AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Intrigue UROS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stephy
charming anti-PRINCE


Nombre de messages : 677
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Intrigue UROS   Ven 20 Aoû - 17:49

Les portes de la cage viennent de se refermer, tout le monde à put y assister. Les hommes ont reçus leurs ordres, même ceux n’étant pas sur le terrain. Aussi les oreillettes de tout le personnel du NSS résonne-t-il au rythme de la voix de Jess, leur chef. Tout le monde à l’autorisation de tirer sur les rebelles. Il faut quand même avouer que c’est une tâche plus facile pour veux pris dedans que ceux dehors. Mais ça n’inquiète pas tellement les valeureux soldats. Les patrouilles commencent, on râle d’ailleurs près d’une sortie, un véhicule y est stationné et bientôt un petit groupe se retrouve autour. Qui est l’idiot qui l’a laissé là hein ? Deux autres gardes de la cage expliquent l’histoire farfelue du type avec sa bestiole, personne ne rit. Et si c’était un rebelle ? Un rebelle déguisé ? La panique commence à monter en flèche et on n’en remarque même pas le duo de jeune femme qui passe près d’eux. Où est passé ce supposé mec du NSS hein ? On doit le retrouver !

Les véhicules sont en mouvement ici et là mais il y justement tellement de mouvement que les militaires et officiers ne pensent pas à se regarder trop longtemps. Là on croit avoir remarqué un regard effrayé mais c’est la même chose pour tout le monde, ils ont tous la peur au ventre. Et s’ils se faisaient tirer dessus ? Tout ça pour un tag, impossible. Les civils font du tapage à l’entrer, qu’on libère les prisonniers ! Le bruit rend les officiers responsables de cet endroit agressif et un coup part. La foule s’emballe, on les repousse et un homme lâche un juron. « Faites votre boulot comme il faut bande de petit con ! Ont n’as pas besoin de civils dans les pattes en plus ! » Le message est enregistrer mais la foule ne se calme pas, un homme provoque même un officier pour avoir la voix étouffé sous un bruit sourd. Un bruit d’explosif à petite dose. Les soldats se regardent, quelqu’un à lancé une grenade ? Quand même pas, il faudrait être malade non ? …

Une troupe de soldat se lance dans la direction du bruit, encore une distraction digne de ce nom pour les évadés. Un bout de mur à sauté, il reste d’ailleurs des explosifs d’attacher au dit mur. Que doivent-ils faire ? La panique grandit, personne ne veut sauter, pas à cause d’une idiotie pareille, pas pour venger des tags ! Ont essais de communiquer avec l’intérieur mais rien à faire, le réseau est mort. Et pas très loin, quelqu’un sourit. Tout va selon les plans et une nouvelle explosions se fait entendre, un autre bout de mur, si ça continue comme ça, les dégâts seront terrible. Une voix de femme se fait entendre, plus forte, plus calme que les autres. « Y’a pas un officier capable de nous désamorcer une bombe ici ?! » Une bombe ne suffira peut-être pas cela dit. Alors, quelqu’un est-il présent ? Ou est-ce que vous êtes tous trop occupés à marcher vite ou encore, à regarder ceux qui le font ? Levez vos armes, allez vous osez ? Et si c’était simplement un officier effrayé ? Après tout, vous aussi vous avez peur non ? C’est immanquable.



Les alarmes sonnent encore dans les oreilles des prisonniers de la cage, terrible monstre qui vient de vous avalez. Les portes se referment, les entrées sont scellées et bientôt une voix robotisée se fait entendre. MEI s’adresse à vous mais aussi à eux, terrible soldat à la solde de l’empereur ou détestable fauteur de trouble. « Mesure de sécurité enclenchée, tous les accès ont été scellés. Dirigez vous calmement vers la cabine d’identité le plus proche. » Le message passe en boucle à trois reprises mais personne ne fait plus attention à la pauvre voix qui s’évertue de calmez tout le monde. Là-bas Jess donne ses dernier ordres; capturez les rebelles si possible mais surtout, ne jamais hésiter à tirer. C’est un ordre de l’empereur.

Plus loin, les pas sont furtifs, il faut faire vite. On profite de l’inattention d’un soldat, de l’ennui de son voisin et les silhouettes se faufilent plus loin. Les conduits d’aération ont été activé, il n’est plus possible de s’y glisser sauf si finir haché fin est une fin heureuse. Il faut maintenant se sortir de cette impasse mais des voix viennent de pas très loin. « Pft, tu peux croire ça, toi ? Tuer pour un petit tag, c’est vraiment horrible. Ce n’est pas dans la salle de réunion qu’il devrait être l’empereur mais en train de chercher avec nous oui ! – Chut, arrête ça tu veux ! Met toi au boulot. – Okay okay ! » Mais la salle de réunion en question, n’est-elle pas à l’étage juste au dessus ? Et puis qu’est-ce qui vient de faire un bruit ? La cage, enfin ses murs, tremblent un instant. On se pose des questions et une traînée de soldat s’empresse de rejoindre l’endroit de la secousse. C’est le moment rêvé !

Ils sont rapide, ils ne sont pourtant pas beaucoup. Les équipes sont bien divisées dans le camp ennemi. Des petits groupes de cinq hommes se partagent les tâches. Il faut vider les cellules puis tout verrouiller, ainsi les rebelles seront faits comme des rats au final. Ils n’auront plus d’issus, sauf la mort bien entendu. Le premier étage est terminé, trois groupes s’occupent déjà du sous-sol, il reste les deux autres étages. La victoire est du camp de l’Empereur semble-t-il. Ils vaincront, à mort la vermine ! Mais il y a tellement de dédale et un homme n’est-il pas en train de s’époumoner qu’on ne répond pas à leur appel de l’extérieur ? Est-ce que la cage aurait été coupée du monde ? Le réseau fonctionne mal, il ne faut pas s’inquiéter. Ou peut-être que oui ?



Au manoir, tout parait calme malgré la protection mise en place. Parmi le personnel encore présent, on s'interroge sur l'arrivée des officiers et des militaires. Ils se postent partout jetant parfois des coups d'oeil suspicieux aux domestiques. Certains trouvent le déploiement exagéré, d'autres approuvent mais tous discutent à voix basse comme s'ils craignaient quelque chose. Vu les regards, on pourrait très bien les arrêter pour n’importe quoi.

Pendant ce temps, les nouvelles venant de la Cage tombent en continue essayant de retransmettre en temps réel, l'avancement des captures. Il est plus que probable que des rebelles aient eu le temps de fuir et décident de rejoindre Arkmeen, cependant la sécurité craint davantage que les auteurs des graffitis profitent du vent de panique pour se glisser à l'intérieur du manoir. Les autorités hésitent entre les deux pistes mais le temps presse. Les rebelles se sont montrés bien organisés, il ne faut rien négliger. À l'intérieur, les officiers surveillent les faits et gestes de chaque personne. La famille impériale se retrouve confinée à ses quartiers.

Si la menace peut venir de l'extérieur, elle peut très bien se trouver déjà à l'intérieur. L'inquiétude commence à grimper bien que les agents gardent leur calme. Bien déguisés, un petit groupe de rebelles agit sans éveiller les soupçons. Kidnapping, assassinat, ils ne savent pas jusqu'où ils sont prêts à aller mais pour le moment, ils n'ont pas atteint leur but. Au même moment, le NSS décide de se lancer dans les vérifications de chaque identité. Une course contre la montre commence. Les rebelles doivent saisir la moindre occasion pour capturer l'un des membres de la famille royale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.folio-graphiques.fr/comptes/Chewy/index.php
 

Intrigue UROS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: POUBELLE-