce fut au tour de sa voix de s'y mettre, elle s'étrangla dans sa gorge, laissant un petit soupir s'échapper. Trop tard, Josh avait filé...

    Laissé à lui même, le coeur lourd, il baissa les yeux un instant, fixant l'édredon. De quoi te plains tu Masa, tu va dormir dans le lit de Joshua ce soir, celui dans lequel son odeur est imprégné, tu va t'entourer de sa chaleur et peut-être même est-ce que tes rêves seront plus vivide. Oui, il savait tout ça mais comment s'en réjouir, quand le vrai exemplaire, en chaire et en os, se trouvait dans la pièce voisine hein. Non, il ne pouvait pas l'accepter et bien qu'il n'en soit pas fier, de grosses larmes se logèrent dans ses yeux sombre. De la frustration, voilà ce qui les expliquait. S'essuyant les yeux du revers de la main, parce qu'il n'était plus un enfant et n'avait donc pas le droit de pleurer sans véritable raison, il se leva lentement du lit. D'accord, il jouerait le jeu, il dormirait ici, tout seul. Mais demain, il ne savait pas s'il saurait tenir. Ce serait bien difficile de faire face à l'adulte sans fantasmer, sans lui crier combien il le torturait en l'étreignant ainsi pour finalement le repousser pour s'enfuir. De quoi avait-il donc peur? Le jeune homme, qui sortait à peine de l'adolescence, n'allait pas en faire son quatre heures, il n'y avait qu'a les comparer pour comprendre que l'anglais ne risquait rien. Vraiment.

    Pas la peine de te poser plus de question, contente toi donc de te changer. Oui, il n'allait tout de même pas dormir avec ses vêtements sur le dos. Retirant son chandail marin, il le déposa au pied du lit, s'attaquant aussitôt à sa ceinture puis, à son pantalon. Bientôt il se retrouvait simplement dans son boxer gris et sa chemise blanche. Alors qu'il posait une main sur le lit, se penchant légèrement, pour retirer ses chaussettes, un son attira son attention hors de la chambre. Des craquements sur le parquet. Son sensei avait du mal à dormir? Est-ce qu'il allait bien? Pas la peine de se le demander, il retira son autre chaussette, soupirant longuement. Puis, alors qu'il glissait un genoux sur le lit, prêt à y grimper, la porte s'ouvrit doucement. C'est dans une expression de pure étonnement, que le jeune homme aperçut la silhouette de l'homme dans le chambranle de la porte, séduisante apparition dans la lumière qui occupait toujours la pièce emprunté par le japonais. Il tenait son sac d'ailleurs mais ça, le brun ne le remarqua qu'une fois l'homme lui faisant remarquer qu'il avait oublier son sac dans l'autre pièce. Non, il ne l'avait pas oublié, il n'avait tout simplement pas eu la chance de le prendre. Mais il s'en fichait, il n'y avait pas grand chose dans ce sac. Il n'avait pas eu le culot de se préparer des vêtements de rechange, il n'avait pas même espéré passer la nuit ici en réalité alors bon. Ses yeux effleurèrent donc le dit sac, n'y accordant aucune importance en fait et c'est en lisant l'embarras sur le visage de l'adulte, qu'il décida de quitter le lit, abandonnant toute tentative de s'y glisser. Il y avait tellement mieux devant lui. Lui voler un t-shirt pour dormir? Il n'y avait pas songé, il ne ce serait pas permis mais il le ferait avec plaisir. Mais ce n'est pas tellement un t-shirt qu'il voulait mais la chemise que portait l'homme. Et s'il la lui retirait lui-même hein? Son rôle changeait peu à peu, le petit homme réécrivant les lignes du texte qu'on lui avait donné, un peu d'improvisation s'imposant. Adieu le petit ange immaculé, il était temps de sortir de son cocon et d'offrir de quoi être embarrassé à son ancienne flamme.

    « Oh... merci. Mais il n'a rien d'important à l'intérieur. Enfin, rien qui ne sois important pour cette nuit. »

    Il parlait doucement, d'une voix égale ou perçait un brin de plaisir, d'amusement. Qu'est-ce qui gênait l'adulte à ce point? C'était la première fois qu'ils dormiraient sous le même toit mais ce n'était pas si effrayant quand même. Ses pieds le portèrent jusqu'à l'adulte, il se sentait léger en ce moment mais alors que ses yeux le brûlait, l'observant attentivement, son cœur lui, battait fort. Il battait trop vite, tout s'éclipsait autour de lui, tout sauf l'homme à la carrure si particulière. Approchant, il glissa une main sur le sac mais contrairement à ce que l'homme devait attendre de sa part, ce ne fut pas pour le ramener quelque part, non. Il se contenta de le poser au sol, se penchant pour le faire, le poussant négligemment vers le lit. L'étudiant de voyait aucun intérêt dans ce sac, il préférait se concentrer sur l'homme devant lui et puisque les yeux étaient rivés au sol, il se glissa sur ses genoux, ses mains se posant sur les jambes nues de Joshua. Entourant gentiment ses mollets de ses mains, il se pressa tout naturellement contre ses jambes fortes, sa tête se redressant vers le haut, cherchant le regard de l'homme. Un petit air innocent au visage, il esquissa un petit sourire en rencontrant les yeux de l'adulte. Là, je te tien. Oui mais Joshua ne le savait pas ça hein. Les mains montèrent lentement le long de la peau chaude, glissant plutôt sur le côté de ses cuisses alors qu'il se redressait un peu, ses fesses quittant l'appuie que ses talons offraient, son corps se dépliant lentement. Il souffla alors.

    « Sensei... »

    Ses mains parcoururent encore un peu plus la peau, palpant sa fermeté, appréciant la chaleur et se glissèrent alors sur le tissus du sous-vêtement. À plat contre le haut de ses cuisses, le souffle court, il chercha encore un peu de force dans les yeux bleu de l'homme qu'il savait aimer. Avait-il envie de lui? Est-ce qu'il voulait qu'il se retire? Du dégoût se trouvait dans ses yeux là ou c'était plutôt un désir ardent? Les siens brûlait hein, innocent mais pas complètement. Il ne jouait plus aussi bien son rôle et soupirant, son visage vint s'enfouir dans le boxer. C'était un acte délibéré, il n'y avait aucune maladresse dans son geste et ça, le blond pu le découvrir bien rapidement, la bouche du jeune homme s'entrouvrant pour parcourir l'entre-jambe que le boxer cachait. Ses lèvres palpaient la chaire à travers le tissus et bientôt, sa langue venait se plaquer au tissus, l'humectant alors qu'elle suivait la ligne que formait peu à peu le membre sous le vêtement. Les yeux entrouvert, ses paupières se faisant lourdes alors qu'il plongeait dans un bonheur totale, Masami laissa un soupir lui échapper. Tant pis pour sa couverture de bon garçon envolé, il en avait rêver de ce geste. Ses mains remontaient d'ailleurs lentement sur le boxer, allant s'agripper à l'élastique, sans toutefois tiré celui-ci vers le bas. Le corps de l'adulte réagissait terriblement bien et le membre qu'il sentait se redresser lentement contre sa bouche, avait une taille qui le faisait frissonner d'envie mais il restait à voir si l'esprit de son sempai serait du même avis. Redressant de nouveau le visage, lui envoyant un regard lourd de désir alors qu'il se léchait les lèvres, il souffla encore une fois tout bas, d'une voix étouffée mais chaude. Terriblement chaude.

    « Restez... »

    Il aurait bien pu le supplier mais il ne pensait pas que ça changerait ses chances de réussite. Si son geste du moment ne plaisait pas, il n'y avait pas vraiment d'espoir. Ses mains se crispèrent légèrement sur le tissus alors qu'il soupirait, son petit air innocent, légèrement suppliant, reprenant place sur son visage. Accepte Joshua, alors, ne me laisse pas dormir seul ici, dans cette grande chambre, dans ton grand lit vide. Tien moi compagnie, serre moi contre toi. Un frisson le fit alors trembler légèrement alors qu'il se pressait encore un peu plus contre l'adulte. Mais il venait de traumatisé l'adulte non? Probablement, il devait être sous le choc de son geste. Tant pis, il fallait bien qu'il tente quelque chose. Leur relation avait été maintenue à un stade pratiquement platonique depuis si longtemps, c'était cruel de la part de l'anglais. Le réalisait-il seulement? Autrefois, lorsqu'ils se croisaient tous les jours, ça avait été plus facile pour Masami. Trouver un homme de la carrure similaire, les cheveux pâle et passer quelques heures dans ses bras, tout en murmurant le nom de son enseignant, c'était quelque chose de facile, d'accessible dans son monde. Et puis la culpabilité ne faisait que l'effleurer, puisqu'au final, il ne faisait tout ça qu'en songeant à l'adulte. Son départ avait brisé sa routine. Soupirer dans les bras d'un inconnue devenait une trahison, puisque le britannique ne pourrait effacer les traces de ses baiser sur ses lèvres. Aussi, Masami vivait dans un état de frustration, que ses rêves et fantasmes, ne savaient faire taire entièrement. Il était temps que l'adulte le fasse sien, s'il en avait jamais eu l'envie ou l'intention. De toute façon, il s'apprêtait à les lui donner, l'envie et l'intention.

    N'attendant pas davantage, il reposa sa bouche sur le sexe en érection, qui se dessinait à travers le tissus, ses lèvres se refermant sur la chaire gonfler, le tissus laissant la chaleur de sa bouche se propager jusqu'à lui. Sentait-il à quel point il avait envie de lui? Le réalisait-il? Il avait intérêt parce que bientôt, c'est en soupirant d'une voix plus tendre, que le jeune homme faisait courir sa langue contre le tissus à nouveau, retirant de petit frémissement à Joshua. L'envie de glisser une main contre son corps lui accaparait l'esprit mais il ne se laisserait pas gagner, pas question. Son geste du moment, était bien assez choquant ainsi, pas la peine d'en ajouter. Et puis, avec de la chance, il n'aurait pas à faire taire le désir qui le déchirait de l'intérieur, envahissant sa poitrine, de ses propres mains mais bien avec celles de Josh. Ses mains se déplacèrent alors vers le bas, caressant la peau pour se faufiler lentement sous le tissus. Il ne faisait rien de mal, se contentant d'effleurer gentiment le haut de ses cuisses, ses mains explorant la peau chaude qui se cachait sous le vêtement. Bientôt le blond lui attraperait les épaules et le redresserait, l'air gêné pour lui demander de ne pas faire ce genre de chose non? Il lui dirait qu'il ne lui demandait pas de faire 'ça' et il ne comprendrait pas à quel point, lui, il en mourait d'envie. Mais ça, Masami s'y préparait. Parce qu'il ne rêvait pas en ce moment et que le Josh réel, n'avait jamais montré une quelconque faiblesse, son désir s'étouffant aussi rapidement qu'il naissait. Aussitôt vue, aussitôt enfuis. Tant pis. Pour le moment, le jeune homme appréciait et s'en donnait à coeur joie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:41

Joshua
    Difficile de ne pas voir la silhouette dénudée du jeune homme. Mais il aurait du s'y attendre n'est-ce pas ? Il venait de quitter la pièce laissant Masami pour qu'il dorme. Normal que le jeune homme se soit changé entre temps. Il s'apprêtait même à dormir, non ? Il était donc vraiment arriver au mauvais moment. La tête légèrement détournée, ses yeux couraient sur le mur. Sa main gauche tenait le sac, pendant que sa main droite grattait doucement sa nuque. Étrange de le voir gêné pour si peu, non ? Il n'avait plus rien de l'adolescent et ce n'était pas la première fois qu'il avait un corps sous le nez. Bon habituellement, il s'agissait de celui d'une femme mais ça ne changeait rien pour lui. C'était juste que là, tout de suite, c'était le corps de Masa. Immobile, le britannique attendit que le jeune homme vienne chercher son bien. Le temps lui parut horriblement long. Quelques mots avaient été soufflés comme s'il avait besoin de justifier sa présence. Le prévenir qu'il pouvait lui emprunter un tee-shirt. Il serait à croquer le petit dans un haut trop grand. Allez un peu de raison que diable ! Mais sincèrement sa bouille adorable, ses jambes menus, sa silhouette frêle, il était définitivement à croquer. Josh savait qu'un jour, il le mettrait dans sa carte des desserts. Le tout était de savoir quand. Ce soir, cela lui paraissait prématuré. Ils avaient à peine parler et même si il y avait eu quelques baisers, ce n'était pas une raison pour se lancer dans plus. L'adulte ne savait sur quel pied danser et il n'aimait pas ça. Si ses limites se libéraient, il savait comment il pouvait comporter. Il ne souhaitait pas que son ancien élève le voit comme une espèce de brute incontrôlable. Plus du genre à brider ses désirs qu'à les laisser s'exprimer, il arrivait à donner le change. Mais quelque chose en lui le titillait. Enfin apparemment amener le sac n'avait été pas une chose nécessaire.

    « - Ah, d'accord, je pensais que... »

    Il voulait bien faire tout simplement. Peut-être que Masami avait prévu du change ou autre, quelque chose dont il aurait pu avoir besoin. Juste ça. Manifestement, Joshua était tombé à côté. Tant pis, tant pis. Laissant le jeune homme prendre le sac, l'homme fut cependant surpris par son geste. La façon dont il éloigna l'accessoire avec négligence en disait long sur son indifférence. L'homme se sentit un peu plus ridicule et esquissait presque un mouvement de recul. Mais quelque chose, qu'il n'attendait pas, arriva. Ses yeux suivirent le mouvement de la petite brune. Une expression dubitative se peignit sur ses traits. Mais il était à la bonne hauteur pour... Fermant un instant les yeux, Josh essayait de savoir si le japonais jouait ou s'il était sérieux. Et s'il jouait à quoi il jouait. Le contact de ses mains l'électrisait et aucun désir de prendre la fuite ne se manifestait. Il verrait ce que le jeune homme voulait faire et il aviserait en fonction de ça. Ses yeux s'ouvrirent sous la petite voix. Non mais c'était un véritable supplice, est-ce qu'il en avait conscience ? Ses lèvres laissèrent échapper un faible soupir. Une de ses mains mourait d'envie de se glisser dans les cheveux sombres, cependant il faisait preuve d'une retenue habituelle. Il paraissait inébranlable pourtant si le petit homme continuait, sa forteresse finirait bien par céder. Oh, il n'était pas fier ! Avoir une telle faiblesse pouvait être embêtant. Toutefois s'il acceptait cette dernière, il pouvait changer petit à petit vis-à-vis de Masami. Lui offrant des facettes que le japonais ne devait pas imaginer une seconde. D'ailleurs en parlant de ne pas imaginer une seconde, le comportement imprévisible de son ancien élève fit mouche.

    Ses yeux s'agrandirent en voyant sa tête se glisser contre son boxer. Ses joues ne s'empourprèrent pas mais une douce chaleur y monta. Ça rejoignait ses fantasmes d'un coup. Parce que oui, il en avait eu et en avait toujours. A croire que l'objet de ses désirs le tourmentait insidieusement. Très vite, il comprit que le jeune homme ne jouait pas et savait parfaitement ce qu'il faisait au contraire. Il taquinait sa raison et sa morale là, n'est-ce pas... Un frisson le parcourut et ses paupières se baissèrent. Il avait envie de l'encourage. Continue Masami. Montre-moi ce que tu sais faire. Paroles indicibles. Inconcevables même. Mais son corps se chargeait de faire passer le message. Il n'aimait pas avoir perdre le contrôle comme ça. C'était frustrant quelque part. Il était aussi comme ça d'un point de vue professionnel. Même s'il avait décidé de se laisser vivre en quelque sorte. Il exécutait les ordres et le reste du temps, il se consacrait à la raison de sa venue. Bien sur, ses recherches étaient des plus secrètes. Avec son passé, il aurait de quoi suscité des interrogations mais il avait l'intention de montrer à Lynton que tout ce que ce dernier lui avait appris, ne s'était pas envolé. Et même qu'il avait fait d'énormes progrès. Il serait très fier de lui, pour sur ! Cependant son esprit n'était pas du côté de son ancien partenaire mais plutôt vers le bas, pas loin d'une petite brune. Ses yeux se plissèrent avant de plonger dans ceux du jeune homme. Que voulez-vous faire face à un tel regard ? Face à une telle intonation ? Touché coulé !

    « - Masami ... »

    Ses lèvres savaient y faire. Combien d'hommes le petit ange avait-il déjà satisfait ? Combien d'hommes lui avaient fait la même ? Etait-il un homme parmi d'autres ? Non, il avait la certitude. Sinon l'asiatique ne serait pas là. Restez ? Etait-ce raisonnable ? Le mur de la raison était détruit pierre par pierre par le jeune homme. Bientôt, il ne resterait plus grand chose voir plus rien du tout. Car le jeune asiatique n'arrêtait pas. Bien au contraire. Et lui ne cessait de répondre à sa façon. Même s'il le repoussait, il aurait du mal à trouver le repos avec ce que Masami avait fait. Plaquant une main contre sa bouche pour étouffer un soupir, il fronça les sourcils. Il fallait qu'il fasse quelque chose. Peu importe si son geste portait à confusion. Peu importe ce qu'il penserait. Mais une partie de lui soufflait autre chose. Faisant de son mieux pour la faire taire, il ne devait pas céder. Malgré sa patience, il n'était pas à l'abri d'un dérapage. Une lueur malicieuse passa dans son regard. La petite douceur l'aurait cherché après tout. Une de ses mains vint se poser sur la tête du jeune homme, le repoussant lentement. Joshua en profita pour reculer. Ses genoux se plièrent et sa main glissa pour attraper l'adorable frimousse. Ses lèvres s'étirèrent dans un léger sourire en coin, alors que son pouce passa sur celles du brun. Des lèvres bien coupables. Tout criminel devait payer pour ses actes. Est-ce qu'il en avait conscience ?

    « - Tu me tortures maintenant , hein ? »

    Il avait parlé d'une voix calme. Bien contrôlée. Une pointe d'amusement transparaissait dans sa voix. N'était-ce pas un comble ? Le plus jeune des deux se révélait être aussi le plus entreprenant. Bien sur que Joshua avait éprouvé et éprouvait du désir mais sa conscience était toujours passée en premier. Cette conscience qui lui intimait l'ordre de ne rien faire de trop avec son élève. D'une, son image d'enseignant était en jeu. De deux, la situation aurait été compliquée à la fois pour Masami et pour lui. Mais maintenant qu'ils n'avaient plus ce lien, devait-il se laisser aller ? Son coeur balançait dangereusement. En fait, son coeur avait déjà fait son choix. Plus besoin de se voiler la face. Subitement, il passa ses mains sous les bras du jeune homme et le souleva sans attendre. Il fallait dire qu'il n'était qu'un poids plume pour le britannique. L'allongeant sur le lit, il finit par le surplomber. Ses mains posées de chaque côté de son visage. Son visage s'approcha du sien avant de fondre lentement dans le cou. La peau était alléchante et comment y résister ? Mais qui parlait de résister ? Il savait que d'ici, quelques secondes, il serait avec Masami comme il était avec les femmes. Il s'imposerait tant pis pour les attentes du jeune homme. Il avait beau peur de lui faire mal, son corps restait quelque chose dont il avait envie d'abuser. Ses dents vinrent mordiller la chair laissant des petites traces rouges sur leur passage. Sa langue s'échappa et caressa des plus lentement la jugulaire. Son visage finit par se redresser. Fouillant son regard, il baissa un peu les paupières et murmura d'une voix grave.

    « - Si tu veux que je te fasse mien, pourquoi ne me le demandes-tu pas sur le ton le plus enivrant qui soit...»

    Ses mains se saisirent de celles de Masami. Mais avec une seule, ça suffisait pour le maintenir. Même s'il doutait fortement que le petit ait envie de bouger. Pas maintenant mais peut-être bientôt. On ne savait jamais après tout. Son autre main glissa sur le corps. Ses doigts palpaient la peau. Le torse, une hanche. Elle alla errer dans le dos pour tomber dans le creux de ses reins puis elle remonta pour effleurer la cuisse. Doucement, elle s'avança et glissa dans l'entrejambe. Ses doigts se pressèrent lentement contre le tissu. Rapidement cette barrière fut franchie et ils frôlèrent la peau sensible. Un fin sourire naquit sur son visage. Tout en taquinant le membre, il se pencha pour mordiller un mont de chair. Sa langue jouait avec, ses dents le mordaient avec douceur pour voir quelle réaction allait être provoquée. Il descendit lentement, sa langue cajolant les muscles fins.


Masami
    Son nom n'avait jamais sonné aussi bien que dans cette bouche. Un léger sourire aux coins des lèvres, Masami fixait son aîné. Tu joues? Tu ne peux pas me refuser ça, j'en meurs d'envie. Oui mais Joshua n'avait aucune envie de l'arrêter comme ça n'est-ce pas. Non et même que son corps le trahissait totalement, quand bien même il aurait tenter une sortie, les excuses ne seraient d'aucune aide. Encore, un réflexe naturel peut-être mais voir le visage de Masa, aurait été suffisant pour tout stopper, si le jeune homme ne faisait vraiment pas l'affaire. Hors, ce n'était pas le cas, même que sous le nombril, la réaction était plutôt bonne, voir excellente. La voix chaude lui soutira un long frisson, sa bouche retournant taquiner le peu de résistance que l'adulte possédait toujours. En fait, l'étudiant s'amusait plutôt avec sa faiblesse en ce moment, s'assurant que bientôt, le blond ne saurait plus lui résister. Qui menait le jeu? On aurait pu dire Masami mais franchement, un homme du gabarit de Josh, ça ne peut pas être abuser. Encore moins par un petit bout d'homme.

    Sa langue glissait contre le tissus, se languissant de glissé sous. C'était probablement étonnant pour Josh de voir son ancien élève agir de la sorte mais l'asiatique n'avait jamais prétendue être complètement pure. Il avait connu son lot d'homme, pas la peine d'en parler cela dit, ils ne comptaient pas mais au final, il savait ce qu'il faisait et c'était ça qui devait impressionné. Pourtant, si l'adulte y pensait un instant, il se rappelerait que c'était aussi l'adolescent qui avait lancé leur relation, volant un long baiser à son enseignant par une nuit noir et fraiche, caché dans un parc. Ils fuyaient un groupe d'étudiante et Masami avait profité d'un moment de silence entre lui et son sensei, pour se rapprocher si on voulait. Combien de fois avait-il rêver d'une suite différente à cette histoire hein. Ses deux dernières années étaient remplis de nuit ou il rêvait que son sensei le trainait dans un coin sombre, dans sa chambre, son appartement ou aller savoir ou, afin d'achevé ce qu'ils avaient commencé en s'embrassant. La vrai histoire n'avait toutefois pas connue pareil dénouement et en réalité, en bon professeur qu'il était, le britannique avait simplement reconduit son jeune élève jusque chez lui. Tout ça ne comptait pourtant plus, parce qu'enfin le petit Masami avait sa revanche. Posant de long baiser, ses lèvres aspirant le membre à travers le vêtement, ici et là, il s'absorbait dans son plaisir personnel. Dire qu'il faisait tout ça a son Josh, son si cher Josh. Son corps se réchauffait à cette simple pensée et lorsqu'une main se posa sur sa tête, l'écartant de l'objet de ses désirs, il redressa un visage ou les joues avaient pris une jolie teinte rose.

    Un petit bout de langue dépassait de ses lèvres, rose aussi à force de frotter contre le vêtement et le regard lourd de désir qu'il envoya à travers ses cils, à son enseignant, en disait long sur ce qu'il pensait de sa question. Un pouce glissa sur ses lèvres et Masami esquissa un petit sourire coupable. Le torturer? Oui, probablement mais il n'oserait pas le dire. Retirant ses mains du corps de rêve, parce que Josh avait fléchit les genoux pour se mettre à sa hauteur, il posa plutôt ses menottes sur le poignet de l'homme. Le sourire qui lui renvoyait l'homme aux yeux bleu, ou il arrivait à lire une tendresse indicible, lui donnait le vertige et d'une petite voix, timide, il répondit dans un souffle.

    « Josh... »

    Pardon, je ne voulais pas. Il n'allait quand même pas tout cesser hein? Inquiet et à la fois brûlant d'envie pour l'homme qui se trouvait en face de lui, le petit homme le fixait avec attention. Ses yeux marrons en disaient long sur ce qui se tramait dans sa petite tête, sa bouille d'ange mentait bien car en ce moment, il ne regrettait pas, il craignait plutôt que l'adulte le repousse et lui annonce qu'ils ne pouvait tout simplement pas faire ce genre de chose. Et là, il n'y avait pas pire pour le jeune homme, pas après tout ce qu'il venait de faire!

    Ils se fixaient, comme incapable de se décider et les deux prunelles foncés se baladaient rapidement, d'une pupilles bleu, à l'autre. Inquiet, Masami attendait son châtiment. Il serait privé de baiser? Joshua allait lui dire que c'était dégoûtant. Embrassé, d'accord mais aller plus loin, ça ne plaisait pas à tous les hommes. Tout comme le contraire arrivait souvent. Pourvue que ce ne sois pas ça, pourvue que le blond se contente de jouer aussi. N'osant pas sourire, ni le supplier du regard, il attendait toujours. Il se sentait sur le bord de l'abîme, prêt a mourir, prêt a fuir mais incapable de décider. Sa bouche s'entrouvrit pour parler mais il n'arriva pas à formuler quoi que ce sois. Que dire de toute façon, la décision appartenait à son hôte. Puis, le prenant par surprise, l'homme le relâcha pour plutôt l'attraper sous les bras, le soulevant sans mal. C'est qu'il était fort le monsieur et puis, le petit japonais n'avait jamais été tellement pesant, ni fort. Bon point pour les deux tiens. Ses pieds se retrouvèrent alors dans le vide alors que les bras puissant le déposait sur le lit sans plus de cérémonie. Inquiet le Masami? Légèrement et lorsque le corps de l'homme se pencha sur lui, quelques mèches blondes retombant en direction de son visage, il ne sut que retenir son souffle. Et maintenant quoi? Les mains de Josh se trouvaient de chaque côté de son visage et il les effleura rapidement du regard, se concentrant plutôt sur ses prunelles bleu. Ses yeux là avait la capacité de le faire taire, de l'hypnotiser. Ils était d'une couleur changeante, sombre et à la fois tellement claire par moment, il aurait pu les regarder sans se lasser, il le savait très bien.

    Seuls les battements de son coeur lui parvenait aux oreilles, ça et puis leur souffle. Celui de Joshua était trop bien régler, normal mais le sien, le sien l'effrayait. Il avait chaud, terriblement chaud mais il savait qu'en quelques secondes, l'adulte serait capable de lui donner l'impression contraire. Pourtant, il n'arrivait pas à oublier le geste qu'il venait de poser, sa bouche ressentant encore les frémissements que toute la virilité de l'adulte avait laissé, contre le bout de sa langue. Aurait-il la permission de retourner à cet endroit? Il se sentait prêt a prier pour l'obtenir. Puis, lui ayant donné le change pour la petite tentation de plus tôt probablement, Joshua se jeta sur sa gorge. Les lèvres palpèrent la chaire puis, il sentit son souffle brûlant contre sa peau et un soupir échappa au jeune homme. Des dents virent le taquiner, mordillant son cou avec une envie très clair. C'est à ce moment qu'un petit gémissement s'échappa de sa bouche, le jeune homme observant son aîné à travers ses cils, ses paupières retombant obstinément sur ses yeux. Le paradis devait ressembler à ça. Cette sensation, c'était le summum, non? Tendant le cou, il renversa doucement la tête vers l'arrière, ses lèvres s'entrouvrant alors qu'il soupirait, Joshua continuant, se dirigeant vers sa jugulaire. Mord moi, embrasse moi, mange moi si tu veux mais ne me laisse pas. Ses mains remontèrent contre les bras de l'homme et presque timidement, se glissèrent autour, s'agrippant à lui alors qu'une langue caressait sa jugulaire. Il allait le tuer s'il le taquinait comme ça éternellement. Mais c'était trop beau pour être vrai et dès que Masami eut laissé tomber un autre petit gémissement, le visage du blond se redressa, son regard cherchant le sien.

    « A-au... »

    Les joues roses, le coeur en vrille, encore dans la quête de son souffle puisque tous ses sens étaient en émois, l'étudiant glissa ses yeux dans ceux bleu. Le noisette se mêlant au bleu profond qu'il affectionnait tant. Est-ce que Joshua réalisait combien il était désirable en ce moment? Les paupières légèrement baissé, cet air calme et légèrement joueur sur le visage, c'était une première pour l'adolescent qui se trouvait dessous. Puis, sa voix tomba dans la pièce, s'infiltrant dans le petit corps dans un frisson entier de son être. S'il utilisait un timbre aussi grave, n'importe qui aurait exécuté ses ordres. Tout ce que vous voulez chef, continuez à parler. Et Masami ne faisait pas exception. Alors il devait le demandé? Jamais il n'aurait cru qu'il suffisait de ça. Sinon, vous pouvez être certain qu'il aurait chuchoter sa demande à son enseignant, il y a longtemps de ça. Soupirant, n'osant croire à sa chance, il esquissa un petit sourire à son tour et redressant une main, il voulue la poser contre la joue de Joshua. Il l'avait enfin retrouvé, il lui appartenait et pour la première fois, il pourrait lui montrer à quel point c'était vrai. Mais son geste ne fut pas, l'adulte attrapant ses mains pour les faire prisonnière alors qu'il lui faisait redresser les bras, l'adolescent perdant son sourire pour plutôt battre des cils, le souffle court. Que ce passait-il? Levant les yeux, il vit bien que Josh le retenait mais ne comprit pas immédiatement la raison. Puis, il rencontra son regard. Quelque chose de brute s'y cachait, un désir mal contrôlé et il soupira de nouveau, une douce chaleur, presque douloureuse, l'envahissant.

    Entrouvrant la bouche à nouveau, il voulut le rassurer. Non mais il ne fuirait nulle part hein. Pas question, aucun danger, il rêvait de ce moment depuis bien trop longtemps. Mais ça, il ne pouvait pas le deviner le secrétaire et sa main libre glissa sur le torse du jeune homme. L'onde de choc, qu'elle déclencha chez celui-ci, se propagea jusqu'à ses orteils. Masami arqua alors le dos, tout en lâchant un autre gémissement dans la pièce. Qu'importe comment ou encore, à quel endroit l'adulte le touchait, c'était du pareil au même, son corps se réchauffait et lui faisait presque mal, tant il se tendait vers l'autre. Heureusement, il portait toujours sa chemise et de ce fait, savait son corps ingrat, à l'abri du regard de l'adulte. La main glissa le long de son torse, cherchant peut-être une façon de glissé à l'intérieur puis, glissa sous, caressant une hanche. Tournant légèrement le visage sur le côté, son corps s'arquant encore un peu plus, l'étudiant remercia le ciel que la main glisse sur sa seulement sur sa hanche et non pas plus haut, sur son flanc. Il se mordillait les lèvres maintenant, retenant les gémissements qui naissaient dans sa gorge, les contenant parfois mal, de petit son s'échappant de ses lèvres scellés. Bien entendue, Josh lui avait dit de dire clairement qu'il le voulait, il avait demandé à ce que ce sois enivrant mais le rappel de son corps meurtrit, le laissait indécis. Oui mais...

    La main parcourut son dos, lui arrachant de petits frissons, le faisant fermer les yeux, sa bouche s'entrouvrant pour libéré encore davantage de joli son. Jamais il n'avait sentie ce besoin immédiat de gémir, de soupirer, ses yeux s'ouvrant de temps à autre pour se refermé sous une nouvelle vague de plaisir. Maintenant c'était sa cuisse puis, remontant, la main malicieuse glissa contre son entre-jambe, lui faisant entrouvrir les yeux, les prunelles chocolatées la cherchant pour finalement disparaitre sous ses paupières, un nouveau soupir s'enfuyant de ses lèvres, alors que les doigts chaud effleuraient sa chaire. S'il avait osé torturé le blond quelques minutes plus tôt, il payait le double en ce moment et ses mains, toujours prisonnières, frémirent un peu alors que celle de Josh taquinait son membre. Quel homme cruel il faisait, cruel mais tellement tentateur. Comment résister? Masami n'en avait aucune envie, quitte à oublier les marques de brûlures qui ornaient son corps. De toute façon, son sensei n'était pas intéressé par son épaule gauche en ce moment et s'il se contentait de caresser son torse, il ne remarquerait peut-être pas la marque qui glissait légèrement sur son ventre.

    S'absorbant donc totalement dans les gestes de son aîné, ses sensations, il se cambra sous la bouche taquine de celui-ci. Comment sa chemise avait-elle été entrouverte de la sorte? Il ne se rappelait plus mais il savait que Joshua jouait avec lui et que ça lui plaisait énormément. La langue roula contre son mamelon, les dents virent aussi le tenter, lui arrachant un petit cris de pure plaisir. Plus, il en voulait plus et redressant légèrement la tête, les paupières lourdes sur ses yeux, qui cherchaient le regard du britannique, il soupira.

    « Ah... Josh... plus. »

    Oh ça oui, il en voulait plus et la bouche continuait son chemin, glissant doucement sur son ventre alors que le petit brun s'étirait de tout son long, en redemandant. Il voulait qu'il le dévore. Ne le quittant pas des yeux, il tira légèrement avec ses mains, sans tenter de se libéré cependant et l'une de ses jambes se souleva légèrement, glissant contre le lit, sa jambe venant caresser lentement l'entre-jambe du blond. Le regard remplit d'une lueur d'envie, il laissa retomber sa tête sur l'oreiller, un autre gémissement s'échappant de ses lèvres alors qu'il se concentrait sur les caresses de Joshua sur son sexe. Il allait le rendre fou à jouer ainsi avec lui. Il n'avait pas été touché depuis si longtemps, c'était intenable. Se mordant la lèvre du bas, il lâcha une longue plainte. À la fois remplit de plaisir et de frustration. Il souffrait mais il aimait, c'était dur de l'exprimer. Et là, il se décida a parler, tout bas, d'une voix légèrement plus rauque, envahit pas le désir. Celui d'être enfin posséder par l'homme qu'il aimait.

    « Mmnn... Je veut être tien Josh... je t'en supplie. Prend moi... Ah! ..gnn. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Stephy
charming anti-PRINCE
avatar

Nombre de messages : 721
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   Mar 8 Déc - 14:43

Joshua
    L'esprit totalement ailleurs, il avait finalement cédé à la tentation. Il n'en était pas fier mais il repoussait avec vigueur cette petite voix qui lui rappelait ce qu'il faisait. Non mais tu n'as pas honte ? Non, il en avait envie. Plus que tout. Il avait l'impression d'avoir fait voeu d'abstinence et de pouvoir enfin goûter au plaisir défendu. Mais pour que le plaisir soit total, le britannique devait se lâcher, se libérer de ses pulsions. Au lycée, seuls des baisers avaient été échangés. Avec sa position, il devait rester sage. Qu'y avait-il de pire qu'un tel scandale dans la carrière d'un professeur ? Bien sur, embrasser l'enseignement avait été fait par obligation. Par obligation, pour les besoins d'une cause. La sienne évidemment. D'ailleurs, tour ce que faisait Joshua, ce n'était pas par intérêt profond pour la mafia ou autre. Certes, il avait appris beaucoup de choses mais il ne fallait pas lui prêter des attentions qu'il n'avait pas. Avec le temps, il s'était mué en une forteresse apparemment bien disciplinée et faisant de son mieux. Il faisait son boulot correctement, on lui foutait allègrement la paix, que demander de plus ? Malgré son comportement et son caractère égal, le britannique avait tout de même eu envie plus d'une fois de déshabiller le petit brun. Ses mains l'avaient démangé plusieurs fois. Il avait eu aussi envie de goûter à sa peau. Monsieur Illingworth, vous êtes coupable. Non, votre honneur, ce n'est pas moi qui suit à l'origine de tout ça. Il y avait fort à parier que si Masami ne l'avait pas embrassé, il n'aurait jamais osé faire quoique ce soit. Un élève restait un élève. Toute relation devait être prohibée.

    « - Masa, Masa... »

    Sa voix avait le ton d'un professeur peu satisfait de son étudiant. Pourtant ses soupirs lui faisaient de l'effet. Vilain garçon, hein ! Tu me donnes envie de te dévorer tout crû. Un sushi de Masami. Un plat sain ! Pauvre en matière grasse et qui permettait aussi de faire du sport. L'aliment indispensable pour une hygiène de vie parfaite. Le britannique pouvait bien le rajouter à son menu. Une pression contre son entrejambe fut effectuée et il cligna des yeux. Un sourire apparut sur ses lèvres. Alors comme le jeune homme le tentait ? N'était-ce pas dangereux ? Savait-il ce qu'il risquait de déclencher ? Sûrement pas. Mais peut-être l'aurait-il fait volontairement en sachant ce qui se tramait dans la tête du britannique ? Le gémissement qui s'échappa fit vriller ses sens. Ses doigts s'arrêtèrent un instant comme si le temps se figeait subitement. Ses oreilles guettaient le moindre son provenant du jeune japonais. Son appétit était tel qu'il n'allait en faire qu'une bouchée. Ce soir, il ne le savourerait pas. Il en aurait tout le temps, une prochaine fois. Car oui, il pensait bien qu'il y aurait une prochaine fois. Maintenant, plus aucune raison de se retenir. Plus aucune raison de se trouver de bonnes excuses. N'était-ce pas terrible ? On avait donné plusieurs coups de clés dans son cadenas et l'ouverture avait finit par sauter. Lentement, une porte s'était ouverte mais qui pouvait dire ce qui se passerait ? Personne. Parce qu'il n'était pas ce genre d'hommes. Celui qui se révélait démonstratif. Celui dans lequel on pouvait lire comme dans un livre ouvert. Et que ce trait de caractère ne s'altérait pas en vieillissant.

    Ses précédentes paroles ? Une complainte suppliante donnerait de l'audace à n'importe quel homme. Il n'était pas le pire. Ni le meilleur. Il s'avérait être un homme avec ses défauts et ses qualités. Quelqu'un dont la grandeur d'âme se voulait insondable. S'il avait pu être quelque chose, il aurait choisi d'être la nuit. Tantôt froide, tantôt chaude. Mystérieuse et insaisissable. Masami suivit sa demande et une sorte de décharge parcourut son corps. Quelle était cette intonation ? Cette délicieuse façon de s'exprimer ? La pression de ses doigts se fit plus forte. Ses mouvements s'accélérèrent alors que ses dents suçotaient avec un plaisir nullement dissimulé son ventre. Rejoignant le bas ventre, elles s'amusèrent à torturer la peau. Ses doigts cessèrent leur petit jeu et triturèrent l'élastique du boxer avant de le faire glisser. Pas un son ne venait perturber cette scène. Pour une fois, les voisins du dessus étaient calmes et avaient du décider d'enterrer la hache de guerre au lieu de se taper dessus. Personne ne sonnait à sa porte pour le déranger. Il n'y avait que leur présence et son coeur qui paraissait cogner douloureusement contre sa poitrine. Aller plus loin était synonyme d'engagement. Il n'y aurait pas de retour en arrière en possible. En avait-il seulement envie ? Non. Mais cela impliquerait tout un tas de choses dont il devrait parler à Masami. Y pensait-il en ce moment ? Non.

    Le plus adorable des étudiants, qui soit, se trouvait sous lui et son cerveau n'avait retenu que cette information. Sa langue glissa lentement et sa main droite ôta le bout de tissu évitant d'immobiliser les jambes du jeune homme. Elle rencontra la chair sensible et la cajola un moment. Son corps se redressa laissant sa main droite soulever la jambe gauche du jeune homme, lui faisant prendre appui sur son épaule. Ses lèvres déposèrent des baisers sur le membre, ses doigts massant lentement ses bourses. Pas de réflexion, de l'action. Seulement et rien que ça. Ses lèvres refermèrent d'un coup sur le membre, l'emprisonnant. Ses mouvements étaient empreints d'un rythme lent contrastant avec la rapidité agitant ses doigts. Ceci continua un moment, jusqu'à ce qu'il décide de renverser les deux cadences gardant une certaine irrégularité. Sa main finit par glisser plus bas errant avec malice près de son intimité. La massant, Joshua s'appliquait à contenir son impatience qui ne demandait qu'à exploser. Pas facile de donner le change, d'être celui que l'on est pas quand les portes sont closes. Sa bouche libéra la chair sensible, ses doigts s'éloignèrent et sa langue vint taquiner l'intimité. Alors Masami, qu'en penses-tu ? Est-ce que cela te plait ?

    Laissant sa langue se glisser lentement en lui, il se délectait de ce petit jeu. Il fallait que le corps du jeune homme soit brûlant. Et il ferait tout pour qu'il le devienne. Au bout d'un moment, le britannique cessa et ses mains écartèrent les jambes de l'asiatique pendant qu'il se redressait, sa langue passant sur ses lèvres. Goût parfait. Maintenant les jambes ouvertes avec les siennes, il oscillait entre se montrer doux et laisser parler la violence qui l'habitait. Ses hanches se pressèrent aux siennes comme pour lui faire comprendre ce qu'il ressentait. Mais s'il blessait le petit homme ? Est-ce que ce dernier lui en tiendrait rigueur ? Est-ce qu'il risquait de le faire pleurer ? Malgré tout, l'homme ne pouvait pas faire autrement que de s'inquiéter de son attitude. Être détesté de Masami ne se trouvait pas sur la liste de ce qu'il voulait. Finalement, deux doigts se hissèrent dans le corps de l'adolescent. Un frisson le parcourut et les va-et-vient débutèrent. Il paraissait si chaud. Un soupir s'envola de ses lèvres. Envie ? Frustration ? Masami, pardonne-moi, si je finis par me laisser aller. Je plaiderais coupable. Un mouvement de ciseau s'imprima dans ses doigts marquant une sorte d'impatience. Pas joli, joli. Ses gestes prirent fin et il se décida à quitter son sous-vêtement. Tant pis pour le risque à prendre, il souleva les hanches du jeune homme et se hissa brusquement en lui, un grognement sourd s'échappant.

    Une étrange chaleur l'envahit. Sans attendre, ses coups de rein se firent doux comme pour l'habituer à sa présence. Ses mains tenaient fermement ses hanches alors qu'il s'enfonçait à chaque mouvement plus loin en lui. Petit à petit, le rythme changea se muant en quelque chose de plus rapide. Il cherchait à buter en lui oubliant la douceur dont il avait fait preuve. Ses paupières se baissèrent et seule, la chaleur régnant dans le corps du jeune homme comptait. Il ne prêtait attention qu'aux réactions de l'asiatique, deux fentes bleu guettant le moindre changement. De la contemplation mêlée au sérieux se lisaient sur son visage. Cependant ses lèvres s'étiraient en un énigmatique sourire où de la satisfaction et du plaisir erraient. Let me eat you, darling ~ Nature ? Oui, c'est parfait. Un accompagnement gâcherait la saveur. Ses coups de rein se firent plus secs, plus brutaux. Son corps se pencha lentement et ses avants-bras se placèrent de part et d'autre du jeune homme. Tout en continuant à se mouvoir, Joshua le détailla. Adorable petite chose, n'est-ce pas ? Maintenant, il lui appartenait clairement et il veillerait à ce que personne ne cherche à le lui ravir.


Masami
    Pourquoi s'amusait-il à répéter son nom ainsi? Probablement pour lui faire perdre la tête et franchement, il s'en sortait bien l'ancien instituteur. Dieu savait pourtant que Masami ne nécessitait pas autant d'attention, il se contenterait de beaucoup moins, il perdait déjà pied, tombant doucement mais sûrement, dans les abîmes du plaisir. En fait, non, pas encore mais bientôt, enfin il osait l'espérer. Joshua ne le laisserait pas dans cet état tout de même. Il n'était pas aussi cruel que ça. Et c'est un peu pour se rassurer de ce fait, qu'il osa glisser sa jambe contre l'entre-jambe de l'homme, tu me veux vraiment Josh? La réponse ne ce fit pas attendre et le sourire, plus qu'invitant, du blond, suffit à lui couper le souffle. Il allait être consommé. Enfin.

    Il avait répondue à sa demande, il avait trouvé le moyen de le supplier, de cesser de faire toute une gamme de bruit et de se concentrer sur un objectif précis. Le résultat n'était probablement pas à la hauteur de ses attentes, Masami aurait aimé faire mieux, terriblement mieux. Puis la pression sur son bas-ventre, le convaincue que finalement, il n'avait pas à être inquiet, aucun regret n'était possible. Étirant ses orteils, les écartant un peu sous la tension qui naissait en lui, il entrouvrit la bouche, cherchant à faire taire un soupir. La bouche le torturait, chuchotant des mots d'amour à sa peau alors qu'elle la couvrait de toute son affection, faisant jouer les pauvres muscles sous la peau, ceux-ci vibrant sous les frissons qu'elle leur retirait. Joshua savait comment s'occuper de quelqu'un, était-il aussi passionné avec les femmes? La tête légèrement rejeté vers l'arrière, penchant un peu vers la droite, Masa n'osait pas même y songer. C'était à lui que le blond faisait subir tout ça, à personne d'autre. Cette seule pensée lui suffit d'ailleurs à se mordre la lèvre inférieur, à nouveau. Il n'avait jamais été aussi sensible qu'en ce jour mais c'est justement parce que c'était Joshua qui le caressait de la sorte, qu'il se sentait aussi instable. Comment lui résister? Il avait attendue ce moment impatiemment, il avait rêver de cet échange, de ses caresses, de ses réactions et finalement, l'onirique n'avait rien à envier au réel. L'adulte se montrait tout aussi direct et impatient que Masami avait osé l'espérer. Comme prévue par ses fantasmes les plus fou, Josh était un homme plus franc qu'il ne voulait bien le laisser croire, il suffisait de le pousser un peu pour qu'il se donne.

    Les doigts le quittèrent alors, lui soutirant un petit soupir de pure frustration. Déjà? C'est tout? Le regard qu'il lui envoya était un ne peu plus clair sur ce qui se tramait dans la petite tête brune. Si tu me laisse tomber, je promet de te pousser à bout. En était-il capable? Il le croyait et il s'arrangerait pour que ce sois le cas. Mais pas la peine de s'inquiéter, l'adulte avait tout prévue et bientôt c'était son sous-vêtement qui glissait le long de ses cuisses. Ce geste le surpris. Pas que ce sois inconcevable, si justement les deux hommes allaient plus loin que ses simples caresses, cela arriverait mais que Joshua le lui retire aussi vite, il ne l'avait pas prévue. Le jeune homme, dont les poignets avaient été libéré, posa alors une main devant sa bouche, ses joues reprenant une teinte plus rosée. Josh le voyait. Entièrement. Il n'y avait rien à cacher et franchement, c'était plus embarrassant qu'il ne l'aurait cru, ça n'avait absolument rien à voir avec ses clients d'avant. C'était autre chose mais ça, il l'avait prévue un minimum.

    Étouffant un petit gémissement, qui sortit maladroitement d'entre ses lèvres, il sentit clairement la langue glisser contre lui et se montra bien docile lorsque sa jambe fut soulevé pour être posé contre l'épaule du blond. Fermant les yeux, à la fois pour se calmer, son coeur s'emballant alors que son estomac se contractait sous les frissons, Masa plaqua doucement sa main contre sa bouche, cachant ainsi ses lèvres ouverte à son amant. Les doigts étaient revenue, des baiser l'enflammait et s'étant enfermé dans son monde, les yeux clos, il vivait ses sensations avec encore plus d'attention. Il s'y émergeait complètement, oubliant le monde les entourant. Il n'existait plus que Josh et lui, lui et Josh, le reste était éphémère, voir inexistant. Et lorsque la bouche se referma sur lui, un simple hoquet de surprise et de plaisir, lui échappa alors que ses yeux se refermaient un peu plus, ne formant que deux petites fentes, ses joues rougissant de plus belle. Son pouls accéléra d'un coup, son rythme cardiaque ayant du mal à suivre sous le flot des émotions et des sensations, sa respiration s'emballa et il se mit à avaler l'air par coup, essoufflé par la passion de son sensei. Son corps était pourtant honnête et ses hanches suivaient le rythme dicté par les lèvres, ondulant très légèrement sous les coups de langue et de la succion entamé. Plus, il voulait plus. Mordant délicatement le côté de son index, sa main se refermant près de son menton, il laissa échapper un petit râle encourageant. Josh le rendait fou, son esprit était dans un sale état, il avait du mal à se rappeler dans quel état se trouvait son pauvre corps, chose qu'il n'oubliait normalement pas et sentant les doigts parcourir son périné, en recherche de son point encore plus sensible, celui là même que l'adulte s'amuserait un jour à malmener avec passion, parce que Masami l'espérait bien tien, un gémissement soudain lui fut arraché sous la sensation humide et chaude de la langue.

    Il ouvrit aussitôt les yeux, deux prunelles chocolat cherchant avec urgence le bleu plus brutal de ceux de son aîné. Sais-tu seulement ce que tu fais Josh? Il aurait du demandé mais il avait depuis longtemps perdu l'usage de la parole logique et il se contenta de gémir tout bas, plainte bien inutile qui ne faisait que donner son accord à tout ceci. Son estomac s'emballait sous les frissons, les papillons léguant leur place à des insectes beaucoup plus gros, volant dans tous les sens. La langue était bien trop chaude, trop habile et se glissant en lui, le fit arquer doucement le dos, comme pour le convaincre de le prendre. Il s'offrait et de lui même, le jeune japonais n'ayant rien contre bien entendue mais cette fois, cette demande venait de son corps seul. Brûlant, son corps l'était, son sang devait bouillir dans ses veines, il n'arrivait plus a rien. Ça ne servait à rien de vouloir se cacher et être embarrasser n'entrait plus dans ses problèmes, il ne pensait plus qu'à l'acte, celui qui les fusionnerait ensemble. Et non pas parce que ce serait la fin de quelque chose mais bien le commencement d'une autre.

    « Sensei... »

    Pourquoi utilisé ce surnom? Ce n'était pas même la peine de le lui demander, sa voix avait encore baissé d'un octave, simple murmure remplit de chaleur, chuchoter par un amant impatient d'être consumé par l'amour. Ses jambes fut ouverte et les yeux sombre n'en perdit rien, observant avec un air troublé l'élégance de son compagnon. La langue glissa contre les lèvres, les hanches se glissèrent contre les siennes et Masa entrouvrit les lèvres, cherchant un peu d'air sans grand résultat. Il retenait son souffle en ce moment, anticipant la suite, le coeur battant la chamade. Mais le grand blond semblait chercher la suite des évènements, comme si elle ne lui était pas aussi clair à lui, qu'elle l'était auprès de l'étudiant. Sa main se redressa donc, comme pour effleurer le corps de Josh, le rassurer et lui faire comprendre qu'il pouvait continuer alors que sa voix se glissait dans la pièce, inquiète pour être finalement coupé au contact des doigts pressé.

    « Josh?- Anm!... »

    Refermant les yeux, surpris par l'intrusion des deux doigts, le jeune homme se remit à chercher de l'air avec énergie, l'une de ses mains agrippant le drap avec besoin, cherchant un point d'ancrage. Tout allait si vite en ce moment et les doigts étaient d'une impatience bien plus étonnante que Masami avait bien voulue le croire via ses fantasmes passé. Il avait mal calculé son coup n'est-ce pas? Son sensei était encore moins patient qu'il ne l'avait cru mais au final, ce n'était pas un mal, loin de là et le petit brun se voulait prêt à chanter pour lui. Le bruit de sa respiration, haché par l'excitation, fit bientôt place à de très légère plaintes, ses hanches se soulevant pour l'inviter à un plaisir encore plus coupable. Et si tu te laissais tenter? Entrouvrant un oeil, il observa son sempai avec attention, se voulant tentateur et à la fois demandeur. Déjà les doigts se retiraient, lui soutirant un soupir. Soulagement? Pas vraiment mais la surprise de voir l'adulte quitter son propre sous-vêtement, fut suffisante pour le faire taire. Que faisait-il? Il y avait une urgence dans ses mouvements, une impatience, qui le rendait encore plus séduisant aux yeux de Masami, qui observait cette scène, qui se déroula pourtant bien plus rapidement qu'il ne le crut, avec une espèce d'admiration.

    L'homme était nue et les yeux chocolaté caressèrent l'entre-jambe un instant, impressionné par la puissance de son désir mais aussi par la réaction qu'il avait réussit à susciter chez l'adulte. Pourtant, le désir de celui-ci était clair depuis un moment tout de même. Oui mais Masami ne l'avait pas encore réalisé complètement, ce qui était finalement chose faite. Et voilà que ses mains lui agrippait les hanches, les soulevant sans plus attendre pour arracher un cris à l'étudiant. Ce ne fut pas tellement par douleur mais plutôt par surprise, enfin envahis par son sensei. Sa main se referma sur le drap, l'autre fut mordue par ses dents alors qu'il arquait le dos, sa gorge s'offrant sous le mouvement de sa tête, rejoignant l'arrière alors qu'il mordait de toute ses forces son doigt. Oh Josh, oh...

    Le geste avait été impatient, brutal mais à la fois terriblement délicieux, laissant le jeune corps vibrer de plaisir. Des regrets? Aucun du côté du cadet, qui soufflait avec peine, cessant de mordre sa main pour attraper le montant du lit, serrant celui-ci de sa main à la paume moite. Tournant le visage vers la droite, sa joue se pressant contre son bras tendue, il soupira avec plaisir, son regard se voulant langoureux alors qu'il observait celui qu'il aimait, entamé un rythme plus doux avec ses hanches. Son corps s'habituait au sien et le jeune homme se remit à gémir tout bas mais sa voix prit de plus en plus d'ampleur, alors que le mouvement se voulait plus profond, plus complet et plus rapide. Masami fini par refermer les yeux aussi, ses jambes se refermant autour de la taille de l'homme, ses hanches suivant le mouvement emprunté par le blond impatient. Il n'avait plus même besoin de le diriger, l'adolescent était plus docile que jamais, son corps répondant avec perfection au sien. Ses joues n'avaient pas quitté leur teinte rose, ses lèvres étaient légèrement entrouverte et il gémissait doucement, parfois plus fort, tout dépendant de la force avec laquelle Joshua butait en lui. Parfois plus violent, d'autre fois plus calme, il allait lui faire perdre la tête, à savoir que ce devait déjà être le cas. Et les dents du pauvre adolescent effleurait la peau de son propre bras, comme s'il cherchait à vivre complètement son plaisir en mordant quelque chose, que ce sois lui-même ou un autre.

    Le rythme ce fit d'un coup plus violent, plus sec et la stupeur se dessina sur le jeune visage, se transformant rapidement en plaisir complet alors qu'il ouvrait la bouche, gémissant sans retenue. Là un cris, un soupir puis des mots sans logique. Avait-il dit 'plus'? Dur à dire, il n'arrivait simplement plus à penser et se concentrant sur le plaisir seul, il sentit le poids de Josh s'imposer davantage sur lui. C'est là qu'il ouvrit un peu les yeux, deux petite fente curieuse, dissimulant des iris brûlant de désir. L'adulte l'observait? Réalisant ce simple fait, Masami ressentit une vague de pure plaisir le submerger, l'excitation atteignant presque son summum. Relâchant le drap et le montant du lit, ses mains passèrent autour du corps puissant, ses menottes s'accrochant à son dos, le griffant un instant pour ensuite remonter derrière ses épaules. Là, il s'accrocha, soulevant encore un peu plus ses hanches à la rencontre des siennes. Le mouvement de sa chemise ne l'inquiétait pas un instant, ni même le fait que bientôt, son flanc meurtris était visible. Redressant la tête de l'oreiller, les yeux suppliant alors qu'il se sentait prêt du bonheur total, il murmura encore le prénom de son amant, quémandant un baiser. Une fois qu'il lui fut accordé, son corps se tendit d'un coup, enserrant Josh en lui alors qu'il étouffait un cris dans la gorge de l'adulte, une chaleur l'envahissant pour se glisser entres eux.

    À court d'air après être resté tendue quelques secondes, il laissa sa tête retomber sur l'oreiller, les lèvres entrouverte afin de laisser passer l'air, s'accrochant toujours à Joshua. Il était enfin sien et les frissons qui le parcourait encore, dernière vague de plaisir laissé par l'orgasme, aurait probablement raison de son aîné très bientôt aussi. C'est d'ailleurs dans ce but, que ses jambes se refermèrent un peu plus contre Josh, le tirant un peu plus en lui alors qu'il soupirait sous la chaleur qui émanait de leur fusion complète. Maintenant qu'il avait l'esprit plus embrumé que sans dessus dessous, il arrivait à réfléchir un minimum. Un petit sourire étira les coins de sa bouche avant qu'il ne souffle tout bas, les yeux pétillant de bonheur.

    « Aishiteiru ... »

    C'était un peu précipité? Peut-être mais au moins aurait-il été honnête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Breathless [Masa&Josh]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Breathless [Masa&Josh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUBELLE-